Résultats trimestriels

Hexo s’en va aux États-Unis, avec Molson Coors

Le producteur de cannabis Hexo a annoncé hier son intention de lancer des produits à base de cannabidiol dérivés du chanvre dans huit États américains en 2020, après avoir dévoilé des résultats du troisième trimestre inférieurs aux attentes, ce qui a fait plonger son action.

Le chef de la direction d’Hexo, Sébastien St-Louis, n’a pas précisé quels États étaient priorisés, mais l’entreprise espère entrer légalement aux États-Unis par l’entremise d’une coentreprise avec le brasseur Molson Coors.

M. St-Louis a ajouté qu’Hexo prévoyait lancer une série de produits, et que des discussions à divers niveaux avaient été engagées avec une soixantaine de sociétés du classement Fortune 500 en vue d’éventuels partenariats.

« Nous pensons pouvoir entrer avec nos partenaires du Fortune 500. […] Nous pensons que nous pouvons exploiter leur distribution existante et utiliser des canaux autres que ceux de la marijuana », a-t-il expliqué lors d’une conférence téléphonique.

Le cannabis est légal pour un usage médical et récréatif dans plusieurs États américains, mais il reste illégal au niveau fédéral au sud de la frontière. Toutefois, l’adoption d’une loi américaine sur l’agriculture, à la fin de l’an dernier, a permis la culture du chanvre à des fins d’extraction du cannabidiol.

Hexo a déjà une coentreprise canadienne avec Molson Coors pour un portefeuille de boissons infusées au cannabis, qui s’appelle Truss. M. St-Louis a précisé qu’il avait l’intention d’entrer sur le marché américain des boissons avec un partenariat similaire, encore une fois avec Molson.

Revenus moins importants que prévu

Hexo a affiché plus tôt hier ses résultats financiers pour le troisième trimestre clos le 30 avril, au cours duquel la société a réalisé un chiffre d’affaires de 13 millions de dollars, comparativement à celui de 1,24 million pour la même période un an plus tôt – soit avant la légalisation du cannabis récréatif, en octobre dernier.

Cependant, ces revenus étaient inférieurs à ceux de 14 millions attendus par les analystes, selon les prévisions recueillies par Thomson Reuters Eikon.

La perte nette trimestrielle d’Hexo a atteint 7,75 millions, comparativement à 1,97 million un an plus tôt, alors que les charges d’exploitation ont bondi à 24,1 millions, contre 5,3 millions pour la même période en 2018.

L’action d’Hexo a cédé hier 72 cents, soit 8,4 %, pour clôturer à 7,81 $ à la Bourse de Toronto.

Douglas Miehm, analyste de RBC Marchés des Capitaux, a déclaré que les résultats d’Hexo étaient « un peu décevants » par rapport aux prévisions.

« Nous notons cependant que la variation (du moins par rapport aux prévisions de RBC Marchés des Capitaux) a été alimentée par les activités médicales de la société. Le segment d’utilisation récréative, plus important, était davantage conforme aux attentes », a-t-il souligné dans une note aux clients.

Hexo a répété hier qu’elle comptait toujours augmenter ses revenus nets à 400 millions d’ici l’exercice financier 2020.

La légalisation des produits comestibles et des autres produits à base de cannabis devrait survenir dans les mois à venir, mais de longs retards forceraient Hexo à revoir son calendrier, a ajouté M. St-Louis.

Santé Canada a terminé ses consultations sur la version préliminaire du règlement, mais n’a pas encore publié les règles finales.

« Il serait prudent de s’attendre à un retard, potentiellement jusqu’en décembre », a expliqué M. St-Louis lors de la conférence téléphonique. « Mais si elle est encore retardée, cela pourrait retarder plus de 100 millions sur [la cible de] 400 millions. »

Les prévisions d’un chiffre d’affaires de 400 millions d’Hexo ne comprennent pas ses plans américains, a-t-il noté.

La revue boursière

Des investisseurs ballottés

Ballottés depuis plusieurs jours entre une potentielle baisse de taux d’intérêt de la Banque centrale américaine et les suites de la guerre commerciale sino-américaine, les marchés ont rebondi hier avec la hausse du prix du pétrole.

La Presse

Compagnie de la baie d’Hudson

Un profit grâce à la vente d’un immeuble

La Compagnie de la Baie d’Hudson (HBC) a affiché hier un bénéfice de 275 millions de dollars pour son plus récent trimestre, un résultat gonflé par la vente du principal immeuble de son enseigne Lord and Taylor, à New York. Le détaillant a réalisé un profit de 1,15 $ par action pour le trimestre clos le 4 mai, ce qui se compare à une perte de 398 millions, ou 2,17 $ par action, à la même période l’an dernier. En excluant les éléments non récurrents, HBC a fait état d’une perte nette normalisée de 209 millions, ou 1,14 $ par action, pour son plus récent trimestre, comparativement à une perte normalisée de 114 millions, ou 62 cents par action, au même trimestre l’an dernier. Les ventes au détail trimestrielles ont totalisé 2,08 milliards, en baisse par rapport à celles de 2,15 milliards du même trimestre l’an dernier.

— La Presse canadienne

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.