Transport aérien

FlightHub se protège de ses créanciers

Avec des réservations en baisse de 90 % depuis le début de la crise du coronavirus, l’entreprise montréalaise FlightHub, qui vend des billets d’avion en ligne, vient de se placer à l’abri de ses créanciers.

L’entreprise fondée à Montréal en 2012 a toutefois bon espoir de reprendre ses activités. Elle a réduit ses effectifs de moitié au Canada (de 180 à 90 employés) et de 90 % aux États-Unis (de 20 à 2 employés). Ses actionnaires ont aussi injecté des fonds pour permettre à l’entreprise de passer à travers la crise. La somme injectée n’a pas été rendue publique. Le Groupe FlightHub estime qu’il se protégera de ses créanciers pour une période de trois à six mois.

« Nous restons engagés à livrer des services de grande valeur à nos clients, soit de leur procurer des itinéraires au meilleur prix. L’injection de nouveaux fonds de nos actionnaires et l’appui de notre conseil d’administration sont des votes de confiance forts à l’égard de l’avenir de notre entreprise », a indiqué Christopher Cave, chef des opérations de FlightHub, dans une déclaration écrite.

Les deux principaux actionnaires du Groupe FlightHub sont Matthew Keezer et Ouissam Youssef. Auparavant, ces deux entrepreneurs montréalais avaient notamment fondé en 2007 un site internet pornographique qui est devenu depuis le géant montréalais du porno MindGeek (ils ont vendu cette entreprise il y a plusieurs années). Selon le registre des entreprises du Québec, M. Keezer est l’actionnaire majoritaire, le PDG et le président du conseil d’administration du Groupe FlightHub.

Le Groupe FlightHub, qui exploite les sites FlightHub au Canada et JustFly aux États-Unis, a vendu pour 3 milliards de dollars de billets d’avion à 5 millions de passagers en 2019. Cette année-là, l’entreprise a généré des profits nets de 10,9 millions sur des revenus de 250 millions.

Manque à gagner de 8 millions

Or, les revenus ont chuté de façon drastique en 2020 en raison de la COVID-19. Depuis le début de la crise, le nombre de réservations a chuté de 90 %. Si bien que l’entreprise a généré des pertes nettes de 8 millions pour les trois premiers mois de 2020, sur des revenus de 32 millions. L’entreprise s’est placée à l’abri de ses créanciers au début du mois de mai.

Actuellement, le Groupe FlightHub a des fonds et des actifs liquides de 20 millions, mais a des dettes de 28 millions. Il y a donc un manque à gagner d’environ 8 millions de dollars.

L’entreprise n’a pas encore révélé quelle proposition elle ferait à ses créanciers pour restructurer leurs créances. Elle a pour 19,5 millions de dollars de créances non garanties. Ses créanciers non garantis les plus importants sont Google (5,7 millions), l’entreprise de soutien technique Teleperformance (4,6 millions) et le site web Kayak (3,0 millions).

Le Groupe FlightHub doit revenir devant le tribunal d’ici le 31 juillet. Le processus de restructuration est géré par le syndic Pierre Marchand, de la firme MNP.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.