Grand Prix de Chine

Mercedes prend le large

Lewis Hamilton et Valtteri Bottas ont réalisé un troisième doublé en trois Grands Prix, hier en Chine, permettant à Mercedes de prendre un net avantage au Championnat du monde. Chez Racing Point, Lance Stroll s’est contenté d’une décevante 12e place au terme d’une performance sans relief.

UNE ÉQUIPE CHAMPIONNE

Mercedes a remporté cinq titres mondiaux consécutifs et l’équipe est encore au sommet de son art cette saison. Elle en a donné une belle preuve au 36e tour du Grand Prix de Chine, hier, en réussissant en quelques secondes un spectaculaire double ravitaillement qui a permis à Lewis Hamilton et Valtteri Bottas d’assurer un troisième doublé cette saison Avec déjà un net avantage sur Ferrari au Championnat des constructeurs (130-73), Mercedes va avoir les coudées franches pour gérer la cohabitation de ses deux pilotes. Parti en position de tête, Bottas a vu son coéquipier le doubler dès le départ, et l’affaire était réglée. Pas sûr qu’il sera toujours aussi « docile », mais Hamilton en a vu d’autres, et il a encore montré ce week-end qu’il n’avait pas son pareil pour tirer le maximum de toutes les situations.

LA TENSION MONTE CHEZ FERRARI

Après être venue bien près de la victoire à Bahreïn, Ferrari n’a jamais été en position d’inquiéter Mercedes hier en Chine. Et la tension a déjà commencé à monter dans la Scuderia, aussi bien parmi les patrons qu’entre les pilotes. En ordonnant à Charles Leclerc, alors troisième derrière les Mercedes, de céder le passage à son équipier Sebastian Vettel au 11e tour, le directeur Mattia Binotto a pris une décision controversée : « C’est toujours difficile à juger, mais cela nous semblait la seule chance de garder le contact avec les meneurs, a-t-il justifié. Je comprends la frustration de Charles [Leclerc], mais c’était une décision d’équipe. »

Vettel ne s’est pas montré plus compétitif que son équipier et Leclerc n’a ensuite pu faire mieux que la cinquième place en raison des choix stratégiques de la Scuderia. « Je ne veux pas faire de commentaires trop vite, je dois encore comprendre l’ensemble de la situation, discuter avec mes ingénieurs et bien comprendre la décision. Cela n’a pas été un bon week-end pour moi et pour l’équipe… »

VERSTAPPEN ET RED BULL CONFIRMENT

Ceux qui croyaient que l’équipe Red Bull souffrirait de son passage au moteur Honda ont encore eu droit hier à un joyeux démenti. Max Verstappen s’est à nouveau mêlé à la lutte pour le podium et le moteur japonais a continué de briller par sa puissance et sa fiabilité. En prime, Pierre Gasly a obtenu un premier bon résultat (6e) avec le point supplémentaire du meilleur tour en toute fin de course.

« Nous avions une excellente stratégie qui nous a permis de maximiser notre résultat [4e] en prenant avantage d’une Ferrari dans les ravitaillements », a résumé Verstappen, qui occupe le troisième rang du Championnat derrière les pilotes de Mercedes. « J’ai eu une chance de doubler Seb [Vettel], après son ravitaillement quand ses pneus étaient froids, mais nous n’avions pas vraiment le rythme pour lutter jusqu’à la fin. Nous devons encore progresser un peu pour rivaliser avec Mercedes et Ferrari, mais nous sommes déjà en position de récolter plusieurs points à chaque course. »

STROLL : « NOUS AURIONS PU FAIRE MIEUX… »

Lance Stroll a encore connu une journée difficile, hier, sur le circuit de Shanghai. Le pilote de l’équipe Racing Point s’est contenté d’une décevante 12e place, alors que son équipier Sergio Pérez a pris la 8e. « Nous aurions pu faire mieux, a convenu le Canadien. Nous étions devant Albon, mais il a ravitaillé un tour plus tôt pour prendre l’avantage et éventuellement terminer dans les points [10e]. Nous aurions dû le prévoir, tenter quelque chose. Une fois derrière lui, c’était difficile de rouler suffisamment près pour essayer de le doubler… »

« Je pense que nous avions un bon rythme en course, comme Sergio l’a montré, mais il va falloir revoir notre stratégie parce que je pense que nous avons perdu un point. »

— Lance Stroll

Andrew Green, directeur technique de Racing Point, a ajouté : « Lance a pris un bon départ et il a fait une bonne course, mais la stratégie n’a pas tourné en sa faveur. À la fin, nous avons pris un risque en effectuant un deuxième arrêt afin qu’il dispose de pneus plus performants, mais il y avait trop de circulation. »

Après un départ prometteur en Australie, Stroll vient de connaître deux Grands Prix décevants, où il a été dominé par son coéquipier. S’il estime avec raison devoir encore s’adapte à sa nouvelle équipe, le pilote de 20 ans devra néanmoins vite rétablir la barre.

UN 1000e ENNUYANT

Le Grand Prix de Chine était le 1000e de l’histoire de la Formule 1, mais il ne passera certainement pas à l’histoire. L’ordre du podium a vite été réglé, et ce sont surtout les ravitaillements qui ont influencé l’évolution des positions en piste.

Derrière les pilotes des trois équipes de pointe, Daniel Ricciardo (Renault, 7e), Sergio Pérez (Racing Point, 8e) et Kimi Räikkönen (Alfa Romeo, 9e) ont logiquement hérité des places d’honneur.

La performance du jour a été signée par le jeune Alexander Albon (Toro Rosso, 10e), qui a effectué une superbe remontée après avoir dû prendre le départ de la ligne des puits. Victime d’une violente sortie de piste lors de la troisième séance d’essais libres, samedi matin, le Thaïlandais n’avait pu prendre part aux qualifications. Moins brillant, son coéquipier Daniil Kvyat a été pénalisé après avoir été impliqué dans deux collisions peu après le départ avec Carlos Sainz et Lando Norris, gâchant ainsi la course des McLaren.

Prochaine épreuve : Grand Prix d’Azerbaïdjan, 28 avril, circuit temporaire de Bakou

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.