Tuerie dans une base en Floride

21

Nombre de militaires saoudiens en formation aux États-Unis qui vont être renvoyés dans leur pays après la découverte de contenus djihadistes, antiaméricains ou pédophiles postés sur les réseaux sociaux. La découverte de ces contenus a eu lieu dans le cadre de l’enquête ouverte après une fusillade le 6 décembre sur une base militaire de Floride qui a fait 3 morts et 8 blessés. (AFP) 

États-Unis

Washington va réduire la présence militaire américaine en Afrique

Washington veut réduire la présence militaire américaine en Afrique et cette annonce, faite au moment où la France et les dirigeants du G5 Sahel resserrent les rangs pour combattre les djihadistes, menace d’hypothéquer les efforts déployés par les Européens pour aider la région. Les ressources que le Pentagone consacre à l’Afrique ou au Moyen-Orient « pourraient être réduites et ensuite redirigées, soit pour améliorer la préparation de nos forces aux États-Unis soit vers le Pacifique », a déclaré le chef d’état-major américain, le général Mark Milley, à son arrivée dans la nuit de dimanche à lundi à Bruxelles pour une réunion du Comité militaire de l’OTAN mardi et mercredi. « Nous sommes en train d’élaborer des options pour le ministre » américain de la Défense, Mark Esper, a expliqué le général Milley à quelques journalistes, dont celui de l’AFP. Cette réflexion se fait « en coordination avec nos alliés et nos partenaires dans les zones concernées », a-t-il précisé. — Agence France-Presse

ÉTATS-UNIS

Sanders aurait dit à Warren qu’une femme ne peut devenir présidente

Elizabeth Warren, sénatrice progressiste du Massachusetts, a déclaré lundi que son collègue, le candidat démocrate à la présidentielle Bernie Sanders, lui avait dit qu’il ne pensait pas qu’une femme pourrait devenir présidente des États-Unis lors d’une réunion privée entre les deux en 2018. Elizabeth Warren a déclaré dans un communiqué que lors d’une réunion de deux heures au cours de laquelle les deux candidats discutaient des élections de 2020, « parmi les sujets abordés figurait l’hypothèse que les démocrates désignent une candidate ». « Je pensais qu’une femme pouvait gagner ; il n’était pas d’accord », a-t-elle soutenu. « Je n’ai aucun intérêt à discuter davantage de cette réunion privée parce que Bernie et moi avons beaucoup plus en commun que ce qui nous sépare » a poursuivi Elizabeth Warren. CNN a rapporté pour la première fois lundi le commentaire de Bernie Sanders, se référant à des témoignages de personnes anonymes qui étaient au fait des discussions qui ont eu lieu lors de la réunion en question. Bernie Sanders a rapidement rejeté l’allégation et a déclaré : « Il est ridicule de croire qu’à la même réunion où Elizabeth Warren m’a dit qu’elle allait se présenter à la présidence, je lui dirais qu’une femme ne pouvait pas gagner. » — La Presse canadienne, d’après Associated Press

Pakistan

La justice annule la condamnation à mort de l’ex-président Musharraf

La justice pakistanaise a annulé lundi la condamnation à mort par contumace de l’ex-président et général Pervez Musharraf exilé à Dubaï, arguant que la cour spéciale qui l’avait déclaré coupable de trahison était inconstitutionnelle. « Le dépôt de la plainte, la constitution du tribunal, la sélection de l’équipe de l’accusation sont illégaux. […] Le jugement complet a été annulé », a déclaré à l’AFP le procureur Ishtiaq A Khan, qui défendait le gouvernement pakistanais devant la Haute Cour de Lahore (Est). « Oui, c’est un homme libre. Il n’y a à ce moment plus aucune condamnation en vigueur à son égard » dans cette affaire, a ajouté le procureur. Azhar Siddique, un avocat de l’ex-général, a confirmé à des journalistes devant ce tribunal que la justice avait « tout annulé ». Le parquet peut maintenant choisir de poursuivre à nouveau l’ancien chef de l’État, encore accusé dans plusieurs autres affaires, avec l’aval du gouvernement pakistanais. Mais Saroop Ijaz, un avocat expérimenté de Lahore qui n’est pas impliqué dans l’affaire, a déclaré douter, à moins que la Haute Cour ne l’ordonne dans son verdict détaillé, qu’une nouvelle action en justice soit lancée. — Agence France-Presse

Parlement européen

Puigdemont dénonce la violation du droit par Madrid

L’Espagne « ne respecte plus l’État de droit » de l’Union européenne, a dénoncé lundi l’ancien président indépendantiste catalan Carles Puigdemont, en pénétrant pour la première fois au Parlement européen à Strasbourg pour prendre son siège d’eurodéputé. « La crise catalane a une incidence directe sur les fondements de l’Union européenne […]. C’est le moment que l’Union européenne s’engage », a déclaré M. Puigdemont, en critiquant l’absence d’Oriol Junqueras, vice-président indépendantiste emprisonné en Espagne, à qui le Parlement européen a retiré son mandat d’eurodéputé. « Si l’Union européenne était vraiment un espace d’union, de liberté et de droit, aujourd’hui, Oriol Junqueras devrait être avec nous, parce qu’il a le même droit que nous, il a reçu plus de 1 million de voix. Mais cette liberté n’est pas respectée », a-t-il déploré au cours d’un point de presse avec Toni Comin, également élu député européen et qui, comme lui, a fui à Bruxelles pour échapper à la justice espagnole après la tentative de sécession de la Catalogne en 2017.

— Agence France-Presse

Angleterre

La reine consent à laisser Harry et Meghan voler vers leur « nouvelle vie »

À regret, la reine d’Angleterre Élisabeth II a consenti à laisser son petit-fils Harry et sa femme, Meghan Markle, voler vers leur « nouvelle vie », en leur accordant une « période de transition » entre le Royaume-Uni et le Canada.

Cinq jours après l’annonce du duc et de la duchesse de Sussex, qui a transformé le vent de fraîcheur qu’ils ont fait souffler sur la monarchie en véritable tempête, la souveraine de 93 ans a réuni un conseil de famille dans sa résidence de Sandringham, dans l’est de l’Angleterre.

Elle a publié, à l’issue une déclaration écrite personnelle, un mode de communication dont la rareté traduit l’ampleur de la crise qui ébranle la couronne face à la volonté du prince de 35 ans et de sa femme, ex-actrice américaine de 38 ans, de prendre le large et de gagner de l’argent sans totalement tourner le dos à la monarchie.

Soutien

Chef de l’État et chef de famille, la reine y assure qu’elle « soutient entièrement le désir d’Harry et de Meghan de créer une nouvelle vie » avec leur fils de 8 mois, Archie. « Même si nous aurions préféré qu’ils restent des membres de la famille royale à plein temps, nous respectons et comprenons leur volonté de mener une vie plus indépendante », affirme-t-elle dans ce texte transmis par le palais de Buckingham.

« Harry et Meghan ont été clairs sur le fait qu’ils ne voulaient pas dépendre des fonds publics », et un accord a été trouvé sur « une période de transition » durant laquelle ils vivront entre le Royaume-Uni et le Canada, poursuit Élisabeth II.

Travail à faire

Il reste « pour ma famille » du « travail à accomplir » sur ces « questions complexes », a ajouté la reine, à l’issue d’une réunion organisée avec son fils Charles et son petit-fils, le prince William.

Parmi les sujets sur lesquels le palais de Buckingham devra trancher figure le montant de la dotation financière que le prince Charles attribue au couple à partir de sa réserve personnelle. Meghan et Harry n’ont jusqu’ici officiellement renoncé qu’à leur part de l’allocation royale, laquelle ne représente que 5 % de leurs revenus.

Il faut également déterminer de quelle protection policière ils pourront bénéficier et comment ils pourront gagner leur vie, sans conflit d’intérêts avec leur rang.

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.