Trey Rutherford et Chris Schleuger

Peu expérimentés, très efficaces

Parmi tous les joueurs de premier plan des Alouettes, Trey Rutherford et Chris Schleuger sont peut-être les moins connus du public. Ils forment pourtant le côté gauche de la ligne qui protège Vernon Adams fils et qui bloque devant William Stanback.

On craignait le pire lorsque la saison du bloqueur à gauche Tony Washington a pris fin en raison d’une blessure à une jambe. Après quelques expériences non concluantes, c’est finalement Schleuger qui a été muté de son poste de bloqueur à droite. Et la ligne joue drôlement bien depuis ce moment.

Il est rare que de jeunes joueurs peu expérimentés comme Schleuger (24 ans, première saison) et Rutherford (23 ans, deuxième saison) performent de façon aussi formidable du côté gauche d’une ligne offensive. En revanche, il est assez normal que des joueurs de ligne offensive soient peu à l’aise devant les micros et les caméras, et c’est manifestement le cas de Rutherford et de Schleuger.

La preuve, c’est qu’ils ont tout fait pour éviter de parler de leur jeu individuel, jeudi.

« On a tous connu une bonne saison, je ne suis qu’une pièce du casse-tête. Alors je ne vais pas m’attribuer plus de mérite que les autres joueurs de la ligne. »

— Chris Schleuger

« C’est flatteur et j’apprécie les bons commentaires à mon endroit, mais j’ai encore beaucoup de progrès à faire. Je ne pense pas avoir été exceptionnel cette saison. Je pense continuellement à des façons de m’améliorer et je vais continuer à travailler sur mon jeu durant la saison morte », a résumé Rutherford.

Khari Jones peut dormir sur ses deux oreilles, il n’y aura pas de déclaration-choc dans le cas de ses deux jeunes joueurs de ligne. Ils veulent faire leur boulot et en dire le moins possible, un point c’est tout.

« L’important, c’est qu’ils parlent sur le terrain, ce qu’ils ne font pas toujours. Kristian [Matte] doit parfois leur demander ce qu’ils ont vu de l’adversaire entre les jeux », a raconté Jones, jeudi. « Mais tant qu’ils seront robustes et qu’ils frapperont nos adversaires durement, ça ne me dérange pas du tout qu’ils parlent peu ! »

Le jour et la nuit

Les attentes étaient élevées dans le cas de Rutherford. Deuxième espoir sélectionné lors du repêchage de 2018, le garde devait consolider la ligne offensive dès sa première saison. Ce n’est toutefois pas de cette façon que les choses se sont passées. L’Ontarien s’est vite retrouvé sur le banc et ne l’a plus quitté.

« Je ne m’attendais pas à ce qu’on me donne un poste de partant simplement parce que j’avais été un haut choix au repêchage. Mais je suis extrêmement dur avec moi-même, alors oui, mon moral en a souffert. Entre la saison dernière et celle-ci, c’est le jour et la nuit », a avoué Rutherford.

Même s’il est canadien, Rutherford a dû s’ajuster au football à trois essais, puisqu’il arrivait de l’Université du Connecticut. Il a notamment perdu 20 lb pour gagner en agilité et améliorer son endurance.

« J’ai travaillé dans la salle d’entraînement et j’ai adapté mon alimentation avec l’aide d’un nutritionniste. Bref, j’ai fait ce que je devais faire.

« J’ai mis un certain temps à pleinement saisir les nuances du jeu, aussi. C’était un nouvel univers pour moi. Une nouvelle ligue, une nouvelle équipe et une nouvelle ville. Ça peut parfois être accablant. »

— Trey Rutherford

« C’était difficile pour Trey, l’année dernière. Il y a une transition à faire quand on arrive des rangs universitaires et ce n’est pas toujours facile », a expliqué Matte, doyen et meneur de la ligne offensive.

« Il est arrivé au camp plus léger cette saison, ce qui a eu pour effet d’améliorer sa vitesse d’exécution. Il a également une meilleure compréhension du jeu. Il nous a beaucoup surpris cette année et je suis très fier de lui », a ajouté Matte.

Comme Matte, André Bolduc croit que l’avenir de Rutherford est très prometteur après une entrée en matière difficile.

« Ça s’en vient. La saison de jeu qu’il aura maintenant derrière la cravate va l’aider beaucoup. Il s’est adapté à la ligue et il va être une bête la saison prochaine, c’est clair », a dit l’entraîneur des demis offensifs.

« Je pense qu’il est déjà l’un des meilleurs gardes du circuit et j’aime jouer avec lui. Je suis sûr qu’il va connaître une très longue carrière dans la Ligue canadienne et qu’il va recevoir plusieurs honneurs individuels », a prédit Matte.

Un front défensif redoutable

Rutherford, Schleuger, Matte et le reste de la ligne offensive des Oiseaux devront être fin prêts, dimanche. Contre l’excellente ligne défensive des Eskimos d’Edmonton, ce sera essentiel afin que les Alouettes puissent remporter la demi-finale de l’Est.

Cinq joueurs des Eskimos ont récolté au moins six sacs cette saison, dont Mike Moore (9), Almondo Sewell (8) et Kwaku Boateng (8).

« C’est peut-être le meilleur front défensif de la Ligue canadienne. [Les Eskimos] ont de très bons joueurs, alors on devra être combatifs sur la ligne de mêlée, tout en respectant notre plan de match. »

— Kristian Matte

« La chose qui distingue leur front défensif, selon moi, c’est qu’il est très constant. Leurs joueurs sont à la fois imposants et agiles, ce qui représentera un défi pour nous. Mais on a bien étudié leur jeu et je pense qu’on est bien préparés. On devrait être capables de contrôler la ligne de mêlée et c’est ce qu’on entend faire », a dit Rutherford.

Posey s’entraîne

Comme prévu, DeVier Posey s’est entraîné avec l’attaque des Alouettes, jeudi. Blessé à une cuisse, le receveur a raté les deux derniers matchs des siens.

L’ailier défensif Antonio Simmons était également de retour à l’entraînement après avoir obtenu une journée de congé la veille. Les nouvelles sont toutefois moins encourageantes dans le cas de Tommie Campbell. Le demi de coin ne s’est pas entraîné avec la défense et sa présence au match de dimanche reste incertaine.

Prochain match : Eskimos c. Alouettes, dimanche à 13 h, au stade Percival-Molson (demi-finale de l’Est)

Les Alouettes

Jones souhaite rester

Selon un membre des Alouettes ayant requis l’anonymat, Khari Jones et l’organisation discuteraient d’une prolongation de contrat. Bien que le contraire aurait été étonnant, il s’agit d’une bonne nouvelle pour les Alouettes et leurs partisans. En plus d’avoir mené son équipe à une fiche de 10-8, la première saison gagnante de l’équipe depuis 2012, Jones est très aimé de ses joueurs. Lors d’une entrevue avec La Presse, le mois dernier, Patrick Boivin, le président du club, avait dit que la décision quant au poste d’entraîneur-chef reviendrait ultimement aux nouveaux propriétaires de l’équipe. La situation a manifestement évolué depuis. Toujours selon notre source, Jones souhaiterait demeurer avec les Alouettes, ce qui est également une excellente nouvelle pour l’équipe. Rappelons que le Rouge et Noir d’Ottawa, les Argonauts de Toronto et les Lions de la Colombie-Britannique n’ont actuellement pas d’entraîneur-chef en vue de la saison prochaine. Si Jones ne signe pas un contrat avec les Alouettes, on peut présumer qu’il sera un candidat sérieux pour au moins l’un de ces trois postes.

— Miguel Bujold, La Presse

Ligue canadienne de football  Honneurs individuels

Muamba et Wieneke finalistes dans l’est

Henoc Muamba et Jake Wieneke font partie des finalistes aux honneurs individuels de la Ligue canadienne de football, étant respectivement nommés joueur canadien par excellence et recrue par excellence de la division Est, jeudi. Joueur par excellence des Alouettes en 2018, Muamba est en lice contre un autre secondeur, Cameron Judge, des Roughriders de la Saskatchewan. Muamba a aussi été nommé joueur défensif par excellence des Alouettes cette saison, mais c’est l’excellent secondeur des Tiger-Cats de Hamilton Simoni Lawrence qui a été retenu dans l’Est. Quant à Wieneke, le receveur fait face au secondeur des Stampeders de Calgary Nate Holley. Le gala de la LCF sera présenté le jeudi 21 novembre, dans le cadre des activités de la Coupe Grey.

— La Presse canadienne

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.