En vedette

La nouvelle saison du Centre Segal

Le Centre Segal des arts de la scène a annoncé sa programmation 2019-2020 la semaine dernière. La nouvelle saison débutera le 8 septembre avec The Pianist of Willesden Lane. Cette pièce, inspirée d’une histoire vraie survenue pendant la Seconde Guerre mondiale, sera mise en scène par Hershey Felder. Suivra, fin octobre, la comédie musicale Mythic, de Marcus Stevens et Oran Eldor, mise en scène par Brian Hill (qui a signé l’adaptation Belles Sœurs : The Musical). En février 2020, le Segal présentera Small Mouth Sounds, mise en scène par Caitlin Murphy, adjointe artistique de la compagnie. On nous propose ensuite un voyage dans le temps avec The Times They Are A Changin’, mettant en vedette Louise Pitre et W. Joseph Matheson. À la mi-avril 2020, Marcia Kash mettra en scène la pièce Oslo, acclamée aux États-Unis. La saison théâtrale se terminera avec la première mondiale de Siberian Summer, de Paul Van Dyck, mise en scène par Ellen David.

À Toronto

Une saison de parité au Théâtre français

Joël Beddows, directeur artistique du Théâtre français de Toronto (TfT), propose une programmation autour de la place de l’art dans la capitale de l’Ontario. Sa saison 2019-2020 met de l’avant des productions signées par de jeunes artistes franco-ontariens. Sans oublier les classiques du répertoire. Pour la première fois de son histoire, la programmation affiche la parité entre les hommes et les femmes, tant à l’écriture qu’à la mise en scène.

La 52e saison s’ouvrira avec le classique d’Ionesco La cantatrice chauve, présenté dès le 23 octobre. La metteure en scène Chanda Gibson signera sa première production grand public. En février 2020, le TfT présentera Exercice de l’oubli d’Emma Haché, une coproduction avec le Théâtre populaire d’Acadie qui raconte l’histoire d’un homme frappé d’amnésie à la suite d’un accident et qui ne reconnaît plus sa femme. La pièce est mise en scène par Joël Beddows. Au printemps 2020, Le Club des éphémères est annoncée, dans le communiqué de la saison, comme « une comédie incisive à saveur féministe inspirée par l’histoire des quintuplées Dionne ».

— Luc Boulanger, La Presse

Le chiffre de la semaine

20

La compagnie Sibyllines, fondée par Brigitte Haentjens, fêtera ses 20 ans jeudi prochain. En deux décennies, elle a créé 22 spectacles avec la collaboration de 200 artistes de la scène. Pour célébrer cet anniversaire, on présentera une performance avec Dany Boudreault, Anne-Marie Cadieux, Sophie Desmarais et Sébastien Ricard. Le lancement officiel du livre Ce qui se trame, un ouvrage d’entretiens avec des collaborateurs clés de Mme Haentjens, aura aussi lieu au cours de la soirée.

Le jeudi 18 avril, à la Sala Rossa, à 19 h

— Luc Boulanger, La Presse

Supplémentaires

Parce que la nuit de retour à l’automne

Le spectacle Parce que la nuit, librement inspiré de la vie et de l’œuvre littéraire et musicale de Patti Smith, a été présenté à guichets fermés en mars. Céline Bonnier, Martin Dubreuil, Dany Boudreault (qui signe également le texte avec la metteure en scène Brigitte Haentjens) et leurs camarades de scène feront un autre tour de chant à l’automne, à l’Espace Go. Réservez vite vos billets pour la reprise du 23 octobre au 2 novembre !

— Ève Dumas, La Presse

À l’UQAM 

Le temps des migrants

La fin de la session d’hiver annonce le moment de découvrir de nouveaux talents à l’École supérieure de théâtre de l’UQAM. Du 16 au 19 avril, au Studio-théâtre Alfred-Laliberté du pavillon Judith-Jasmin de l’UQAM, le metteur en scène Michel-Maxime Legault dirige la pièce Migraaaants, de l’auteur franco-roumain Matéi Vișniec. Il dirige des finissant(e)s en jeu, en scénographie et en études théâtrales. On y explore le côté sombre de l’humanité.

— Luc Boulanger, La Presse

Festival

Jean-Philippe Baril Guérard : théâtre et chaos

L’OFFTA dévoile ce soir la programmation de sa 13e édition, qui se tiendra du 24 mai au 2 juin, en marge du Festival TransAmériques. Parmi les spectacles à ne pas manquer, mentionnons Capitalisme tardif, le nouveau solo du polyvalent acteur et metteur en scène Jean-Philippe Baril Guérard. Avec cette pièce d’anticipation sociale, l’auteur de Sports et divertissements jette un regard sombre sur l’avenir. Il aborde la disparition de notre civilisation sous le poids des catastrophes écologiques, en arguant que « la fin du monde sera une opportunité d’affaires ». Son solo sera présenté les 24 et 25 mai à l’Espace Danse de l’Édifice Wilder. Le comité artistique de l’OFFTA proposera aussi plusieurs créations, performances et une série d’événements qui mettront de l’avant la jeune création en arts vivants. On peut consulter l’ensemble de la programmation, ce soir après 18 h 30, sur le site de l’OFFTA.

— Luc Boulanger, La Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.