Analyse

Il commence à se faire tard…

Non, ce n’est pas tout à fait la fin pour les Hurricanes de la Caroline… mais ça commence à ressembler à ça.

Bien sûr, un retard de 0-2 dans une série, ce n’est pas la première fois qu’on voit ça, et puis vraiment, on a déjà vu aussi des équipes combler ce genre d’écart en claquant des doigts.

Mais il y avait quelque chose dans cette victoire des Bruins, hier à Boston, par la marque de 6-2. Quelque chose de définitif, de certain, quelque chose de très clair dans cette domination sans appel, quelque chose qui ressemble à une conclusion qu’on ne saurait éviter : oui, les Hurricanes sont dans le gros pétrin.

Le premier détail qui est digne de mention, c’est celui-ci : lors des 30 premières minutes de jeu, les visiteurs ont réussi un total de… 9 tirs en direction de Tuukka Rask.

Le gardien des Bruins est très bon, bien sûr, mais on s’entend que dans le hockey moderne, c'est impossible de gagner avec un volume de tirs aussi modeste. Impossible.

Ensuite, le but de Connor Clifton, en début de deuxième période, a été digne de mention parce que Clifton est devenu le 19e joueur du club à réussir un but lors des présentes séries éliminatoires.

C’est un record d’équipe de 1988 qui a été égalé à ce chapitre, et ce n’est pas sans importance, parce que ça nous rappelle que souvent, les équipes qui peuvent miser sur cette incontournable « profondeur », si souvent soulignée par les cerveaux du circuit, sont celles qui font un bout de chemin en mai et en juin.

Et puis aussi, on a souvent fait remarquer, dans cet espace et dans les autres, qu’un gardien de premier plan n’est plus nécessaire dans cette ligue, mais on ajoutera qu’il est difficile de tracer de grandes conclusions par rapport à cette position et à son importance à la suite de ce résultat.

Le surprenant Petr Mrazek a été un élément de premier plan chez les Hurricanes en séries, mais ce but de vidange qu’il a généreusement accordé à Matt Grzelcyk en première période n’a certes pas aidé la cause de sa bande.

En Caroline

Le mystère, maintenant, c’est de connaître le degré de succès des Hurricanes face aux obstacles qui ne sont pas contournés si facilement. Profitons-en pour rappeler que le club de la Caroline n’avait accordé que cinq buts aux Islanders de New York en quatre matchs lors du premier tour des séries.

Et puis voici qu’en seulement deux matchs depuis le début de cette finale d’association à Boston, les Hurricanes ont accordé 11 buts. Seule bonne nouvelle pour eux, dans l’immédiat : les deux prochains matchs seront présentés devant leurs partisans.

Un retard de 0-2 dans une série, ce n’est pas une bonne recette, et il s’agit aussi d’un défi complètement différent, face à une formation aguerrie qui a vu neiger.

Non, la belle histoire des Hurricanes n’est pas terminée. Mais il commence à se faire tard pour y trouver une conclusion heureuse.

Prochain match : Bruins c. Hurricanes, demain (20 h)

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.