CHRONIQUE

Justin Trudeau et le blocus

Justin Trudeau doit-il rentrer d’urgence au Canada pour tenter de régler la crise du blocus ferroviaire ?

La crise est grave, les enjeux économiques et politiques sont énormes. Mais ce serait peut-être céder à la pression d’une poignée d’autochtones dissidents que de déchirer son agenda immédiatement.

Pendant qu’il se demande « j’y vais-tu ou j’y vais-tu pas », il devrait néanmoins envoyer un message clair. Il ne le fait pas.

Mardi, tout en rappelant qu’il y a des limites au droit de manifester et un État de droit à respecter, il a commencé par inviter « toutes les parties impliquées à négocier ».

C’est parce que… le gouvernement fédéral est une « partie impliquée ».

Que veut-il négocier exactement ?

On entend encore souvent que « les Premières Nations » s’opposent à l’agrandissement du pipeline Trans Mountain, ou à la construction d’un gazoduc – dans le cas qui nous occupe, celui qui vient de déclencher ce blocus, il s’agit d’un gazoduc pour le gaz naturel en Colombie-Britannique.

C’est totalement inexact.

En réalité, dans ce dernier cas, 20 ententes prévoyant des redevances ont été signées entre l’entreprise gazière et des nations autochtones. Y compris les Wet’suwet’en, dont des chefs dissidents « héréditaires » ont organisé le blocus.

Ces mêmes chefs dissidents ont annoncé un recours constitutionnel en Cour fédérale mercredi pour forcer le gouvernement à respecter des engagements en matière environnementale.

Fort bien. Mais on ne peut pas d’un côté réclamer une décision de la justice contre le gouvernement et de l’autre refuser d’obéir à un ordre de la même justice de cesser toute entrave – car une injonction a été obtenue, là comme ailleurs.

Jeudi, devant les journalistes entre deux avions à Munich, M. Trudeau a simplement rappelé que le Canada est « un État de droit ».

C’est tout ?

***

La situation des manifestants est intenable non seulement juridiquement, mais aussi politiquement. Les leaders autochtones ne soutiennent absolument pas, pour la plupart, ces blocus. Plusieurs chefs ont demandé qu’ils cessent. Les causes des Premières Nations ont fait de grands pas, notamment par des victoires judiciaires. Des manœuvres de groupes dissidents qui causent un tort à l’économie sans raison directe et claire, et sans appui des nations, ne font que nuire à la « cause ».

On ne demande pas à Justin Trudeau de faire des déclarations incendiaires ou d’envoyer l’armée. Déloger des manifestants n’est pas aussi simple qu’on peut le penser.

Mais on se demande ce qu’il y a à « négocier », ce qui par ailleurs enverrait un bien mauvais signal à ceux qui seraient tentés de s’inspirer de ces tactiques.

Il y a quelques faits et quelques principes à réaffirmer, entre autres le fait non négligeable que les ententes ont été signées et que les nations visées appuient le projet qui a fait démarrer ces manifs…

***

La même logique va s’appliquer pour l’agrandissement de Trans Mountain, dont nous sommes tous les heureux propriétaires.

Une première série de contestations judiciaires a forcé l’arrêt du projet il y a deux ans. Un des motifs : la consultation insuffisante auprès des Premières Nations. D’autres consultations ont été organisées. Une autre contestation a été entreprise… qui vient d’échouer. Plusieurs nations autochtones appuient ce projet, en passant. Mais l’affaire est entendue, la négociation faite : le pipeline peut légalement être construit. On ne peut pas recommencer le jeu juridique à l’infini – ou alors, ce n’est plus du jeu.

Les Mohawks qui bloquent la voie ferrée en Ontario sont très loin de ce gazoduc. Ils nuisent aux intérêts de 20 Premières Nations qui ont signé une entente. Il n’y a pas lieu de sacraliser une manif parce que des membres des Premières Nations y participent.

Si le message des chefs et du gouvernement ne passe pas, il n’y a pas mille solutions. Un pays comme le Canada ne peut pas voir son transport ferroviaire stoppé. Il faudra bien des interventions policières, même si c’est compliqué sur un territoire aussi vaste.

(J’ai lu hier en m’étouffant, sous la plume d’un chroniqueur n’ayant sans doute pas visité les mêmes réserves que moi, que les membres des Premières Nations jouiraient de « privilèges » apparemment exorbitants… J’espère qu’on a compris que ce n’est pas mon propos.)

***

Je ne sais pas si Justin Trudeau doit rentrer si vite que ça. Mais la minceur de sa réaction nous force à nous poser la question : qu’est-il allé faire exactement en Afrique ?

Ah oui, tenter de convaincre suffisamment de pays, parmi les 54 du continent, de voter pour le Canada en juin pour un siège temporaire au Conseil de sécurité des Nations unies. Pourquoi ? Pour exercer plus d’influence sur les affaires internationales.

Ironiquement, c’est justement le déclin de l’influence canadienne dans le monde depuis une quinzaine d’années qui risque de le priver de ce siège destiné à lui en donner plus…

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.