Santé visuelle

Lexique des troubles de la vision

Certains défauts de la vision sont présents dès la naissance, donc congénitaux; d’autres apparaissent avec les années. À ne pas confondre avec les maladies oculaires, les troubles de la vision nécessitent d’être corrigés pour améliorer la vue. Petit lexique pour y voir clair !

Amétropie

Quand on parle d’amétropie, on désigne les défauts dans la structure optique de l’œil, qui entraînent des troubles de réfraction – ou plus communément de « force » de l’œil. On dénombre trois types d’amétropies : la myopie, l’astigmatisme et l’hypermétropie. Par opposition, l’emmétropie évoque l’état d’un œil dont la structure est typique et qui produit une vision normale, le fameux 20/20.

Myopie

Trouble de la vision très commun, la myopie s’explique par un déséquilibre entre l’œil, trop long, et la courbure du cristallin ou de la cornée. Résultat : la personne myope aura de la difficulté à discerner les détails de loin. La vision de près n’est toutefois pas affectée par la myopie. Ce défaut de vision touche les gens de tous âges, mais se déclare le plus souvent à l’adolescence. Par ailleurs, son apparition relève parfois de facteurs héréditaires.

Astigmatisme

Quand la courbure de la cornée n’est pas parfaitement sphérique mais ovale, on parle d’astigmatisme. Cette déformation de la cornée entraîne un étirement ou une distorsion de la vue. C’est à la fois la vision de près et celle de loin qui sont touchées chez la personne astigmate. Pour corriger sans cesse l’imprécision dans sa vision, l’astigmate doit redoubler d’efforts. C’est pourquoi l’un des symptômes de ce trouble de vision est la fatigue oculaire, ce qui peut aussi se traduire par des maux de tête.

Hypermétropie

Chez les personnes hypermétropes, l’image perçue se forme derrière la rétine, puisque la distance entre la cornée et la rétine est insuffisante. Le système visuel est alors fortement sollicité pour arriver à mettre au point les images floues et obtenir une vision nette, surtout de près. Il n’est donc pas étonnant que les hypermétropes éprouvent de la fatigue et même des douleurs oculaires, des maux de tête, une vue embrouillée après toute tâche qui nécessite un effort prolongé pour l’œil : lire et écrire, travailler à l’ordinateur, etc. Un strabisme soudain peut même apparaître, surtout en fin de journée.

Presbytie

La presbytie n’est pas un défaut de vision à proprement parler, mais est plutôt attribuable au vieillissement. Vers l’âge de quarante ans, chez les personnes qui ont déjà une amétropie comme chez celles qui ont une vision normale, il devient plus difficile de faire la mise au point en regardant un objet de près. On a alors tendance à éloigner le journal ou un livre au bout de nos bras pour arriver à discerner les lettres. C’est le cristallin de l’œil, qui avec le temps épaissit et perd son élasticité, le grand fautif dans un cas de presbytie.

Strabisme

Chez les personnes atteintes de strabisme, une dysfonction des muscles responsables des mouvements des yeux est à l’origine d’un mauvais alignement de ceux-ci. Ces muscles situés autour de l’œil sont soit relâchés ou trop sollicités, ce qui entraîne un déséquilibre. Incapables de se coordonner, les yeux produisent une vision double, ce que le cerveau doit corriger. Qu’il touche un seul œil ou les deux yeux, le strabisme est généralement dépisté avant les deux ans d’un enfant, bien qu’il puisse aussi apparaître chez l’adulte.

Daltonisme

D’origine génétique la plupart du temps, le daltonisme, une déficience dans la vision des couleurs, affecte davantage les hommes. Le plus fréquemment, ce sont le jaune et le vert que le daltonien a du mal à différencier, mais la perception du jaune et du bleu peut aussi être un exercice épineux. C’est souvent à la maternelle que ce trouble fonctionnel est dépisté chez les enfants.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.