Des clients moins nombreux, mais plus payants pour Couche-Tard

Alimentation Couche-Tard a affiché lundi un bénéfice net de 576,3 millions US pour son quatrième trimestre, soit près du double de celui de 293,1 millions US réalisé lors de la même période l’an dernier.

La chaîne de dépanneurs établie à Laval a vu son bénéfice par action s’établir à 52 cents US pour le trimestre clos le 26 avril, alors qu’il était de 26 cents US pour le même trimestre l’an dernier.

Couche-Tard a observé une baisse de la fréquentation dans l’ensemble de son réseau en raison des mesures de distanciation physique mises en place au plus fort de la pandémie de COVID-19, à la mi-mars. Cependant, comme l’ont souligné plusieurs détaillants dont les activités ont été jugées essentielles pendant ces fermetures, les ventes de marchandises ont profité d’un panier moyen plus élevé, ce qui a permis de compenser en partie la baisse du nombre de visiteurs, a-t-elle expliqué.

Les revenus de Couche-Tard ont totalisé 9,7 milliards US au plus récent trimestre, un chiffre d’affaires en baisse de 26,1 % par rapport à celui de 13,1 milliards US d’il y a un an. La société a expliqué ce recul par l’impact négatif de la COVID-19 sur la demande pour le carburant et un prix de vente moyen du carburant moins élevé, notamment.

En excluant divers éléments non récurrents, le bénéfice ajusté de la société s’est chiffré à 521 millions US, ou 47 cents US par action, comparativement à 289 millions, ou 26 cents par action, à la même période l’an dernier.

Pour l’ensemble de l’exercice 2020, Couche-Tard a engrangé un profit net de 353,6 millions US, en hausse de 28,3 % par rapport à l’an dernier. Son chiffre d’affaires a cependant reculé de 5 milliards US, a précisé l’entreprise.

Le conseil d’administration a approuvé le versement, le 23 juillet, d’un dividende de 7 cents par action aux actionnaires inscrits en date du 9 juillet.

Revue boursière

Les Bourses amorcent la semaine en hausse

L’indice vedette de la Bourse de New York, le Dow Jones Industrial Average, a pris plus de 2 % lundi, soutenu par l’envolée du titre de Boeing, qui a effectué le premier vol de certification du 737 MAX, son modèle phare. Les autres marchés nord-américains ont aussi progressé dans le même sillage. Poids lourd du Dow Jones, Boeing a vu son titre grimper de 14,40 % après le premier vol de certification du 737 MAX, qui était cloué au sol depuis plus d’un an après deux accidents mortels rapprochés.

— D’après l’Agence France-Presse et La Presse canadienne

Chantiers Chibougamau

Dans notre texte de lundi intitulé « Pas de répit pour Chantiers Chibougamau », nous faisions référence à l’achat d’une scierie par Chantiers Chibougamau il y a cinq ans. Il s’agit de la scierie Landrienne et non Landreville. Nos excuses.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.