Le cinéma afro-américain en quelques dates

Oscar Micheaux

The Homesteader, d’Oscar Micheaux, est le premier film écrit, réalisé et produit par un Afro-Américain à Hollywood. Le cinéaste, qui réalisera ensuite 41 autres films, a été honoré à titre posthume par la Guilde des réalisateurs américains en 1986.

Hattie McDaniel

Hattie McDaniel devient la première actrice afro-américaine à recevoir un Oscar. Sa composition de Mammy dans Gone with the Wind, sorti en 1939, lui a valu la statuette dorée dans la catégorie de la meilleure actrice de soutien en 1940.

Sidney Poitier

Ayant déjà marqué l’histoire en 1959 en devenant le premier acteur afro-américain à être cité aux Oscars dans la catégorie du meilleur acteur, grâce à The Defiant Ones, Sidney Poitier met la main sur la précieuse statuette cinq ans plus tard. C’est sa performance dans Lilies on the Field, sorti en 1963, qui lui vaut cet honneur.

Guess Who’s Coming to Dinner

Le long métrage de Stanley Kramer est le premier film illustrant une liaison interraciale à obtenir un succès populaire partout aux États-Unis, y compris dans les États du Sud. Sidney Poitier tient le rôle du fiancé que vient présenter à ses parents une jeune femme blanche.

« Blaxploitation »

Melvin Van Peebles écrit, réalise et produit Sweet Sweetback’s Baadassss Song. Ce film lancera la « blaxploitation », un courant des années 70 au cours duquel les Afro-Américains ont produit des films où ils tenaient des rôles de premier plan, plutôt que ceux, secondaires, que Hollywood leur confiait jusqu’alors.

Spike Lee

Le réalisateur lance She’s Gotta Have It, son premier long métrage, à la Quinzaine des réalisateurs du Festival de Cannes. Grâce à des films comme Do the Right Thing, Jungle Fever, Malcolm X, 25th Hour et, aujourd’hui, BlacKkKlansman, le cinéaste afro-américain creuse son sillon depuis plus de 30 ans.

Denzel Washington

L’acteur obtient l’Oscar du meilleur acteur de soutien grâce à sa performance dans Glory, sorti l’année précédente. Training Day lui vaudra l’Oscar du meilleur acteur 12 ans plus tard. L’interprète de Malcolm X est l’acteur afro-américain le plus souvent cité à la grande cérémonie hollywoodienne.

John Singleton

Premier cinéaste afro-américain à être cité aux Oscars dans la catégorie de la meilleure réalisation, à 24 ans, le réalisateur de Boyz N the Hood est aussi le plus jeune finaliste. Seulement quatre autres cinéastes afro-américains ont été nommés depuis, soit Lee Daniels, Steve McQueen, Barry Jenkins et Jordon Peele.

Halle Berry

Monster’s Ball, sorti en 2001, vaut à Halle Berry d’être la première comédienne afro-américaine à obtenir l’Oscar de la meilleure actrice. Le destin a voulu que Denzel Washington (Training Day) l’emporte du côté masculin et que Sidney Poitier reçoive un Oscar d’honneur la même soirée. Jamais les Oscars d’interprétation les plus importants n’avaient été remis à des acteurs afro-américains la même année.

#oscarssowhite

Ce mot-clic fait prendre conscience au milieu du cinéma à quel point il reste beaucoup de chemin à faire pour atteindre une plus grande diversité dans cette industrie, et dans la société en général. L’année suivante, on remarque une meilleure représentation dans les nommés de la cérémonie des Oscars.

Get Out

Le film de Jordan Peele, qui aborde la question du racisme, obtient un succès aussi phénoménal qu’inattendu. Il s’est d’ailleurs vu attribuer l’Oscar du meilleur scénario original (2018). Moonlight, de Barry Jenkins, un film ancré dans la communauté afro-américaine, reçoit l’Oscar du meilleur film de l’année.

Black Panther

Le long-métrage de Ryan Coogler, qui met en vedette Chadwick Boseman, se situe au sommet des films de Marvel. À ce jour, les aventures du superhéros noir ont généré plus de 700 millions de dollars, et ce, seulement dans le marché intérieur (États-Unis et Canada).

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.