Destination/Royaume-Uni

Récréation à Cambridge

Sous ses airs studieux, la célèbre ville universitaire anglaise offre tout ce qu’il faut pour y passer quelques jours, pourvu que l’on s’intéresse à l’histoire ou à l’architecture. Rangez cahiers de notes et stylos, l’école est finie, la récréation commence à Cambridge.

L’école pendant les vacances

Au centre de la vie de Cambridge : ses 31 collèges, qui forment ensemble l’Université de Cambridge. Leurs bâtiments sont partout en ville. Les vieux collèges historiques et leurs bâtiments plusieurs fois centenaires se trouvent surtout au centre, alors que leurs frères cadets ont tendance à être installés en périphérie. Plusieurs sont ouverts aux visiteurs, parfois gratuitement. D’autres, notamment plusieurs de ceux situés près de King’s Parade et donc de la foule des touristes, sont complètement interdits d’accès. Pour en avoir une vue d’ensemble, on se rend au Museum of Cambridge, dans Castle Street.

À la messe en voyage ?

Une bonne façon de mettre le nez dans les collèges – même ceux normalement fermés au public – est d’assister à l’Evensong, la messe célébrée chaque soir dans les chapelles de beaucoup d’établissements. La cérémonie est relativement courte (une quarantaine de minutes) et presque exclusivement chantée. En prime : une ambiance enveloppante qui permet de s’imaginer en étudiant du XVIe siècle. Le chœur de King’s College, le seul qui inclut des enfants et offre donc une plus large palette de voix, est célèbre. Chaque veille de Noël, il entonne les plus beaux cantiques anglais dans un concert retransmis en direct qui rassemble les Britanniques devant leur téléviseur ou autour d’un poste de radio. Les billets s’arrachent ce jour-là, mais il est facile d’aller entendre le chœur presque chaque soir le reste de l’année.

Chelsea bun et pique-nique

La diversité culturelle des étudiants de Cambridge y crée un marché pour toutes les cuisines du monde, avec notamment une foule de restaurants destinés à rappeler aux étudiants chinois les saveurs du pays. La vraie institution culinaire de la ville est toutefois Fitzbillies et son chelsea bun, une brioche aux baies séchées. Excellente, mais excessivement sucrée. On peut aussi y prendre le thé. Sur le plan des pubs, l’Eagle est une institution depuis des décennies. C’est là que les inventeurs du concept de l’ADN auraient eu leur coup de génie, en 1953. Autre option : un petit carré d’herbe touffue dans l’un des nombreux parcs de la ville pour faire un pique-nique, si possible avec vue sur la Cam et les équipes d’aviron qui y défilent. Il faut toutefois ouvrir l’œil : à Cambridge, il n’est pas rare que des vaches ou des moutons soient lâchés dans ces espaces pour y brouter quelques jours !

Comme à Venise

Cambridge est ainsi nommée parce que, depuis l’époque romaine, les voyageurs y convergeaient pour y emprunter un pont (bridge) afin de traverser la rivière Cam. L’étroit cours d’eau serpente à travers les collèges et les autres bâtiments, divisant la ville en deux. Si elle constitue un obstacle, la Cam est aussi une occasion pour le visiteur : le mode de transport le plus baroque de Cambridge est le punt, une longue barque à fond plat que l’on propulse à l’aide d’une perche. Le punter se tient debout à l’arrière du bateau (à ses propres risques) et appuie le bout de la perche dans le fond de la rivière avant de pousser le bateau. Les plus courageux loueront l’embarcation pour tenter l’aventure eux-mêmes, alors que les autres achèteront des billets pour une excursion organisée. C’est le seul moyen de voir The Backs, la cour arrière des plus gros collèges de Cambridge, donnant sur l’eau, avec des jardins grandioses. On peut normalement apporter casse-croûte et rafraîchissements à bord.

Dans les pas de Virginia Woolf

Envie de contempler la verdoyante campagne anglaise sans vous aventurer trop loin de votre camp de base ? Marchez de Cambridge jusqu’au charmant village de Grantchester en une petite heure tout au long de la rivière Cam, à travers les prés. Là-bas, l’Orchard Tea Garden, un salon de thé installé dans un verger, accueille chaque jour les dizaines de curieux ou d’habitués qui ont suivi le même chemin. La promenade et le salon de thé sont célèbres pour avoir été au cœur de la vie du « Grantchester Group », un petit cercle d’amis incluant notamment l’auteure Virginia Woolf, l’économiste John Maynard Keynes, ainsi que les philosophes Bertrand Russell et Ludwig Wittgenstein, au début du XXe siècle.

L’autre plat pays

La région qui entoure Cambridge était couverte de marais jusqu’à la fin du Moyen Âge, moment auquel ils ont été drainés. D’où la présence de villages baptisés Waterbeach ou Littleport en plein milieu de champs ! Cette topographie rend inutile tout projet d’alpinisme, mais favorise les randonnées au long cours. La petite ville d’Ely, au nord, peut par exemple constituer un objectif réaliste pour une bonne journée de marche. Le terrain plat vous permettra de voir le clocher de la magnifique cathédrale locale plusieurs kilomètres avant de l’atteindre.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.