dépêches diplomatiques britanniques

Furieux, Trump attaque May après des fuites à son sujet

Washington — Le président des États-Unis, Donald Trump, s’en est pris hier avec une extrême virulence à la première ministre du Royaume-Uni sortante, Theresa May, après la publication dans la presse de dépêches diplomatiques le mettant en cause.

À Londres, le gouvernement recherchait le ou les responsables ayant permis la publication par le Mail on Sunday de rapports transmis par l’ambassadeur du Royaume-Uni à Washington, Kim Darroch, dans lesquels il qualifiait le locataire de la Maison-Blanche d’« instable » et d’« incompétent ».

Visiblement furieux que Mme May soutienne M. Darroch, le milliardaire républicain a pris la dirigeante britannique pour cible, se réjouissant ouvertement, et de façon fort peu diplomatique, de son prochain départ.

« Je suis très critique de la façon dont le Royaume-Uni et la première ministre Theresa May ont géré le Brexit », a-t-il gazouillé, la désignant comme responsable de la « pagaille » actuelle.

« Je lui ai dit comment il fallait procéder, mais elle a décidé de faire autrement », a-t-il ajouté, avant de s’en prendre dans la foulée à Kim Darroch. 

« Je ne connais pas l’ambassadeur, mais il n’est ni aimé ni bien vu aux États-Unis. Nous n’aurons plus de contacts avec lui. »

— Le président Donald Trump, à propos de l’ambassadeur du Royaume-Uni, Kim Darroch

La réponse de Downing Street n’a pas tardé : « Sir Kim Darroch a toujours le plein soutien de la première ministre », a assuré un porte-parole.

Les dépêches rédigées par le diplomate, dont certaines remontent à 2017, n’étaient pas censées être rendues publiques.

Le gouvernement a annoncé l’ouverture d’une enquête. Objectif : trouver l’origine de ces fuites, mais aussi en comprendre la motivation, à deux semaines de la désignation d’un nouveau chef de gouvernement au Royaume-Uni.

Mme May a condamné des fuites « totalement inacceptables », mais souligné, par l’intermédiaire de son porte-parole, avoir « une totale confiance » en Kim Darroch, sans partager toutefois l’image de l’administration américaine dépeinte dans les dépêches diplomatiques.

« Nous devons découvrir comment cela a pu se produire, au moins pour redonner confiance à nos équipes réparties dans le monde afin qu’elles continuent à nous donner des évaluations sincères », a déclaré le chef de la diplomatie britannique, Jeremy Hunt, qui fait campagne pour devenir le prochain premier ministre du Royaume-Uni.

Darroch « faisait son travail »

Ces fuites ne sont « ni professionnelles, ni éthiques, ni patriotiques » parce qu’elles peuvent « conduire à causer du tort à la relation » avec les États-Unis, a jugé à la chaîne BBC le ministre du Commerce international du Royaume-Uni, Liam Fox.

Pour l’europhobe et populiste Nigel Farage, à la tête du Parti du Brexit, « le plus tôt » Kim Darroch sera parti, « le mieux ce sera ».

Si Jeremy Hunt a apporté son soutien au diplomate britannique en poste à Washington, il a souligné que ses opinions ne concernaient que lui. « L’ambassadeur faisait son travail d’ambassadeur, à savoir transmettre des rapports francs et des opinions personnelles sur ce qui se passe dans le pays où il travaille, pas émettre les opinions du gouvernement britannique ni les miennes. »

« Nous continuons de penser que l’administration américaine sous le président Trump est à la fois très efficace et le meilleur ami possible du Royaume-Uni sur la scène internationale. »

— Jeremy Hunt, ministre des Affaires étrangères du Royaume-Uni

Après l’échec de Theresa May à mettre en œuvre le Brexit, le Parti conservateur doit se choisir un nouveau dirigeant et chef de gouvernement, dont le nom sera connu le 23 juillet. Il lui incombera la mission du divorce avec l’Union européenne, mais aussi l’instauration de futures relations commerciales.

Et les yeux des deux candidats en lice, Boris Johnson et Jeremy Hunt, sont rivés sur les États-Unis. Le mois dernier, lors de sa visite d’État au Royaume-Uni, M. Trump avait fait miroiter un accord commercial « extraordinaire » avec Londres après le Brexit.

Les fuites peuvent-elles changer les projets de l’imprévisible Donald Trump  ?

Liam Fox, en déplacement cette semaine aux États-Unis, s’est voulu rassurant en estimant que ces fuites n’empêchaient pas de « préparer le terrain » en vue d’un futur accord.

Visiblement désireux de bien marquer son mécontentement à l’égard de Mme May, M. Trump a, dans son gazouillis, hier, dit combien il avait apprécié sa « merveilleuse visite d’État » au Royaume-Uni en juin, en prenant soin de préciser qu’il avait « surtout été impressionné » par la reine.

États-Unis

Le département d’État approuve une importante vente d’armes à Taïwan

Le département d’État américain a approuvé une importante vente d’armements à Taïwan pour une somme totale de 2,2 milliards de dollars, selon un communiqué du ministère américain de la Défense hier. La notification de cette vente, qui comprend notamment 108 chars de combat M1A2 Abrams et 250 lance-missiles sol-air à courte portée Stinger, a été faite au Congrès américain. Ce dernier a 30 jours pour y faire objection, une hypothèse qui semble peu probable. Cette annonce est de nature à provoquer la colère de la Chine, qui considère Taïwan comme faisant partie de son territoire. Pékin et Washington se livrent une guerre commerciale depuis des mois. Taïwan avait confirmé début juin son intention de passer cette importante commande d’armes auprès de Washington. Pékin avait alors aussitôt exprimé ses « sérieuses préoccupations » à ce sujet.

— Agence France-Presse

Crise des migrants

Mille soldats de plus requis à la frontière

Le département de la Sécurité intérieure a demandé, hier, 1000 soldats supplémentaires pour l’aider à gérer la crise des migrants au Texas, où les conditions de rétention des clandestins ont choqué jusqu’à la Haute-Commissaire de l’ONU aux droits de l’homme. Les membres de la Garde nationale aideraient à gérer les centres pour migrants pour adultes seuls dans les villes de Donna, tout à l’est de la frontière avec le Mexique, et de Tornillo, au milieu de la frontière. Ils apporteraient également leur assistance à différents points d’entrée dans le pays et aux aéroports d’El Paso et de Laredo. Le Pentagone n’a pas précisé quand il avait reçu cette demande, ni s’il allait accorder son autorisation, mais le communiqué note que « le gouverneur du Texas, Greg Abbott, a donné son accord pour que des membres de la Garde nationale aident les agents du Customs and Border Protection ».

— Agence France-Presse

Exploitation sexuelle

Le financier Jeffrey Epstein accusé à New York

Le financier américain Jeffrey Epstein, proche d’hommes politiques et de célébrités, a été accusé hier à New York d’exploitation sexuelle dans une affaire qui concernerait des dizaines de mineures. Ce riche investisseur en fonds spéculatifs, qui a été arrêté dans le New Jersey samedi à son retour de France en avion privé, a été inculpé de deux chefs – exploitation sexuelle et conspiration liée à une exploitation sexuelle – qui pourraient lui valoir jusqu’à 45 ans de prison s’il était reconnu coupable. Selon l’acte d’accusation rendu public hier, il est accusé d’avoir, de 2002 à 2005 au moins, fait venir des mineures – certaines âgées de 14 ans seulement – dans ses résidences de Manhattan et de Palm Beach « pour se livrer à des actes sexuels avec lui, après quoi il leur donnait des centaines de dollars en liquide ».

— Agence France-Presse

Course à l’investiture démocrate

19,1 millions

Montant (en dollars américains) des dons reçus par la sénatrice Elizabeth Warren au deuxième trimestre pour sa candidature à la Maison-Blanche. La candidate progressiste se hisse ainsi à la troisième place des démocrates malgré son boycottage des galas de collecte de fonds et des grands donateurs. Seuls le maire de South Bend Pete Buttigieg (24,8 millions) et l’ancien vice-président Joe Biden (21,5 millions) ont mieux fait, mais ils ont en revanche organisé plusieurs dîners et galas de collecte de fonds auprès de grands donateurs. Les sénateurs Bernie Sanders (18 millions) et Kamala Harris (12 millions) arrivent quant à eux en quatrième et cinquième place, complétant le top 5.

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.