Technologies vertes

Des revenus à l’horizon pour CO2 Solutions

Avec la nouvelle contribution du gouvernement fédéral versée hier, CO2 Solutions veut diminuer le coût de sa technologie de capture du carbone pour la rendre plus intéressante pour les grands émetteurs.

Ressources naturelles Canada donnera 375 000 $ à CO2 Solutions, qui a fait de la réduction du coût de sa technologie « la priorité absolue » pour conserver son avance technologique.

La petite entreprise de Québec, fondée en 1998 par Evan Price, descendant de la famille qui a fait fortune dans l’industrie forestière, a mis au point une technologie de capture du carbone qui utilise les enzymes. Elle a inscrit ses actions à la Bourse de croissance en 2004 et est toujours en quête de ses premiers revenus commerciaux.

« C’est une technologie qui était très en avance sur son temps », explique le porte-parole de l’entreprise, Jérémie Lavoie. CO2 Solutions est maintenant en mesure de passer de l’expérimentation à la commercialisation, estime-t-il. « La transition va se faire. »

Les premiers revenus de CO2 Solutions devraient venir des installations de capture du carbone qui sont en construction sur le site de l’usine de Produits forestiers Résolu à Saint-Félicien. Il est prévu que l’usine atteigne le stade de la production commerciale dans la seconde moitié de 2019.

Ce projet, qui nécessite un investissement de 8,4 millions, consiste à capter le carbone émis par l’usine et à le transférer à Serres Toundra, producteur de légumes voisin, où il servira à faire pousser des concombres.

Le carbone n’est pas seulement un élément indésirable dont il faut se débarrasser. Il peut être valorisé comme carburant, transformé en protéines ou utilisé dans l’embouteillage de bières et de boissons gazeuses. « Les technologies de valorisation se développent, ce qui est positif », explique Jérémie Lavoie.

Valorisation Carbone Québec

En même temps, CO2 Solutions dirige un projet de démonstration de capture et d’utilisation du CO2 dans les installations de Parachem, dans l’est de Montréal, avec des partenaires industriels (Suncor, Total) et universitaires.

Baptisé Valorisation Carbone Québec, le projet vise à accélérer la commercialisation des technologies de capture et d’utilisation du CO2.

Le gouvernement du Québec a récemment versé 7,5 millions à CO2 Solutions pour le prolongement jusqu’en 2022 du projet Valorisation Carbone Québec, qui devait prendre fin en 2019.

Depuis ses débuts, l’entreprise vit surtout de l’argent des fonds de recherche et des contributions gouvernementales. Après les neuf premiers mois de l’exercice en cours, CO2 Solutions déclare des revenus de 30 000 $ et une perte de 2,33 millions. Son fonds de roulement (l’actif à court terme moins le passif à court terme) est négatif de 3,87 millions.

Le titre de CO2 Solutions s’échange autour de 0,08 $ à la Bourse de croissance de Vancouver. Depuis un an, il a varié entre un sommet de 0,15 $ et un creux de 0,06 $.

Wall Street dynamisée par les résultats

Wall Street a terminé en hausse hier, soutenue par une vague d’enthousiasme pour les résultats d’entreprises et par un bond de l’action de Tesla propulsée par une possible sortie de la cote. L’indice Dow Jones a gagné 0,5 % et le NASDAQ s’est apprécié de 0,3 %.

Tesla pourrait quitter la Bourse

L’action du constructeur automobile Tesla a bondi de plus de 10 %, hier à Wall Street, après la publication d’un tweet d’Elon Musk affirmant que le groupe pourrait quitter la Bourse si le prix de l’action atteignait 420 $US. Tesla a clôturé en hausse de 11 % à 379,57 $US en fin de séance après avoir avancé de 8,4 % juste après la diffusion du tweet. Le prix de l’action évoluait déjà en forte hausse quelques minutes auparavant après la publication, par le Financial Times, d’une information selon laquelle le fonds souverain saoudien avait pris une participation financière importante au sein du constructeur automobile.

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.