Les vins de la semaine

Des vins de chaleur

La canicule qui a sévi en Europe n’est qu’une des nombreuses manifestations des changements climatiques. Comme la grêle et les orages violents, elle a un effet dévastateur sur le vignoble. Tout récemment, des vignes cultivées dans le sud de la France, pourtant adaptées à la chaleur, ont brûlé sous l’effet de températures extrêmes. Dans ce contexte, les cépages méditerranéens pourraient fort bien se répandre dans des zones plus fraîches au cours des années à venir. Voici trois cuvées qui en sont issues.

Un rosé de finesse et de fraîcheur

Le grenache est le cépage méridional par excellence. On le retrouve partout dans le bassin méditerranéen et dans presque toutes les régions chaudes du Nouveau Monde. Il peut donner des vins puissants, mais aussi des vins gourmands, tout en fruit, qui savent faire preuve de fraîcheur. Tout est question de terroir et de vinifications. Ici, assemblé à de la syrah et dans les très bonnes mains de la famille Gassier, il donne un des rosés les plus constants sur le marché. Finesse et fraîcheur, avec des arômes de pêche, de framboise, de fleurs, une texture caressante et une immense polyvalence à table. À déguster avec ce qui vous fait plaisir !

Garde : à boire Buti Nages Rosé, 14,80 $ (427625), 13,5 %, bio Magnum 30,75 $ (13204942)

Un blanc entre mer et montagnes

Le cépage vermentino aime la chaleur, mais surtout la proximité de la mer. On le retrouve sous le nom de rolle dans le Sud français et de favorita et pigato dans le Nord-Ouest italien. En Corse, c’est le cépage blanc le plus cultivé. Chez Alzipratu, il bénéficie d’une influence double : la mer toute proche lui apporte sa délicate salinité, et l’influence des montagnes lui conserve une fraîcheur bienvenue. Il offre des arômes délicats de fruits jaunes, mais c’est avant tout un vin de texture avec un très joli gras qui enrobe le palais. Ample, mais frais, avec quelques notes d’herbes et une impression minérale et saline qui s’étire en finale. À déguster avec poissons ou fruits de mer grillés, un crudo de pétoncles aux herbes.

Garde : de 4 à 6 ans Domaine Alzipratu Fiumeseccu Corse Calvi 2018, 24,60 $ (10884663)

Un charmant rouge de garde

Le xinomavro est essentiellement cultivé en Grèce, mais dans le climat plus frais des collines verdoyantes du nord du pays. Un peu comme le nebbiolo dans le Piémont, en Italie, avec lequel il a d’ailleurs beaucoup en commun. D’une couleur pâle, il fait preuve d’une grande complexité avec des arômes de garrigue, de fleurs séchées, d’épices, mais surtout de fraise. La bouche est corsée, avec des tanins bien présents et très fermes, mais aussi beaucoup de fraîcheur et surtout ce charme d’un fruit rouge hyper mûr et juteux. Un vin d’un rapport qualité-prix exceptionnel, et d’un grand potentiel de garde, si vous pouvez y résister. À déguster avec des plats à base de tomates séchées, de champignons, avec du canard, de l’agneau, du gibier.

Garde : jusqu’à 20 ans Thymiopoulos Terre & Ciel Naoussa 2017, 33,25 $ (11814368), 14 % Magnum offert en ligne et bientôt en succursale : 69 $ (13988142)

À la carte

La scène gastronomique montréalaise se réinvente sans cesse. Ouvertures de restaurants, nouveaux menus, événements… Nous vous présentons chaque semaine ce qu’il ne faut pas manquer pour bien boire et bien manger.

En vedette

Riva, nouveau bar pétillant du Vieux-Port

Que trouve-t-on à l’extrémité sud du boulevard Saint-Laurent ? Jusqu’à tout récemment, pas grand-chose. Mais le Riva s’est approprié un coin de bitume à proximité du fleuve, dans le Vieux-Port, pour en faire un nouveau rendez-vous estival où il fait bon boire et manger. Ce sont Daniel Noiseux (Pizzaiole, Muvbox) et PJ Goupil (Mayfair, Carlos Poulet) et son agence Fox qui sont derrière ce bon coup.

L’endroit a été transformé, grâce à la touche de la designer Amlyne Phillips, en terrasse inspirée par la Côte d’Azur et le sud de la France. Tables de pique-nique confortables et espaces lounge permettent de s’y arrêter pour prendre un verre et relaxer. L’endroit propose une sélection de bulles, avec plusieurs choix de prosecco, et s’est associé avec Aperol pour mettre au menu le désormais incontournable spritz. À cela s’ajoute une carte assez variée de cocktails, sans oublier des mocktails, proposés en format pichet.

En cuisine, ce sont les chefs Fabrizia Rollo et Ashley Thornton (anciennement au Fabrizia) qui tiennent les rênes. Elles ont mitonné une jolie carte, composée de plusieurs variétés de pizzas romaines al taglio, à la croûte aérienne et croustillante, des planches à partager, antipastis, salades fraîches, ainsi que des gelatos et sorbets maison. On ne peut qu’applaudir cette idée qui permet enfin aux Montréalais de se réapproprier un peu plus leur fleuve. Ouvert tous les jours de beau temps, dès 11 h 30.

2, rue de la Commune Est, Montréal

Festival

D’la bière à Laval

Les amateurs de bière de Laval et des environs sont attendus aujourd’hui et demain au cinquième Festival des bières de Laval, qui se déroule au Centre de la nature. C’est l’occasion de découvrir 40 microbrasseries québécoises et une quarantaine d’autres exposants – cidreries, producteurs, distilleries, camions de cuisine de rue, etc. On en profite pour déguster la bière officielle du festival, la Double Nord-Est IPA (NEIPA), brassée par Les Insulaires, une microbrasserie qui a ouvert ses portes à Laval il y a quelques mois. Prix : 10 $ à l’entrée, 15 $ avec le verre officiel.

Actualités

Parma Café s’installe au Marché

Le Parma Café s’est d’abord fait connaître avec sa charmante adresse de la rue Bishop, au centre-ville. Les propriétaires, Eric Petraglia et Angelo Cappuccili (Somwhr), y mettent de l’avant de la nourriture italienne classique, à la façon comptoir convivial – comprendre café italien, paninis, pizzas romaines, arancinis et autres recettes de nonna (grand-mère) comme les gargantuesques sandwichs de côtelettes de poulet panées. Après avoir ouvert une deuxième adresse dans la côte du Beaver Hall, l’hiver dernier, l’établissement compte désormais un troisième emplacement, cette fois au marché Jean-Talon, dans un verdoyant et lumineux décor signé Amlyne Phillips (Jatoba, Kampai, Café Baziné… et le Riva cité plus haut). L’endroit, qui compte une terrasse ombragée et 65 places assises, est idéal pour s’arrêter, en famille ou entre amis, du matin au soir, pour se remplir la panse avant ou après les courses au marché.

162, rue Jean-Talon Est

Déménagement

Licence IV fait peau neuve

Pour souligner ses deux ans d’existence, le bistro français Licence IV a décidé de brasser les cartes. Comment ? D’abord, en déménageant ses quartiers, de Griffintown au cœur du Vieux-Montréal, tout près de la place Royale, avec un décor chaleureux et chic qui rappelle les bistros parisiens. Tout en gardant ses racines françaises avec un menu faisant la part belle aux classiques comme les cuisses de grenouille, les escargots gratinés ou la salade niçoise, l’endroit veut s’ancrer dans sa « montréalité » et devient aussi un bar à gin. L’établissement propose une belle sélection de spiritueux québécois, ainsi qu’une carte de cocktails à base de différents gins d’ici. À (re)découvrir.

143, rue Saint-Paul Ouest

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.