Adolescence

Télé-Québec se lance dans l’éducation sexuelle

Fidèle à sa vocation éducative, Télé-Québec propose cette semaine un programme double autour de la sexualité des jeunes : un documentaire destiné aux parents d’abord, ainsi qu’une série de capsules web, à la fois pédagogiques et humoristiques, destinées aux adolescents de 13 à 15 ans.

Le documentaire

Dans Ados, sexe et confidences, qui sera diffusé mercredi soir, on a cherché à savoir si les jeunes avaient effectivement une sexualité aussi débridée qu’on l’entend (dans les médias), qu’on le croit (comme société) et qu’on le craint (comme parents).

Pour répondre à cette question, le concepteur et scénariste (et père de famille) Louis-Martin Pepperall (un habitué du public adolescent) a fait le tour du Québec, à la recherche de témoignages d’ados, de parents et d’experts, pour parler pornographie, réseaux sociaux et éducation sexuelle.

Verdict ? Que ce soit à Montréal, Drummondville, Québec ou Montréal, oui, les jeunes consomment de la porno (« on a comme grandi là-dedans », dit une jeune à la caméra). Oui, ils savent que c’est irréaliste (« les filles sont toutes grosses comme un pou, avec des grosses fesses, des gros seins, pis ça crie ! »), et oui, surtout, ils savent que leurs parents sont terriblement malhabiles pour discuter du sujet avec eux (« ils sont pas arriérés, mais… retardés par le tonnerre ! »).

Pour savoir s’ils sont plus précoces que ne l’étaient leurs parents, on a réalisé un sondage (non scientifique).

Et les données recueillies ici auprès de 1240 jeunes de 13 à 18 ans confirment ce que disent toutes les études québécoises et canadiennes sur le sujet : l’âge médian de la première relation sexuelle (qu’elle soit orale, anale ou vaginale) se maintient entre 16 et 17 ans.

Bref, non, ils ne sont pas plus débridés que ne l’étaient leurs parents. Citant Socrate, le sociologue Michel Dorais rappelle qu’il n’y a ici « rien de nouveau sous le soleil : chaque génération s’inquiète des prochaines générations en pensant qu’elles vont être pires que les précédentes »

N’empêche. « Ils sont hyper lucides, constate Louis-Martin Pepperall. Je les trouve intelligents. Ils réfléchissent et, de leur propre aveu, ils manquent d’information. »

Les capsules

D’où l’idée de lancer en parallèle « On parle de sexe », une série de capsules web (35 au total) pour aborder de manière ludique et néanmoins didactique une foule de sujets. De la performance aux poils pubiens, en passant par la masturbation ou l’orgasme au féminin, tous les sujets sont présentés sur un moule semblable, toujours léger et décomplexé : une mise en situation humoristique, une explication (« bon à savoir »), puis une série de témoignages. En moins de six minutes chrono, vite fait bien fait, on fait ici le tour de toutes ces questions.

Ados, sexe et confidences sera diffusé à Télé-Québec, le 12 septembre, dès 20 h.

Les capsules « On parle de sexe » peuvent être vues sur le site de Télé-Québec. Trois nouvelles capsules sont mises en ligne chaque semaine, les lundis, mardis et mercredis midi.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.