Pacioretty, en visite au Grand Prix

Max Pacioretty continue de profiter de l’été dans sa ville d’adoption. Cette fois, c’est dans la tente de McLaren, à jouer au hockey avec Stoffel Vandoorne et Fernando Alonso.

On vous confirme que le Belge Vandoorne a un meilleur tir des poignets qu’Alonso.

« Il y a probablement plus de hockey dans son coin qu’en Espagne, a dit le capitaine du Canadien. Il avait déjà tenu un bâton, ça paraissait. C’est bien de rencontrer ces pilotes, c’est toujours bien de parler avec d’autres athlètes. Nos sports sont très différents, mais en même temps, la plupart des athlètes ont une mentalité semblable. »

Pacioretty n’avait jamais mis les pieds au Grand Prix du Canada en 10 ans à Montréal. Il s’est permis une petite virée cette année, accompagné de son père, grand partisan de course automobile. Il était au Ritz vendredi pour la soirée du Grand Prix, puis il a marché rue Peel samedi avec ses enfants.

« On a vu l’action. C’est incroyable de voir la ville s’intéresser autant à cet événement. J’en avais entendu parler, mais je suis heureux de le voir de mes yeux. »

— Max Pacioretty

Pacioretty avait aussi hâte de voir les Ferrari, racines italiennes obligent. Il venait d’ailleurs de se faire expliquer le fort lien entre la Scuderia et Montréal depuis les années de gloire de Gilles Villeneuve.

Paul Byron était aussi sous la tente de McLaren. Lui-même n’a jamais été un grand amateur de course automobile, mais sa belle-famille est mordue de la discipline. Il a eu l’occasion de croiser Lewis Hamilton samedi, en compagnie de ses coéquipiers Victor Mete, Nicolas Deslauriers, Charles Hudon et Nikita Scherbak.

« C’était une visite rapide. Je l’ai rencontré l’année passée aussi. Je lui ai juste dit bonne chance. »

Un peu de hockey

Pacioretty et Byron ont évidemment suivi avec beaucoup d’intérêt cette finale de la Coupe Stanley qui a couronné les Capitals de Washington. Pacioretty a immédiatement tenu à féliciter son ancien coéquipier Lars Eller, pour qui il était ravi. Il espère maintenant que le Danois amènera la Coupe Stanley à Montréal, où il passe généralement l’été. « Je pourrai aller à son party ! »

Pour Byron, ce triomphe est avant tout celui d’Alexander Ovechkin.

« C’est incroyable. Tout le monde est heureux pour Ovechkin. Il a tellement donné au hockey. Le voir soulever la Coupe est incroyable. Et de voir ce que les Golden Knights de Vegas ont réalisé est intéressant aussi. Quelle histoire pour la ligue ! Ça permet de faire grandir le sport. »

Côté santé, Byron est toujours en convalescence à la suite de l’opération à l’épaule droite qu’il a subie le 18 avril dernier. L’intervention nécessite six mois de repos.

« J’ai pris une longue pause pour commencer l’été, j’ai eu mon opération à l’épaule. Tout va bien avec ça. Je prends du temps avec ma famille et avec mes enfants pour passer de bons moments avec eux. Je vais bientôt recommencer mon entraînement pour l’année prochaine. »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.