ACTUALITÉS

Le président de Savoura et son fils disparaissent en hélicoptère

Le président de Savoura, Stéphane Roy, et son fils manquent à l’appel depuis hier matin. Ils étaient partis en hélicoptère dans le secteur de Parent, dans les Laurentides.

M. Roy et son fils, qui est mineur, se trouvaient dans un chalet avec deux autres personnes qui sont rentrées en hydravion, selon la Sûreté du Québec. Ces personnes sont arrivées à bon port. 

Les Forces armées canadiennes sont sur place afin de retrouver les deux hommes qui devaient revenir hier d’un voyage en hélicoptère près du lac de la Bidière.

« Les équipages de vol vont chercher ce soir, a expliqué hier soir Trevor Reid, capitaine dans l’armée canadienne. Ils vont suivre les routes les plus probables ». 

M. Roy est un pilote d’expérience. Il a accumulé de nombreuses heures de vol à bord du type d’appareil avec lequel il était parti, un hélicoptère R44.

Un entrepreneur prospère

Stéphane Roy est le président de la plus importante entreprise de production de tomates de serre du Québec, Sagami, qui a fait l’acquisition de Savoura en 2015. L’entreprise possède 34 hectares de terres et a produit 20 millions de kilos de tomates en 2017.

Stéphane Roy a fondé en 1995 les Serres Nouvelles Cultures. Depuis les années 2000, l’entreprise a fait cinq acquisitions dans le domaine de la production de tomates, dont Sagami, en 2000, puis Savoura, 15 ans plus tard.

En 2011, Serres Nouvelles Cultures a décidé de se tourner vers la production biologique. « D’ici cinq ans, je vise une production 100 % bio », avait dit Stéphane Roy à La Presse en 2012. 

L’entrepreneur était sorti publiquement en 2017 pour dénoncer les serres se convertissant progressivement à la culture du cannabis. « Certains font le choix du cannabis, convertissent des serres pour en produire, réduisant de la sorte la production maraîchère déjà déficitaire au Québec, avait affirmé Stéphane Roy à La Presse. […] Les producteurs qui ont fait le choix du cannabis ne contribuent que partiellement à l’avancement de l’économie, leur production n’assurant pas une plus importante disponibilité sur nos marchés de denrées alimentaires de source québécoise. »

L’an dernier, le géant québécois des tomates de serre comptait prendre de l’expansion dans le domaine des fraises de serre en triplant sa production.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.