Roadtrip

ROUTES DE RÊVE EN ARIZONA

Le centre de location de voitures de l’aéroport de Phoenix est le point de départ d’une fascinante virée : entre paysages grandioses, randonnées pédestres, découvertes architecturales et excursions dans le Grand Canyon, une semaine en Arizona, c’est l’expérience d’une vie. Partie prenante du voyage, chaque route est une aventure s’ouvrant sur des panoramas plus grands que nature. Tour d’horizon.

Virée chez Frank

Le nez de la cylindrée pointe d’abord en direction de l’iconique villa Taliesin West, bâtiment-signature de l’architecte Frank Lloyd Wright. Guidé par un des rares étudiants de la School of Architecture at Taliesin, on visite chaque pièce avec l’impression de pénétrer dans un des grands lieux touristiques du patrimoine mondial. Construit à partir de 1937, le complexe constituait la résidence d’hiver de l’architecte, qui a également conçu et agencé l’ensemble du mobilier. D’autre part, l’intégration de l’aménagement dans le paysage environnant est parfaitement harmonieuse.

Panoramas de feu

Depuis Phoenix, l’Apache Trail nous transporte dans un mythe d’Amérique : montagnes semi-désertiques, étendues de cactus, falaises abruptes suivies de forêts, immenses lacs d’un bleu profond. Comme partout en Arizona, chaque trajet de 30 minutes de route se transforme en grandiose tableau. À mi-chemin, le lunch à l’étonnant Saloon Tortilla Flat nous remet en selle jusqu’au barrage Theodore-Roosevelt. Autre arrêt, autre pause photos. La suite nous conduit au Majestic Mountain Inn, à Payson. Adresse simple et parfaite pour un dodo bien mérité, pour la piscine extérieure et pour l’honnête Fargo’s Steakhouse, situé à 30 secondes de là.

Sur la route de Sedona

Après avoir roulé un bon moment sur la 260, on fait halte au sublime parc national Tonto Natural Bridge. À destination de Sedona, une portion du spectacle propose de majestueuses forêts de pins. On arrête ensuite au Château Montezuma, datant de 800 ans, ancré dans une falaise. Stupéfiant. Puis la route 179 menant à Sedona est l’occasion d’un autre bouquet de « Wow ! ». Après avoir fait une randonnée ensoleillée sur le sentier de Boynton Canyon, on immobilise la voiture devant la réception du pittoresque Sugar Loaf Motel. Au souper, une surprise de taille nous attend au restaurant Pisa Lisa : la meilleure pizza de la galaxie.

Direction Grand Canyon

Pas besoin de rouler en Canyonero pour atteindre l’iconique splendeur du monde terrestre. S’engager sur la 89A puis sur la 64, en faisant un arrêt obligatoire à Desert View avant de sortir les valises au Yavapai Lodge du South Rim est un autre rêve éveillé en matière de route idyllique. Ne manque que le passage de licornes, malgré que les immenses cerfs croisés ajoutent déjà à la magie. Au matin, la descente à pied jusqu’au Indian Gardens, en surplomb de la rivière Colorado, puis la remontée, valent chaque pas. Jour 2 : jogging de 12 kilomètres sur le pourtour du canyon, avant de contempler celui-ci du haut des airs, en hélicoptère. Une sensation inouïe, spectaculaire, vertigineuse.

Flagstaff et Scottsdale

Retour sur la terre ferme. Dans l’habitacle, le GPS nous dirige vers Flagstaff. Avis aux amateurs de burgers : l’un des meilleurs du pays est au Diabolo. Les affiches des Clash et le burger Ziggy Stardust – on y met ce qu’on veut – ajoutent au plaisir. Décidément, l’Arizona s’apprécie aussi dans l’assiette. Promenade dans le vieux quartier de Flagstaff, avant de reprendre la route vers Scottsdale. L’arrivée à l’hôtel Phoenician fait contraste, cette fois en mode cocktail sur le bord de la piscine, la tête emplie d’images impérissables. Entre pics enneigés et canyons, sur les chemins du bonheur.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.