constituons !

Vers une Constitution citoyenne

Le metteur en scène et professeur de théâtre Christian Lapointe lance un projet 100 % citoyen intitulé Constituons !, dans le cadre duquel sera écrite une Constitution québécoise. Il en tirera une pièce de théâtre documentaire qui sera créée au FTA l’an prochain.

Puisque les politiciens s’en montrent incapables, Christian Lapointe croit que la société civile peut, à leur place, écrire une Constitution québécoise non partisane. Et le théâtre peut y contribuer en tant que lieu de rassemblement social et politique.

« Quand Philippe Couillard a parlé de Constitution à Justin Trudeau, celui-ci a répondu que c’était une distraction. Nous au théâtre, qui distrayons et divertissons les gens, sommes donc les mieux placés pour parler Constitution », ironise le metteur en scène.

Des débats « bien réels »

La démarche de Christian Lapointe est des plus sérieuses. Son projet de constitution émane d’une recherche qu’il mène à l’UQAM, où il enseigne. « On peut parler de simulation, avoue l’artiste, mais les débats seront bien réels. »

L’homme de théâtre s’est allié à l’Institut du Nouveau Monde pour regrouper 42 citoyens selon les données démographiques précises de la diversité québécoise.

Ces volontaires écriront ladite Constitution à la suite de débats et de consultations partout au Québec. Un spectacle présenté en 2019 viendra clore la démarche grâce à 12 coproducteurs théâtraux, dont le Théâtre d’Aujourd’hui à Montréal, qui présenteront la pièce.

« Ça fait deux ans et demi que je travaille là-dessus. Depuis 1982, n’importe quel parti politique aurait pu écrire une Constitution québécoise, mais aucun ne l’a fait, pas plus que de réformer le mode de scrutin. Aujourd’hui, la Colombie-Britannique est la seule province qui possède sa propre Constitution. »

— Le metteur en scène Christian Lapointe

En explorant cet « angle mort » de l’histoire du Québec, les participants parleront autant d’économie que de culture, de politique, bien entendu, comme de ressources naturelles et de territoire. Tout au long de l’écriture, un dialogue sera maintenu avec les membres des Premières Nations afin de connaître « la place qu’ils souhaitent occuper au Québec ».

Choisis au hasard

L’assemblée constituante citoyenne sera créée d’ici la fin du mois de juin. L’Institut du Nouveau Monde formera d’abord des comités directeurs et d’experts pour guider le travail. Après une période de documentation et une tournée québécoise, les membres de l’assemblée constituante débattront en commissions thématiques des propositions des citoyens afin d’écrire ladite Constitution.

« Les noms des membres de la constituante seront tirés au hasard pour représenter la société québécoise, comme ils l’ont fait en Colombie-Britannique. Cela nous assure de ne pas avoir d’ingérence de corporations ou de partis politiques », souligne Christian Lapointe.

La Constitution citoyenne devrait faire l’objet d’un dépôt symbolique à l’Assemblée nationale à la fin de ce processus sociopolitico-artistique. Une campagne de sociofinancement sera lancée pour soutenir ce projet d’art-citoyenneté.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.