Boîte techno

Apple et Google améliorés pour l’auto

Les deux géants californiens ont profité de conférences, ces dernières semaines, pour présenter des améliorations substantielles à la façon dont leurs logiciels mobiles s’intègrent à la voiture. Ainsi, tant Android Auto (Google) que CarPlay (Apple) sont mis à niveau pour proposer plus d’information au conducteur, tout en simplifiant l’interaction avec un téléphone qu’il est interdit par la loi de manipuler directement.

Apple a ainsi créé un « mode sombre » pour CarPlay, qui s’affiche à l’écran de la console de plusieurs modèles de véhicules neufs et améliore l’affichage de ses applis de musique, de navigation et d’agenda. La commande vocale Siri est aussi plus présente. Mais pour tout ça, il faut brancher un iPhone par USB à la voiture. De son côté, Android Auto propose une gestion simplifiée des alertes relatives aux appels et à la messagerie.

Le chiffre de la semaine

6 min 5,336 s

Un prototype de la future voiture ID.R de Volkswagen a établi un nouveau record tout électrique sur la légendaire Nordschleife, fameuse boucle nord du circuit allemand de Nürburgring. Pilotée par le coureur professionnel Romain Dumas, elle a éclipsé le record établi en 2017 par Peter Dumbreck au volant d’une voiture chinoise, la MNio EP9.

Taxis-drones à l'hydrogène

Deux problèmes peuvent-ils devenir une solution ?

Le groupe BMW et la jeune pousse américaine Alaka’i ont présenté un premier prototype de ce qu’ils espèrent voir devenir le premier taxi volant urbain au monde qui sera alimenté à l’hydrogène. Appelé Skai (se prononce comme sky, soit « ciel » en anglais), le véhicule en question est à peu près de la taille d’une minifourgonnette pouvant accueillir quatre passagers et à laquelle on aurait greffé quatre hélices.

L’hydrogène et les autos volantes sont des technologies qui font rêver, mais qui souffrent d’importantes lacunes retardant sans cesse leur commercialisation. En combinant les deux, Alaka’i pense avoir trouvé la combinaison gagnante. Son taxi volant peut rester dans les airs pendant près de quatre heures par plein, assez longtemps pour parcourir 600 km, avec une charge d’environ 450 kg à bord. Il suffit ensuite de faire le plein d’hydrogène pour prolonger son autonomie. Steve Hanvey, PDG de la startup, voit le Skai comme la navette idéale pour le centre-ville, pouvant sauter d’un terrain vacant à l’autre, ou comme véhicule de choix pour faire un bond rapide à l’aéroport. Ne reste plus qu’à commercialiser le tout…

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.