PÉNURIE D’ENSEIGNANTS

« Les gens ne sont pas dans l’urgence »

Un mois après avoir soumis sa candidature à la CSDM – où il manque présentement plus de 70 enseignants –, une retraitée du milieu de l’éducation attend toujours un accusé de réception.

Sylvie Dumont a fait carrière dans l’enseignement. Quand elle a appris qu’il manquait cruellement d’enseignants dans les écoles de Montréal, la retraitée a répondu à l’appel. Mais plus d’un mois après avoir soumis sa candidature, elle n’a toujours pas reçu d’accusé de réception de la Commission scolaire de Montréal (CSDM), même s’il reste encore plus de 70 enseignants à trouver dans cette seule commission scolaire.

La femme de 65 ans a plus de quatre décennies « d’expérience en arrière de la cravate » dans une commission scolaire de la Rive-Sud en tant qu’enseignante et orthopédagogue. Sylvie Dumont a récemment déménagé dans l’île de Montréal et est prête à prendre des contrats à long terme ou à faire de la suppléance dans le réseau public. Ce n’est pas une question financière, dit-elle, mais en situation de pénurie, elle considère que c’est son « devoir » d’aller donner un coup de main dans les écoles.

À deux reprises, elle a tenté de joindre les ressources humaines de la CSDM pour savoir si sa candidature remplie en ligne avait bel et bien été acheminée, mais elle s’est butée à une attente de plusieurs heures au téléphone. La troisième tentative (« je me suis dit : je ne lâche pas et j’attends ») a été la bonne.

« On m’a dit qu’on allait m’envoyer un courriel quand on serait rendu à moi, mais qu’il n’y avait pas moyen de savoir si ma candidature avait été reçue. »

« Ils m’ont expliqué qu’ils ont beaucoup de demandes et que ça pourrait prendre jusqu’à trois mois avant d’avoir des nouvelles. »

— Sylvie Dumont

N’y a-t-il pas un sentiment d’urgence ?, demande-t-elle.

L’enseignante qualifiée aurait normalement dû être appelée 24 heures après la réception de sa candidature, assure la présidente de la CSDM.

« Après, il faut valider que la personne a fait son test de français, elle doit faire une entrevue, et on doit vérifier ses antécédents judiciaires. On a raccourci les délais pour offrir le plus rapidement possible un poste à la personne, mais on ne peut escamoter ces trois étapes », dit Catherine Harel Bourdon. Sans commenter ce cas particulier, elle explique que la CSDM souhaite que le processus d’embauche se fasse le plus rapidement possible.

Lasse d’attendre, Sylvie Dumont est même allée cogner à la porte d’une école primaire de son quartier. « J’ai laissé mon CV, mais la secrétaire m’a dit qu’ils ne pouvaient absolument rien faire tant et aussi longtemps que je ne suis pas passée par le processus de candidature », dit-elle. L’enseignante entend bien se soumettre aux étapes menant à une embauche, mais avec son brevet en poche et une vaste expérience, elle aurait espéré qu’on fasse appel à elle plus rapidement.

DES EFFETS CONCRETS SUR LES ÉLÈVES

La plus grande commission scolaire de la province n’est pas au bout de ses peines. Vendredi dernier, il restait 39 postes à temps plein et 35 postes à temps partiel à pourvoir à la CSDM. Il manque toujours sept titulaires de groupes au primaire et quatre au secondaire.

« Ce n’est jamais à zéro, parce qu’il y a toujours des gens qui quittent. Le plus criant, c’est en adaptation scolaire. Les universités doivent former plus d’enseignants en adaptation scolaire et plus de gens qui ont la capacité d’enseigner en francisation dans les classes d’accueil. »

— Catherine Harel Bourdon, présidente de la CSDM

Nicole, une enseignante de la CSDM qui a demandé que son nom soit changé par crainte de représailles de son employeur, vient tout juste d’obtenir un poste dans une classe de premier cycle du primaire. Les enfants, dit-elle, ont vu un nombre impressionnant de suppléants défiler depuis la rentrée. Certains se désolent même de son arrivée parce qu’ils ne pourront plus regarder de films.

« Je ne comprends pas que les suppléants n’aient pas suivi les indications que les professeurs de l’école leur ont données », dit l’enseignante. La classe dont elle hérite est désorganisée au possible et les élèves, particulièrement les garçons, sont démotivés. « Ils ont un retard énorme. Dans les pupitres, toutes les feuilles sont pêle-mêle », illustre-t-elle.

Elle a néanmoins accepté de prendre ce groupe parce que c’est une école qu’elle affectionne.

« On ne peut pas échapper des élèves comme ça, surtout pour les premières années du primaire. »

— Nicole

L’aide des retraités serait la bienvenue, dit-elle. Fin juin, elle a décliné un poste en 6e année parce qu’elle estimait que sa formation en enseignement de la musique n’était pas adéquate. Ce refus lui a fait perdre son ancienneté. « J’ai écouté mon éthique professionnelle, explique l’enseignante. Je ne me voyais pas enseigner des matières trop avancées. »

Pendant ce temps, Sylvie Dumont attend que le téléphone sonne. « Je peux faire n’importe quoi », dit la retraitée. Elle a bien eu des appels de la commission scolaire où elle a fait sa carrière et où elle acceptait des contrats jusqu’à l’an dernier, mais c’est désormais trop loin de chez elle.

Elle se demande combien d’autres patientent comme elle à la maison alors qu’ils pourraient être utiles sur le terrain.

« Ça me fait mal au cœur. J’ai donné toute ma vie active à l’enseignement, je suis une passionnée. Quand j’entends qu’on manque d’enseignants, qu’il n’y a pas de personnel qualifié, ça me fait de la peine parce que les enfants, c’est notre avenir. Si on n’est pas capables de prendre des mises en candidature d’enseignants, on est loin du compte », se désole Sylvie Dumont.

RAMENER DES RETRAITÉS À L’ENSEIGNEMENT

En mars dernier, le ministre de l’Éducation Jean-François Roberge a exprimé son désir de voir des enseignants à la retraite retourner dans les classes pour endiguer la pénurie enseignante.

« On n’a pas leurs numéros de téléphone, parce que je pense que je les appellerais personnellement pour leur dire : “On a besoin de vous, revenez, on croit en vous, on va vous aider à aider les élèves” », avait alors déclaré le ministre de l’Éducation.

Combien d’enseignants retraités ont répondu à l’appel depuis ? Au cabinet du ministre, on nous renvoie au projet de loi 38 déposé la semaine dernière par le président du Conseil du trésor, Christian Dubé, qui prévoit que Québec pourrait assouplir certaines règles de retour au travail des retraités du régime de retraite du personnel d’encadrement.

« Appliqué à l’éducation, par exemple, cela permettrait à un directeur d’école retraité de revenir sur le marché du travail à titre d’enseignant, sans que son régime de retraite soit pénalisé. C’est un pas dans la bonne direction », nous a écrit l’attaché de presse du ministre Jean-François Roberge, Francis Bouchard. Il ajoute que d’autres mesures incitatives pour les retraités du secteur de l’éducation pourraient être annoncées sous peu.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.