Opinion

Aménagement du territoire et étalement urbaiN
Une réflexion et des discussions qui exigent rigueur et respect

Depuis quelques jours, on tient des propos malheureux sur la question de l’aménagement du territoire opposant les municipalités qui forment la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) aux municipalités et MRC limitrophes.

On accuse les communautés périmétropolitaines de faire fi des enjeux de développement durable dans leur exercice de planification, encourageant ainsi un étalement urbain sans considération pour le territoire agricole. On ajoute que le dézonage continue, et ce, pour la construction de résidences. Or, les données de la Commission de la protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ) offrent un éclairage fort différent.

Prenons l’exemple de la MRC du Haut-Richelieu, dont la zone agricole couvre 84 964 hectares. Depuis 1987, selon les données officielles de la CPTAQ, ce sont 35 hectares au total qui ont été exclus de la zone agricole. Dans la MRC Les Jardins-de-Napierville, dont 97 % du territoire de 80 235 hectares est zoné agricole, ce sont 99,4 hectares qui ont été dézonés depuis 1978. Il y a deux ans, 3,65 des 8 hectares dézonés visaient l’expansion d’une entreprise de production d’engrais agricole. De son côté, la MRC d’Argenteuil est propriétaire de 245 hectares de terres en zone agricole, productrice et membre de l’Union des producteurs agricoles (UPA).

Quant à la MRC de Montcalm, maintes fois citée par les commentaires, la réalité diffère encore une fois. Il est vrai que le schéma prévoit de nouvelles zones. Cependant, l’ensemble de ces mesures sont incluses dans leur plan de développement de la zone agricole (PDZA), et ses dirigeants sont en mesure d’expliquer leurs orientations en aménagement. Mais au-delà des critiques entendues, Montcalm est un des rares territoires dont la zone agricole a été agrandie depuis la révision du début des années 90 (+140 hectares) et qui a vu sa superficie de terres exploitée par l’agriculture croître de 418 hectares.

En fait, nous souhaitons tous préserver et développer notre territoire agricole. À preuve, la plupart des MRC au Québec ont adopté un PDZA.

En fait, l’enjeu n’est pas tant sur le dézonage, mais plutôt dans la cohérence du développement local et du bien-être collectif de chacune des régions.

Quant à l’augmentation des véhicules sur le réseau de transport métropolitain auquel on a également fait référence, Statistique Canada (recensement 2016) nous présente un portrait beaucoup plus nuancé que celui contenu dans la note de l’Observatoire du Grand Montréal qui permet de relativiser les données. Prises globalement, les MRC périmétropolitaines représentent 16,1 % de la population du grand Montréal (CMM + MRC périmétropolitaines) et génèrent 6,1 % des déplacements dans la CMM. La problématique du transport est importante, mais elle doit être abordée avec un portrait juste de la situation pour comprendre les causes de la congestion.

L’aménagement du territoire est une responsabilité dont le principal outil est le schéma d’aménagement et de développement, caractérisée par un processus public et transparent favorisant la participation, la concertation et la conciliation des différents acteurs.

L’aménagement doit s’appuyer sur des échanges constructifs entre les intervenants et des diagnostics complets qui présentent l’ensemble des aspects du développement, permettant au plus grand nombre de comprendre les défis quant à l’utilisation du territoire et ses particularités, dans le respect des échelles de planification.

Nos défis sont énormes, nous devons chercher à résoudre les problèmes, mais à la condition que les échanges soient caractérisés par la rigueur des études et des informations et par le respect de la réalité de chacun.

On ne pourra s’attaquer efficacement aux défis posés, notamment par les changements climatiques, en imposant une vision unique de l’aménagement qui ferait porter le poids des décisions passées prises par de multiples acteurs sur les seules épaules des MRC périmétropolitaines.

De plus, la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, à titre d’aménagiste en chef du Québec, doit être au cœur de la démarche, notamment pour assurer la cohérence des orientations et des interventions de l’État sur le territoire.

Il est impératif de travailler en concertation et non en opposition. Il faut une réflexion approfondie sur le développement pour assurer la pérennité et la vitalité de l’ensemble des communautés. Il en va de l’intérêt de la grande région de Montréal.

* Signataires : Scott Pearce, préfet de la MRC d’Argenteuil ; Pierre Lasalle, préfet de la MRC Montcalm ; Yves Germain, préfet de la MRC de D’Autray ; André Genest, préfet de la MRC des Pays-d’en-Haut ; Maude Laberge, préfète de la MRC de Beauharnois-Salaberry ; Gilles Salvas, préfet de la MRC Pierre-de-Saurel ; Réal Ryan, préfet de la MRC du Haut-Richelieu ; Bruno Laroche, préfet de la de la Rivière-du-Nord ; Paul Viau, préfet de la MRC Les Jardins-de-Napierville ; Jacques Ladouceur, préfet de la MRC de Rouville ; Alain Bellemare, préfet de la MRC de Joliette ; Diane Lavoie, préfète de la MRC de la Vallée-du-Richelieu ; Francine Morin, préfète de la MRC des Maskoutains

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.