Humour  Grand Montréal comédie fest

Mike Ward et Jerr Allain inversent les rôles

Depuis son lancement en mai dernier, le Grand Montréal comédie fest veut bousculer les conventions. C’est dans cette optique que s’inscrit On inverse les rôles !, une série de spectacles où des humoristes établis assurent la première partie d’artistes de la relève. La Presse a demandé à Mike Ward de s’improviser journaliste et d’interviewer Jerr Allain.

Mike Ward : Tes fans sont assez intenses. Quelle est la chose que l’un d’entre eux t’a fait qui t’a le plus surpris ?

Jerr Allain : J’aime mieux dire qu’ils sont très loyaux. Ce sont souvent des geeks d’humour. Dans le podcast de Pierre-Bruno Rivard, Le carré de sable, il y en a un qui a dit que je n’avais pas d’arguments quand je parlais contre Éduc’Alcool. J’ai écouté et j’ai trouvé que même si je n’étais pas d’accord, il marquait des points. Ça m’a permis de mieux définir mon opinion à ce sujet. Quand tu vas à l’encontre d’un organisme de sensibilisation, il ne faut pas que tu aies l’air d’un cabochon !

Pourquoi penses-tu que ton podcast What’s up marche aussi bien ?

Je n’ai jamais vraiment changé, je suis resté le gars de Gatineau un peu cabochon, qui n’a pas de secondaire, mais les valeurs à la bonne place. C’est surtout là-dedans que ceux qui me suivent se reconnaissent. Je suis très impliqué envers chaque invité qui participe à mon podcast.

Tu es curieux et tu veux savoir plein d’affaires. Je suis surpris que tu ne sois pas allé à l’université.

Je suis dyslexique et j’ai un grand trouble de l’attention. Rapidement, l’école m’a fait comprendre que ce n’était pas fait pour moi. Au début, je pensais que ça serait un défaut de ne pas avoir été à l’école, mais ça a fait en sorte que j’ai fait les choses à ma façon, en étant plus cynique. Ça me distingue en quelque sorte.

Qu’est-ce qui te rend le plus fier depuis le début de ta carrière ?

La deuxième fois que tu m’a invité à ton podcast, j’ai vraiment été moi et les gens m’ont montré qu’ils m’aimaient en m’envoyant des messages. Après ça, j’ai joué à guichets fermés pendant 10 soirs ! Ça me rend pas mal fier. Et nous sommes sold out pour On inverse les rôles !

Ce soir, 21 h 30 au Théâtre Sainte-Catherine

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.