Éditorial Alexandre Sirois

L’insoutenable légèreté de Télé-Québec

Le retrait des ondes de l’émission scientifique Électrons libres a soulevé un tollé le mois dernier, mais Télé-Québec s’obstine malgré tout à vouloir la supprimer. Cet entêtement est incompréhensible.

Pour protester contre la disparition de l’émission Électrons libres, des communicateurs scientifiques renommés ont signé le mois dernier une lettre ouverte à l’attention de Télé-Québec. Le ton était ferme, mais cordial.

Un mois plus tard, puisque rien n’a changé, il est temps d’être un peu plus ferme et un peu moins cordial. Et d’exprimer sans détour notre appui à ceux qui veulent empêcher cette émission de connaître une fin prématurée.

D’emblée, qu’un réseau de télévision généraliste au Québec fasse disparaître du jour au lendemain le seul magazine scientifique qu’il diffusait est tout simplement choquant.

Le fait que ce réseau soit Télé-Québec, « entreprise de télédiffusion éducative et culturelle », est d’autant plus troublant.

Enfin, alors que nous traversons une période où les faits, les données et l’analyse ont la vie dure et où il est de plus en plus difficile de distinguer le vrai du faux, prendre une telle décision est irresponsable.

***

Électrons libres, rappelons-le, est une des trop rares émissions qui mettent en valeur chaque semaine le travail fait par les scientifiques du Québec. En prime, c’est une émission captivante, habilement menée par trois animateurs talentueux qui semblent être tombés dans la marmite de la vulgarisation quand ils étaient petits.

Par-dessus tout, c’est une émission accessible. Ainsi, dans un récent épisode, un animateur a testé des piments afin de nous expliquer pourquoi ils « brûlent ». On a par la suite décrypté le fonctionnement de notre horloge biologique et son lien avec la soif, pour ensuite démontrer que ce n’est « vraiment pas une bonne idée » pour les enfants de manger de la neige à Montréal. On a fait tout ça (et plus encore) en assurant la visibilité de chercheurs québécois qui, autrement, auraient eu du mal à joindre un vaste public pour diffuser leurs travaux.

Télé-Québec tente maladroitement de se disculper en affirmant qu’elle diffusera dorénavant l’émission Génial ! cinq jours par semaine. En utilisant cet argument, ses responsables sont aussi peu crédibles que le grand patron de Facebook lorsqu’il nous jure qu’il va réparer son réseau social.

Génial !, avouons-le, c’est génial. Mais la mission de ce jeu-questionnaire n’est absolument pas la même que celle d’Électrons libres. Parlant de mission, permettez-nous de signaler – comme l’ont fait les signataires de la lettre ouverte – que celle de Télé-Québec est notamment de « développer le goût du savoir, de favoriser l’acquisition de connaissances ».

En dépit de ce noble mandat, « pour la première fois depuis 10 ans », il n’y aura pas de magazine scientifique à l’antenne de ce réseau en septembre prochain.

***

Ça prend une bonne dose de modestie pour revenir sur une décision. Espérons malgré tout que les responsables de la programmation de Télé-Québec vont laisser leur orgueil au vestiaire et n’empêcheront pas leurs téléspectateurs d’avoir accès aux laboratoires des scientifiques du Québec en cette ère de post-vérité. Il n’est pas trop tard pour bien faire.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.