Élections fédérales 2019 Opinion

Ça suffit, les insultes et les mensonges

Depuis le début de la campagne électorale, nous assistons à une pluie d’insultes et de mensonges provenant de politiciens et de commentateurs du Canada anglais.

Il est normal d’exprimer des opinions différentes de celles de nos adversaires, sinon il n’y a pas de débat. Cela doit cependant être fait en respectant la vérité et en affichant le plus grand respect envers ceux et celles qui ne partagent pas nos valeurs, nos idées et nos objectifs.

Une modératrice pas du tout modérée !

Le débat en anglais fut chaotique, c’est le moins que l’on puisse dire. Il fut également très mal dirigé, mais qui plus est, Althia Raj, chef du bureau parlementaire d’Ottawa pour le Huffington Post, qui « dirigeait » le segment du débat portant sur la Loi sur la laïcité, a décrit cette loi comme étant « discriminatoire ».

Depuis quand une personne qui agit comme modératrice peut-elle exprimer ses opinions personnelles dans un débat ?

Comment expliquer que tous les chefs des partis fédéralistes partageaient son point de vue ?

Althia Raj a clairement affiché son mépris envers le Québec et les Québécois qui appuient fortement la Loi sur la laïcité.

Déformer la vérité, c’est mentir

Madame Raj ne s’est pas contentée d’être partisane ; elle a, comme plusieurs commentateurs au Canada anglais, déformé la vérité en « traduisant » malicieusement les paroles du chef du Bloc québécois.

Yves-François Blanchet a invité dans sa déclaration de clôture lors du débat à TVA les Québécoises et les Québécois à « voter pour des femmes et des hommes qui vous ressemblent, qui partagent vos valeurs, qui portent vos préoccupations et qui travaillent pour vos intérêts ». Or, plusieurs au Canada anglais ont laissé entendre que le Bloc invitait les gens à voter pour des personnes qui leur ressemblent physiquement !

Thomas Mulcair a exprimé son désir lors de la campagne de 2015 « de former un gouvernement qui nous ressemble et qui nous rassemble ». Personne ne lui a reproché, avec raison d’ailleurs, d’avoir prononcé ces mots.

Michael Ignatieff, lors de la campagne de 2011, a écrit une lettre aux Québécois dans laquelle il disait que « le temps est venu de nous unir pour bâtir une société qui nous ressemble ». Il ne fut nullement critiqué et cela se comprend aisément.

Ces deux exemples nous démontrent qu’il y a clairement deux poids, deux mesures pour certains commentateurs et politiciens au Canada anglais quand vient le temps de poser des jugements sur le Québec.

Connaissez-vous Stéphane Venne ?

Je suis certain que beaucoup de Québécois le connaissent, mais je ne crois pas que ce soit le cas au Canada. C’est d’ailleurs absolument normal, car nos cultures sont différentes.

Mais avant de porter un jugement, il faut faire preuve de rigueur. Or, une des chansons écrites par cet auteur s’intitule À partir d’aujourd’hui, demain nous appartient. Le chef du Bloc a repris ces paroles durant le débat de TVA. Eh oui, certains commentateurs au Canada anglais ont laissé entendre que Blanchet s’était inspiré d’une chanson nazie que l’on peut entendre dans le film Cabaret !

Leur imagination n’a pas de limites et s’inspire peut-être de cet éloquent sophisme de Pierre Elliott Trudeau, qui disait que « les séparatistes sont nationalistes, que les séparatistes sont socialistes et que, donc, les séparatistes sont national-socialistes » !

La moralité et les excuses

Les Québécois et les Québécoises en ont assez de se faire donner des leçons par certains commentateurs et politiciens du Canada anglais. Je tiens toutefois à préciser que j’ai constaté lors de mes nombreux voyages dans le Canada qu’il existe une grande différence entre la majorité des Canadiens et ceux qui se prétendent leur porte-parole.

Il ne faut pas juger les Canadiens en fonction de l’attitude trop souvent malsaine de certains haut-parleurs.

Il serait intéressant cependant que le donneur de leçons en chef qu’est Justin Trudeau, qui se confond régulièrement en excuses, demande à la Couronne britannique de s’excuser auprès des Acadiens pour la déportation de 1755. Il pourrait également présenter ses excuses aux 500 innocents jetés en prison par son père en 1970. Est-ce trop demander ?

L’heure juste

Un débat sert normalement à clarifier les choses. Peut-on espérer que tous les chefs des partis fédéralistes répondent clairement lors du débat de ce soir aux demandes exprimées par François Legault sur les pouvoirs du Québec en immigration, sur la déclaration de revenu unique, sur l’application de la loi 101 aux entreprises sous charte fédérale et sur la Loi sur la laïcité ? Il serait important aussi de connaître leur position sur le droit du Québec d’interdire le passage d’un oléoduc sur son territoire.

Rappelons-nous que la clarté et la rigueur sont essentielles en démocratie.

* Chef du Bloc québécois de 1997 à 2011, Gilles Duceppe a été député fédéral pendant 21 ans.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.