61e gala des Grammy

Toc, toc… Y a-t-il quelqu’un à la cérémonie ?

Les artistes qui avaient décidé d’exprimer leur désaccord envers les Grammy étaient nombreux, hier soir à Los Angeles. Plusieurs stars de calibre « A » ont refusé de chanter et d’autres étaient carrément absentes.

Que se passe-t-il avec les Grammy ? Taylor Swift, nommée qu’une seule fois, n’était pas au gala, prétendument à cause d’un conflit d’horaire. Kelly Clarkson, avec quatre citations, a dit qu’elle était en tournée. Ariana Grande a décidé de bouder la soirée, alors qu’elle devait offrir une performance, puisqu’elle ne s’est pas entendue avec les Grammy sur la chanson qu’elle interpréterait. Et c’est loin d’être le pire ! Même dans ceux ayant le plus de sélections, il y a eu des refus de chanter sur scène : Kendrick Lamar, Drake et Childish Gambino. À eux seuls, ils avaient 20 sélections ! Lamar et Gambino n’ont même pas assisté au gala, mais Drake a tout de même daigné se présenter. Le producteur de la cérémonie des prix, Ken Ehrlich, a expliqué au New York Times qu’il n’avait pas réussi à garder de bonnes relations avec le milieu du hip-hop, qui déplore entre autres la place faite à ce genre musical dans le gala et le choix des gagnants. Heureusement pour le public, les vedettes présentes nous ont fait oublier les absents. Oui, il y avait des artistes aux Grammy.

L’effet Michelle Obama

Alicia Keys a ouvert son animation en accueillant des femmes avec elle sur scène : Jennifer Lopez, Jada Pinkett, Lady Gaga et Michelle Obama. Chacune a parlé avec émotion de l’importance de la musique dans sa vie. « Who run the world, girls ? (« qui mène le monde, les filles ? »), a conclu Alicia Keys.

La simplicité déconcertante de Keys

Cardi B, une des artistes les plus écoutées sur Spotify en 2018, a fait un numéro à saveur burlesque. Il y a aussi eu de magnifiques performances de H.E.R. et de Janelle Monáe… mais que dire de l’animatrice Alicia Keys, qui a fait un pot-pourri de chansons d’artistes qui l’inspiraient comme Fugees, Drake, Juicy WRLD, Coldplay, Lauryn Hill et Nat King Cole ? Elle a terminé avec son succès New York. Cette artiste a encore prouvé que le talent, le naturel et la simplicité pouvaient faire des feux d’artifice.

Des québécoises sur scène

La musique latino-américaine était à l’honneur dans le premier numéro, tout en couleurs et en « effets wow », entre autres avec Ricky Martin, Camilla Cabello, Young Thug et J Balvin. Efficace d’y aller avec un pot-pourri de chansons bien connues et entraînantes. Les danseurs en mettaient plein la vue… et il y avait au moins deux Québécoises, une des jumelles Dailey – Jayme Rae ou Jenny – et Aglaë Kounkou. Voici, en vidéo, cette dernière sur scène. #fiertéquébécoise

Petite controverse

Jennifer Lopez a rendu hommage à la maison de disques Motown et à son fondateur Berry Gordy, qui avait entre autres Michael Jackson et The Jackson Five, Diana Ross et Stevie Wonder. Elle a reçu son lot de commentaires négatifs sur les réseaux sociaux, puisque plusieurs s’offusquaient que ce ne soit pas un artiste noir qui ait été choisi pour interpréter ce pot-pourri. Le nom de Beyoncé a notamment circulé.

cardi b écrit une page d’histoire

Cardi B est la première femme solo qui gagne le prix du meilleur album de rap. Elle est montée sur scène en larmes, incapable de parler. Elle a fini par dire : « Je suis désolée, je suis tellement mauvaise quand je suis nerveuse ! Peut-être que je devrais commencer à fumer de la marijuana ! »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.