Billie Eilish

Pop star atypique

Billie Eilish a été propulsée sur le devant de la scène musical à l’aube de ses 14 ans. La chanteuse américaine à la voix cristalline offre une pop indie hors norme qui interpelle un large auditoire. Son style est d’une excentricité grisante. Elle n’a que 17 ans et elle réécrit ce qu’est être une pop star. Portrait, à la veille de son passage à la Place Bell, mercredi.

La prodige

Billie Eilish (de son nom complet Billie Eilish Pirate Baird O’Connell) est née à Los Angeles en 2001, de parents acteurs irlandais. Elle est le premier artiste né après le tournant du millénaire qui s’est hissé au sommet du classement Billboard 200 – avec son premier album when we fall asleep, where do we go ? Porte-étendard d’une nouvelle génération pop, l’adolescente a été qualifiée de « prodige » par maints observateurs. Scolarisée à la maison, elle a eu la liberté d’explorer ses passions, soit la danse et la musique, qu’elle pratique depuis l’âge de 8 ans. « Je chantais tout le temps, les gens devaient me faire taire », a-t-elle déjà raconté en entrevue. Dès 11 ans, Billie compose et interprète ses propres chansons. Enfant, elle chante dans une chorale et y apprend beaucoup sur la maîtrise de sa voix, un de ses grands atouts. Cette voix est juvénile et mature à la fois ; une délicate intonation adolescente y cohabite avec beaucoup d’aplomb.

La percée

La ballade Ocean Eyes a été le déclencheur d’une célébrité quasi instantanée pour Billie Eilish. Son grand frère, le compositeur et acteur Finneas O’Connell (Glee), l’a écrite pour son propre groupe, mais a proposé à Billie d’y poser sa voix. Pour que son professeur de danse puisse la télécharger et créer une chorégraphie sur le titre, Billie et Finneas l’ont publiée sur Soundcloud. Du jour au lendemain, les clics ont déferlé par milliers. C’était en 2015, juste avant le 14e anniversaire de l’interprète. Un an plus tard, la chanson s’est retrouvée sur toutes les plateformes d’écoute, sous les labels Interscope et Darkroom. Le monde a alors découvert Billie Eilish et sa popularité n’a cessé de croître depuis. À la suite de ce premier succès, Billie et Finneas ont fait paraître Bellyache, début 2017. Cette année-là, Billie Eilish a dévoilé de nouvelles chansons jusqu’à la sortie, en août, du minialbum Don’t Smile at Me. Deux de ses chansons, bored (2017) et lovely (avec Khalid, en 2018), figurent sur la bande sonore de l’émission de Netflix 13 Reasons Why.

Phénomène hors norme

Le premier album de Billie Eilish, when we fall asleep, where do we go ?, était très attendu. Sorti en mars dernier, il est devenu l’album le plus « prétéléchargé » de l’histoire de la plateforme Apple Music. Du haut de ses 17 ans, l’artiste a su faire monter les attentes depuis qu’elle est entrée dans l’industrie. Single après single, l’artiste a établi qu’aucune étiquette ne pouvait lui être attribuée sans nuances. Elle-même a révélé au magazine Billboard, en 2017, qu’elle n’aimait pas « l’idée des genres pour qualifier une chanson ». Le disque n’a pas déçu les attentes. Le magazine britannique NME lui a attribué une cote de cinq étoiles, tandis que Variety a prédit que l’album serait des sélections aux prochains prix Grammy. Dès sa première semaine, l’album s’est classé numéro 1 du Billboard 200, avec plus de 300 000 exemplaires vendus. Neuf semaines après sa sortie, il trône encore au sommet de ce classement.

Une personnalité aimable

Toujours très sûre d’elle-même en apparence, démontrant un fort caractère, Billie Eilish plaît aussi par sa personnalité sans compromis. Reçue à toutes les émissions de variétés imaginables dans la dernière année, elle est drôle et excentrique, sans jamais laisser de côté son humilité. Au magazine Billboard, elle a dit ne pas vouloir tenir son incroyable percée pour acquise. Récemment, elle a révélé qu’elle continuait d’enregistrer dans la chambre de son frère plutôt que dans un studio professionnel. « Ça fonctionne, pourquoi changer la formule ? », a-t-elle répondu au journaliste de l’émission australienne The Project. Invitée sur le plateau d’Ellen en avril, elle a parlé sans malaise de son syndrome de la Tourette, qui lui donne des tics moteurs.

Pop triste

Pas encore majeure, Eilish a la maturité d’une artiste ayant travaillé ses mots et son style pendant des années. Dans la veine de Lana Del Rey ou de Lorde, la Californienne a cette aura mélancolique, appréciée par le public autant que par la critique. Les adolescents la révèrent. Mais comme le souligne Variety dans la critique de son album, sa musique est « trop bonne » pour n’être destinée qu’aux jeunes. Certains y voient l’avènement d’un nouveau genre de musique populaire. Elle crée une pop triste où se côtoient des textes souvent sérieux (elle aborde ses terreurs nocturnes, la masculinité toxique, la drogue) et une production minimaliste novatrice, parfois tout en synthèse, d’autres fois R&B ou plutôt acoustique. Le hip-hop est une grande influence pour la chanteuse, qui parle de Tyler, The Creator comme d’un artiste qui a changé sa vie.

La mode

Sur les réseaux sociaux, l’image de Billie Eilish est (bien sûr) jeune et extravagante. Ses publications Instagram, vues par 24 millions d’abonnés, montrent ses différents accoutrements. Son style mêle le streetstyle des rappeurs du début des années 2000 aux marques de luxe. Elle porte des ensembles de couleurs vives Louis Vuitton, Gucci ou Chanel. Elle y accroche des chaînes, accessoirise avec une rivière de bijoux imposants. Ses vêtements sont toujours très amples sur ses 5 pi 2 po. Dans une publicité pour Calvin Klein (dont elle est une des ambassadrices), elle affirme : « Je ne veux pas que le monde sache tout de moi. C’est pour ça que je porte des vêtements amples. Personne ne peut donner son opinion parce que personne n’a vu ce qu’il y a dessous. » De nombreux magazines de mode discutent du style unique de Billie Eilish, qui inspire les adolescents par son laisser-aller et son excentricité décomplexée. La chanteuse aux cheveux parfois bleu-gris prévoit d’ailleurs un jour d’établir sa propre gamme de vêtements.

À la Place Bell le 12 juin

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.