Actualités

500 000 $ d’équipement de hockey volé

Le magasin Sports Rousseau de Laval a été cambriolé durant la nuit de dimanche à lundi. Les voleurs sont repartis avec de l’équipement de hockey d’une valeur totale estimée à environ un demi-million de dollars.

Les cambrioleurs savaient ce qu’ils cherchaient, puisqu’ils n’ont volé que les pièces d’équipement les plus chères.

Dimanche, le magasin a fermé ses portes à 17 h et le système d’alarme a été activé à 17 h 21. À 8 h lundi matin, avant l’ouverture, les premières personnes sur les lieux ont constaté qu’il y avait eu effraction pendant la nuit et que de l’équipement manquait.

Bâtons, gants, protecteurs : les pertes sont estimées à environ 500 000 $, a confirmé le Service de police de Laval, qui a ouvert une enquête.

Les cambrioleurs se seraient introduits dans l’établissement par la grille de ventilation, qui a été coupée. Le système d’alarme a été désactivé, précise également la police lavalloise.

Les bâtons de hockey les plus chers en vente chez Sports Rousseau coûtent plus de 300 $ chacun, alors que le prix de certaines paires de gants peut atteindre 200 $.

vol semblable en 2016

En 2016, le magasin Monkey Sports, à Dollard-des-Ormeaux, avait été dévalisé. Un cambrioleur avait percé un trou dans le toit du bâtiment pour s’y introduire et y avait volé des centaines de bâtons de hockey. Selon le gérant du magasin, joint hier par La Presse, l’enquête concernant ce cambriolage n’aurait pas encore abouti.

Le Service de police de la Ville de Montréal avait indiqué à l’époque qu’il soupçonnait que les pièces volées se retrouveraient sur des sites de revente ou dans des boutiques d’aréna.

Sports Rousseau a temporairement fermé ses portes à la suite du vol et rouvrira demain, peut-on lire sur la page Facebook du magasin de Laval. L’équipe du magasin doit encore faire un inventaire rigoureux pour déterminer plus précisément la valeur des pertes, a indiqué un employé, qui n’a cependant pas souhaité en dire davantage sur le cambriolage.

La société Canadian Tire–FGL Sports, qui détient Sports Rousseau, n’a pas voulu commenter l’incident.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.