C8 de LG

La télé qui fait tourner les têtes

Êtes-vous prêt à mettre 4000 $ sur une télévision considérée comme le nec plus ultra ? Si oui, la C8 de LG vous en mettra plein la vue. Considérée par plusieurs comme la meilleure télé produite en 2018, elle n’a qu’un défaut flagrant : son coût.

On aime

En 2018, Netflix n’a recommandé que deux gammes de télévision, la série W800F de Sony et les 4K UHD de LG. Nous avons voulu tâter ce dernier modèle, en recevant la C8, une télé OLED de 55 po.

On est frappé dès l’installation par la minceur de l’écran, à peine 47 mm pour un appareil pesant 16,3 kg. Le socle est bien conçu et discret : au lieu des pattes installées de chaque côté, la télé est montée sur une longue plaque de plastique incurvée très stable. Joli.

La minceur de l’écran est un des avantages de la technologie OLED, qui ne nécessite qu’une seule plaque de diodes au lieu de deux. L’autre trait distinctif, on le voit dès la mise sous tension : l’écran est lumineux, très coloré, avec une gamme étendue du noir profond au blanc clair.

Après quelques heures d’essai, il était évident que nous n’avions jamais eu une image d’aussi belle qualité, évidemment avec des émissions 4K HDR, mais même avec du HD amélioré, des jeux vidéo, du sport et des films pas particulièrement spectaculaires.

L’image de la C8 a une netteté et une richesse hypnotiques, qui rendent bien fades en comparaison les autres télés moins généreuses, même 4K.

Fait à noter, la luminosité et la richesse des couleurs ne sont pas gonflées à l’excès : il ne s’agit pas d’une saturation qu’on peut obtenir facilement en modifiant les réglages.

Nous avons mieux compris pourquoi l’écrasante majorité des critiques spécialisés et le géant Netflix avaient donné des notes presque parfaites à cette télé.

Le son, en comparaison, est satisfaisant, avec des basses riches et une bonne profondeur grâce au son Dolby Atmos, mais ne mérite pas autant d’épithètes. Pour les joueurs, les 120 images/seconde et la latence de 21 ms sont tout à fait appropriées.

L’interface maison, WebOS 4.0, est claire et peut être configurée selon notre goût. Contrairement à d’autres télés qui nous imposent des menus ou empêchent de hiérarchiser le contenu, le menu d’accueil de la C8 propose les entrées HDMI actives, les applications téléchargées et des menus de configuration.

Petit ajout utile, la C8 détecte la mise sous tension d’un périphérique – par exemple une console de jeu – et propose de l’afficher simplement avec la touche OK.

En ce qui concerne les applications, nous avons trouvé l’essentiel, les incontournables comme Netflix et Plex, mais il n’y a évidemment pas un choix comparable à celui auquel ont droit les utilisateurs d’Android TV ou de Roku.

On aime moins

Comme c’est l’habitude avec les modèles récents, il n’y a pas de sortie jack sur la C8. Pour brancher des écouteurs, on doit se rabattre sur le Bluetooth, et donc se contenter généralement d’écouteurs de moins bonne qualité.

La C8 intègre l’Assistant Google et obéit à certaines commandes vocales, notamment pour mener des recherches sur YouTube, contrôler le volume ou changer d’entrée HDMI. La fonction est intéressante en anglais, mais les commandes vocales en français sont totalement inopérantes. Nous avons modifié en vain la localisation pour Français de France, comme nous l’a suggéré LG : rien à faire. Dommage. C’est l’élément principal qui nous empêche de lui donner une note parfaite.

On aimerait que la C8 reconnaisse et identifie les périphériques branchés dans l’un des quatre ports HDMI, au lieu de leur donner platement le nom d’HDMI 1 ou 2.

On achète ?

Si vous êtes prêt à mettre autant d’argent, il s’agit, sans contredit, du meilleur choix actuellement. L’image et l’interface de la C8 sont superbes.

Par contre, vous pouvez diminuer un peu vos attentes et opter pour les modèles OLED de LG de l’an dernier, qu’on trouve à moins de 2000 $.

Fiche : OLED55C8

Fabricant : LG

Prix : 4023,99 $

Note : 4,5 sur 5

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.