Fête des pères

Un papa d’exception

François Huneault décrit sa paternité comme un choix naturel, voire banal. Pourtant, rares sont les hommes qui, comme lui, accepteraient d’être le père de cinq enfants, dont seulement un est son fils biologique, et qui s’établirait dans un autre pays à plus d’une reprise, afin de les accompagner, même après la séparation avec leur mère.

Tombé amoureux de Marie Laroque alors qu’elle était déjà enceinte de son premier garçon, Mathieu, François est demeuré en couple avec elle pendant quatre ans, le temps d’avoir son seul fils biologique, Frédérik. Depuis, l’amitié se poursuit entre les ex-conjoints et François a conservé son rôle de père. « J’ai connu Mathieu à sa naissance, Frédérik est né et les filles ont suivi, explique-t-il. Je n’ai jamais vu de différences dans ma dynamique avec eux. Je me considère comme leur père. »

L’aînée des filles, Charlotte, est proche de son père biologique, qui vit en Angleterre, mais François occupe une place spéciale dans son cœur. « François, c’est mon papa. C’est lui que j’appelle quand j’ai besoin d’aide. Durant mon enfance, j’entendais mes frères l’appeler “papa”, alors j’ai fait la même chose. Personne ne pourrait contredire que c’est notre père. »

Mathieu parle de lui comme de sa plus grande influence. « Mon père biologique n’est pas vraiment présent dans ma vie, alors que François est la personne qui a été la plus présente. C’est mon père à 100 %. » Lui-même papa d’un garçon de 7 ans, Mathieu réalise peu à peu ce que François a fait pour eux. 

« J’ai juste un enfant et je trouve ça exigeant, alors que lui s’occupait de cinq. Ça va bien avec mon fils, mais François est vraiment dans une autre ligue de papas. » — Mathieu

Avec les enfants jusqu’en Haïti

Le genre de père qui décide de tout plaquer à Montréal pour rejoindre Marie, après qu’elle a choisi de déménager avec les enfants en Haïti. « Je suis partie avec quatre enfants, alors que j’étais enceinte jusqu’aux genoux, se souvient Marie. François est venu nous rejoindre après un mois. Il m’a accompagnée et c’est lui qui a tranché le cordon ombilical de ma dernière, Emmanuelle. Il est réellement devenu leur père à tous. On a eu une garde partagée des cinq durant des années. »

Un choix tout à fait naturel pour François. « Quand tu vis avec tout ce monde autour de toi et que tu te retrouves sans eux tout d’un coup, tu t’ennuies. À l’époque, ça n’allait pas super bien dans ma vie et j’ai eu envie d’aller les voir deux ou trois mois. Finalement, je suis resté deux ans. À cause des enfants et du coup de cœur pour Haïti. »

Ce déménagement dans la Perle des Antilles est représentatif de sa personnalité, selon Charlotte. « C’est touchant, mais pas surprenant. Sa vie au complet, ç’a été ça. Il a beaucoup changé de trajectoires pour être avec nous. Il a mis de côté des opportunités professionnelles et relationnelles pour nous. »

François confirme qu’une ex-copine lui a déjà demandé de choisir entre elle et les petits. « J’ai choisi les enfants. » Même chose quand des emplois auraient pu l’envoyer ailleurs dans le monde. « Je ne pouvais pas les quitter. Ils avaient besoin de moi autour d’eux. Dans ma tête, il n’y a aucun regret. »

Il est également convaincu que ses choix n’ont rien de grandiose. « Je ne me suis jamais senti exceptionnel. J’ai juste fait mon travail avec eux. » Mathieu voit cependant les choses autrement. « Il a sacrifié une partie de sa vie personnelle pour nous. »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.