Fonds de solidarité FTQ

Le REER+ : 30 % de plus pour vos petits plaisirs d’aujourd’hui

Si Daniel, fonctionnaire retraité, peut s’envoler à bord de son propre planeur chaque fois que l’envie lui en prend, c’est parce qu’il s’est donné les moyens de le faire. Même chose pour François, qui participe à des épreuves enduro en moto tout-terrain. En vous montrant sélectif dans vos choix d’activités, vous augmentez votre capacité d’épargne pour vous offrir de grands plaisirs au moment de la retraite. Le REER+ au Fonds de solidarité FTQ peut être une façon d’y parvenir, grâce aux économies d’impôt additionnelles de 30 %1 qu’il génère.

Choisir vos plaisirs sans vous priver

Daniel, retraité actif, a l’habitude d’évaluer chaque dépense majeure en se demandant s’il en a réellement besoin. Lorsqu’il répond par la négative, il se demande alors : « Mais est-ce que ça me fait vraiment plaisir ? » Comme lui, en étant sélectif en ce qui a trait aux activités et aux biens qui vous apportent du bonheur, vous pourriez être moins tenté de dépenser un peu partout, ce qui dégage du même coût des sommes pour épargner sans devoir vous priver.

30 % d’économies d’impôt supplémentaires

Une stratégie efficace pour épargner est de mettre de côté une part de vos revenus de façon systématique. Si vous gagnez 26,50 $ de l’heure, que vous travaillez 40 heures par semaine et que vous souhaitez verser une cotisation de 5 000 $ par année à votre REER+ pour obtenir les crédits d’impôt maximaux, cela représente environ 2,40 $ par heure rémunérée. « En tenant compte des économies d’impôt, cela ne vous coûte que 0,79 $2 par heure », calcule Denis Leclerc, premier vice-président au développement du marché de l’épargne au Fonds de solidarité FTQ.

De petits plaisirs à la grande portée

Les économies d’impôt¹ du REER+ vous permettent d’épargner tout en continuant de vous offrir de petits plaisirs. Vos cotisations servent également à soutenir l’économie locale et plus de 3 300 entreprises partenaires3 qui comptent sur l’appui du Fonds de solidarité FTQ. Lorsque vous dégustez une bière Boréale, que vous vous détendez au spa Le Scandinave ou que vous enfourchez votre vélo acheté à Bicycles Quilicot, vous encouragez aussi des entrepreneurs d’ici.

Les moyens de s’offrir de grands plaisirs

Au moment de la retraite, vos revenus seront généralement fixés en fonction des prestations auxquelles vous aurez droit, mais surtout de votre épargne personnelle. C’est donc dire que les choix que vous faites aujourd’hui influenceront la souplesse de votre budget de demain. Lorsque les moyens suffisent tout juste à couvrir les dépenses courantes, cela laisse peu de marge de manœuvre pour de grands plaisirs.

Les économies d’impôt sont gagnées pour la vie

Si vous avez un revenu de 55 000 $, une cotisation de 5 000 $ par an au REER+ au Fonds vous permet de bénéficier du maximum de crédits d’impôt et d’économiser 3 355 $.

« Des économies d’impôt comme ça, c’est de l’argent gagné pour toujours », explique Denis Leclerc, du Fonds de solidarité FTQ.

Notes légales

Veuillez lire le prospectus avant d’acheter des actions du Fonds de solidarité FTQ. Vous pouvez vous procurer un exemplaire du prospectus sur le site Web fondsftq.com, auprès d’un responsable local ou aux bureaux du Fonds de solidarité FTQ. Les actions du Fonds de solidarité FTQ ne sont pas garanties, leur valeur fluctue et leur rendement passé n’est pas indicatif de leur rendement dans l’avenir.

¹ Les crédits d’impôt accordés aux actionnaires du Fonds de solidarité FTQ sont de 15 % au Québec et de 15 % au fédéral. Ils sont limités à 1500 $ par année fiscale, ce qui correspond à l’achat d’actions du Fonds de solidarité FTQ d’un montant de 5000 $.

² Exemple basé sur l’année d’imposition 2020, pour une personne avec un revenu annuel imposable de 55 000 $, ayant un taux d’imposition marginal de 37,1 %. Les montants calculés sont des estimations qui peuvent varier selon votre situation fiscale.

³ En date du 31 mai 2020

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.