Tennis

Novak Djokovic s’écrase devant le jeune Stefanos Tsitsipas

Stefanos Tsitsipas a causé toute une surprise en montrant la sortie à Novak Djokovic à la Coupe Rogers à Toronto, hier. Le Grec de 19 ans, 27e à l’ATP, a battu le quadruple champion du tournoi 6-3, 6-7 (5) et 6-3. Il y a eu 11 as de chaque côté, mais Tsitsipas n’a commis que deux doubles fautes, contre quatre pour le Serbe, classé 10e au monde. Djokovic a triomphé lors du tournoi de Wimbledon cette année. Les deux bris du match ont été l’affaire du Grec. Tsitsipas atteint donc les quarts de finale d’un tournoi de la série Masters pour la première fois de sa carrière. 

— La Presse canadienne

Tennis

Nadal vient à bout de Wawrinka

En fin de soirée, Nadal est venu à bout du Suisse Stan Wawrinka 7-5 et 7-6 (4), dans un duel chaudement disputé qui a été interrompu par la pluie. L’Espagnol et favori du tournoi a effacé un retard de 5-3 lors de la deuxième manche avant de l’emporter. « C’est un résultat très positif contre un excellent adversaire, a dit Nadal. C’est ce dont j’avais besoin, un match comme celui-là pour reprendre un peu confiance. Je suis simplement heureux d’être en quarts de finale. »

— La Presse canadienne

Zverev, Dimitrov et Anderson avancent

Champion en titre de la Coupe Rogers, l’Allemand Alexander Zverev a écarté le Russe Daniil Medvedev, 6-3 et 6-2. Un match de 53 minutes où Zverev a converti ses trois chances de bris, sans en accorder une seule. Grigor Dimitrov a également progressé au tableau, venant à bout de l’Américain Frances Tiafoe 7-6 (1), 3-6 et 7-6 (4). Le Bulgare, cinquième tête de série, a mis 2 heures 26 minutes pour sceller l’issue de la rencontre. Tiafoe, 20 ans, avait éliminé le Canadien Milos Raonic au tour précédent. Le Sud-African Kevin Anderson a eu raison du qualifié biélorusse Ilya Ivashka, 7-5 et 6-3.

— La Presse canadienne

Tennis  Coupe Rogers

Le Shapovalov des mauvais jours

Il n’y a plus de Canadien en lice à Toronto, après l’élimination, hier soir, de Denis Shapovalov au troisième tour de la Coupe Rogers. Le Néerlandais Robin Haase, 31e mondial, a profité d’une grosse contre-performance du joueur de 19 ans pour s’imposer 7-5 et 6-2.

En conférence de presse, Shapovalov a fait un effort pour cacher sa déception : « Robin a fait du bon travail pour jouer en fonction de mon jeu, il a joué très intelligemment. Et malheureusement, j’ai eu une mauvaise journée. Ce sont des choses qui arrivent… »

Demi-finaliste l’année dernière à Montréal, Shapovalov subissait beaucoup de pression et il a joué de façon précipitée, multipliant les fautes directes sans même obliger son adversaire à réussir de bons coups. Visiblement dépassé par ses émotions, il a eu des difficultés au service et a subi pas moins de quatre bris.

« Je ne sentais pourtant pas de pression supplémentaire, a-t-il assuré. J’étais même très excité de jouer à nouveau sur le court central devant tous ces spectateurs. Mais rien ne semblait évident pour moi aujourd’hui, tout était laborieux. C’était aussi très venteux et je n’arrivais pas à m’ajuster.

« C’est vrai que je n’ai pas bien servi dans ce match, mais vous savez, j’avais très bien servi toute la semaine jusque-là. C’est une mauvaise journée. Et c’est le sport. »

« Des choses comme ça arrivent tout le temps, je dois simplement tirer les leçons de cette défaite et aller de l’avant. »

— Denis Shapovalov

Haase, un joueur constant à défaut d’être spectaculaire, a sans doute été le premier surpris de rentrer au vestiaire en vainqueur après à peine 75 minutes de jeu. Les milliers de spectateurs qui avaient rempli le Centre Aviva ont pour leur part été quittes pour une vive déception.

« Je dois vraiment remercier les spectateurs qui sont venus si nombreux, ce soir et cette semaine, a dit Shapovalov. Ils ont beaucoup contribué à mes succès par le passé et encore cette semaine. Bien sûr, je suis désolé de les avoir un peu déçus ce soir, j’aurais aimé leur offrir une meilleure performance. Je vais revenir encore plus fort l’année prochaine. Je suis déjà excité à l’idée de jouer à Montréal l’année prochaine, puis encore ici dans deux ans. »

Défaites inexplicables

Ce n’est pas la première fois cette saison que Shapovalov perd de façon un peu inexplicable un match à sa portée. À Roland-Garros, à Wimbledon, il s’est incliné au deuxième tour contre des joueurs moins bien classés que lui.

Le joueur est privé cette semaine à Toronto de son entraîneur Martin Laurendeau. Ce dernier est toujours convalescent après une blessure au dos qu’il a subie cet été en Europe. En son absence, c’est la mère de Shapovalov, Tessa, qui supervise sa préparation, mais il est évident que l’influence positive de Laurendeau aurait été utile.

Bien que déçu, Shapovalov a estimé qu’il avait quand même mieux géré la situation que lors de ses défaites à Paris ou à Londres.

« Je pense être resté relativement calme. Même si les choses ne se déroulaient pas comme je l’espérais, j’ai continué de me battre, continuer de chercher des solutions. Et c’est important pour moi. »

— Denis Shapovalov

« Auparavant, j’aurais pu me décourager, devenir frustré de mon jeu, mais aujourd’hui, j’ai continué de chercher une façon de m’en sortir jusqu’au dernier point. Et j’ai eu des chances, même si je n’ai pas su les saisir.

« Dans l’ensemble, d’ailleurs, je pense avoir eu une bonne semaine, une très bonne semaine. Je pense avoir retrouvé mon jeu d’il y a deux mois. Je jouais vraiment bien dans mes deux premiers matchs. Je ne l’ai pas fait aujourd’hui, mais je ne veux pas m’arrêter à ça. »

Actuellement 26e mondial, le Torontois va glisser au classement en raison de cette défaite (environ 31e). Il va maintenant préparer le tournoi de Cincinnati, puis les Internationaux des États-Unis, où il aura encore à défendre des points après avoir atteint le quatrième tour l’année dernière.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.