L’attitude des Américaines dénoncée

L’analyste et ex-joueuse canadienne Kaylyn Kyle reçoit des menaces de mort

PARIS ET GRENOBLE, France — Célébrations « excessives et irrespectueuses » ou « indignation moralisatrice » : l’attitude des Américaines lors de leur victoire record de 13-0 contre la Thaïlande, mardi, en phase de groupes de la Coupe du monde féminine de soccer, a créé une polémique, certains observateurs accusant les États-Unis d’avoir inutilement humilié leurs adversaires.

Il s’agissait de l’écart le plus important de l’histoire du tournoi. 

Ce résultat à sens unique a suscité un débat sur la nécessité d’étoffer une avance – le différentiel de buts peut être déterminant pendant la phase de groupes d'un tournoi.

Mais ce sont surtout les célébrations exubérantes des Américaines qui se sont poursuivies jusqu’à la fin du match, alors que l’écart était insurmontable, qui ont fait scandale.

Entre autres, les célébrations de la capitaine Megan Rapinoe qui, après avoir porté la marque à 9-0 à la 79e minute de jeu, a étendu ses bras pour imiter les ailes d’un avion avant d’effectuer un tourniquet et de glisser au sol.

Elle a ensuite donné des coups de pied vers le ciel, avant de poursuivre sa célébration avec les joueuses sur le banc américain.

L’ex-joueuse de la sélection canadienne Kaylyn Kyle, qui est analyste pour le réseau TSN pendant le tournoi, a vertement critiqué en ondes l’attitude des Américaines.

« Nous, les Canadiennes, ne penserions jamais à agir de la sorte… C’est un manque de respect, c’est irrespectueux, scandaleux, a noté Kyle, qui a pris sa retraite en 2017. Je dois lever mon chapeau aux Thaïlandaises, qui ont su garder la tête haute. »

Ses critiques lui ont rapidement valu des menaces de mort sur les réseaux sociaux. Sur son compte Twitter, Kyle a tenu à mettre les choses au point, tout en réitérant que, selon elle, les célébrations des Américaines après leurs buts étaient « excessives et irrespectueuses ».

« Aux gens qui m’envoient des menaces de mort, laissez-moi faire une MISE AU POINT ! a-t-elle écrit. Je n’ai jamais dit qu’il fallait limiter le nombre de buts qu’on peut marquer en Coupe du monde !!! JE VOUS RECOMMANDE DE REGARDER MON INTERVENTION AU COMPLET ! J’ai dit exactement le contraire. C’EST LA COUPE DU MONDE. On doit marquer le plus de buts possible, et ne levez jamais le pied ! J’ai toutefois dit que les célébrations de l’équipe américaine étaient excessives et irrespectueuses lorsque le pointage a atteint 8-0. Tout le monde a le droit à son opinion à 100 pour cent, mais s’il vous plaît arrêtez les menaces de mort ! »

Hier matin, Kyle et ses collègues de TSN, l’animatrice Kate Beirness, Clare Rustad, qui a également représenté le Canada sur la scène internationale, et la milieu de terrain canadienne Diana Matheson, sont revenues sur l’incident de la veille, précisant leur pensée, mais maintenant également leur condamnation de l’attitude des Américaines.

« C’est la Coupe du monde »

Sur les réseaux sociaux, le mot-clic #UglyAmericans a déferlé, un utilisateur écrivant même au sujet des États-Unis qu’un « vainqueur sans classe [était] pire qu’un mauvais perdant, quel que soit le genre ».

Sans surprise, la sélectionneuse des championnes du monde en titre Jill Ellis a défendu ses joueuses : « C’est un championnat du monde, donc toute équipe présente a été fantastique pour se qualifier. Respecter ses adversaires, c’est jouer à fond contre eux. »

« Nous avons du respect pour toutes nos adversaires, a quant à elle déclaré Rapinoe, mais c’est la Coupe du monde. »

« Admirez la performance et réservez à d’autres l’indignation moralisatrice. C’est une Coupe du monde, pas un tournoi amateur. »

— Nancy Armour, éditorialiste au USA Today

Du côté thaïlandais, la sélectionneuse Nuengruethai Sathongwien a dit « accepter » le fait que les Américaines soient « meilleures ».

Grâce à ce plantureux succès contre la 34e nation mondiale, les États-Unis trônent en tête du groupe F, à égalité avec la Suède, tombeuse plus discrète du Chili (2-0).

La Suède affrontera dimanche la Thaïlande, tandis que les Américaines croiseront le fer avec le Chili, également dimanche.

Aujourd’hui : Australie c. Brésil, 12 h Afrique du Sud c. Chine, 15 h

Coupe du monde féminine de soccer

France 2, Norvège 1

La France s’est remise d’un but contre son camp et elle a vaincu la Norvège 2-1, hier, alors que le pays hôte est demeuré invaincu à la Coupe du monde féminine de soccer. Eugénie Le Sommer a marqué le but vainqueur sur un penalty pendant la 72e minute, après que les reprises vidéo eurent confirmé que la Norvège avait commis une faute dans la surface de réparation. Valérie Gauvin avait ouvert le pointage en début de deuxième demie, mais la Norvège a ensuite profité d’une déviation de Wendie Renard dans son propre filet pour créer l’égalité. — Associated Press

Allemagne 1, Espagne 0

Le parcours de l’Allemagne à la Coupe du monde féminine de soccer n’est pas aussi simple qu’anticipé. Devant l’Espagne, hier, les doubles championnes du monde ont profité d’un but de Sara Däbritz pendant la 42e minute de jeu pour l’emporter. Il s’agissait d’une deuxième victoire d’affilée par le pointage de 1-0 pour l’Allemagne, qui se retrouve en tête du groupe B. Elle avait battu la Chine à sa première sortie. Les Allemandes ont toujours atteint les quarts de finale à la Coupe du monde féminine — Associated Press

Nigeria 2, Corée du Sud 0

Asisat Oshoala est devenue la deuxième joueuse nigériane à toucher la cible dans deux Coupes du monde différentes, hier, après avoir contribué à la victoire de 2-0 des siennes contre la Corée du Sud. Chidinma Okeke a soulevé le ballon derrière la défense sud-coréenne à la 75e minute et Oshoala l’a récupéré, avant de déjouer la gardienne Hwang Bo-ram. Le Nigeria avait ouvert le pointage à la 29e minute après que la sud-Coréenne Kim Do-yeon eut marqué contre son camp. — Associated Press

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.