États-Unis

« J’estime qu’il est temps pour le Parti démocrate de l’Iowa de commencer à regarder vers l’avenir, et ma présence à cette fonction rend cela plus difficile. »

— Troy Price, président du Parti démocrate de l’Iowa, qui a présenté mercredi sa démission en jugeant « inacceptable » le chaos dans la publication des résultats qui ont, au final, donné la victoire à l’ex-maire modéré Pete Buttigieg. (AFP)

Pays-Bas

Explosion de lettres piégées dans une tentative d’extorsion

Deux lettres piégées ont explosé mercredi sans faire de victimes dans les locaux de deux entreprises aux Pays-Bas, a déclaré la police, selon laquelle il s’agit d’une tentative d’extorsion. Les courriers ont explosé dans un bâtiment de la banque ABN AMRO à Amsterdam et dans les locaux de l’entreprise japonaise de services informatiques Ricoh à Kerkade, dans le sud du pays. L’expéditeur exigeait une somme en bitcoins, la célèbre monnaie virtuelle, et menaçait d’envoyer d’autres lettres piégées si le paiement n’était pas effectué, a rapporté l’agence de presse néerlandaise ANP. « Un employé [d’ABN AMRO] a voulu ouvrir la lettre et a entendu un sifflement. L’employé a jeté la lettre, après quoi une légère détonation s’est produite », a indiqué la police dans un communiqué. « Heureusement, il n’y a pas eu de blessés, mais les personnes impliquées sont bien sûr très choquées », a déclaré Ricoh dans un communiqué. La police néerlandaise avait déjà ouvert une enquête sur une série de lettres contenant des explosifs envoyées en décembre et en janvier à des entreprises dans trois villes des Pays-Bas. La police a indiqué qu’elle « prenait sérieusement en compte » la possibilité que les explosions de mercredi soient liées à cette précédente affaire. — Agence France-Presse

République démocratique du Congo

L’OMS prolonge l’urgence internationale pour le virus Ebola

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a prolongé mercredi la qualification de l’épidémie d’Ebola en République démocratique du Congo (RDC) comme une urgence internationale, malgré une chute récente du nombre de cas jugée « extrêmement positive » et une révision en baisse du niveau de la menace. « L’épidémie doit continuer d’être une urgence de santé publique internationale », a déclaré à la presse le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Gebreyesus, à l’issue d’une réunion de spécialistes de la maladie à Genève. « Tant qu’il y aura encore un seul cas d’Ebola dans une région dangereuse et instable comme l’est de la RDC, le potentiel existe pour une épidémie bien plus grande », a ajouté le Dr Tedros. Il a espéré que ce statut d’urgence puisse être levé dans trois mois, à l’occasion d’un nouvel avis du comité d’experts internationaux de cette maladie. Le président de ce comité, Robert Steffen, a indiqué de son côté que la menace constituée par l’épidémie en RDC et dans la région était passée du niveau « très élévé » à « élevé » en raison des progrès enregistrés, même si l’urgence internationale était maintenue. L’OMS avait adopté cette qualification d’urgence en juillet dernier, une décision régulièrement soumise à un comité de spécialistes. — Agence France-Presse

Nigeria

Les djihadistes multiplient les attaques dans le nord-est 

Les djihadistes du groupe État islamique en Afrique de l’Ouest (ISWAP) ont multiplié les attaques dans le nord-est du Nigeria contre les forces de sécurité ces derniers jours, au lendemain d’un terrible massacre qui a fait 30 morts parmi les civils, forçant le chef de l’État à venir « témoigner son respect » aux autorités locales. Lundi, des combattants du groupe d’ISWAP, branche de Boko Haram affiliée à l’EI, sont arrivés à bord de véhicules et ont attaqué un poste militaire dans le village de Tungushe, près de la capitale de l’État du Borno, Maiduguri, « tuant un soldat et en blessant un autre », a révélé un officier militaire à l’AFP. Deux insurgés ont également été tués, a-t-il souligné. Selon Ibrahim Liman, l’un des chefs de milices civiles qui combattent aux côtés de l’armée nigériane, les insurgés se sont ensuite rendus dans la ville voisine de Gajiganna, où ils ont mené une deuxième attaque, tuant un autre soldat et emportant avec eux un véhicule militaire. Au même moment, à Rann, importante localité isolée à la frontière entre le Nigeria et le Cameroun, des insurgés sont arrivés à moto et dans quatre véhicules équipés de mitrailleuses, et ont attaqué les positions militaires de défense de la ville. — Agence France-Presse

Syrie

Rare affrontement entre des forces de la coalition et des prorégime

La coalition internationale antidjihadistes dirigée par les États-Unis a fait état mercredi d’un affrontement avec des hommes armés après avoir essuyé des tirs dans une zone sous contrôle de forces prorégime dans le nord-est de la Syrie. Les tirs sont intervenus au passage d’une patrouille de la coalition près de Qamichli, où se trouve « un barrage tenu par les forces prorégime », a indiqué le porte-parole de la coalition, Myles Caggins. La patrouille a « subi des tirs à l’arme légère de la part d’individus inconnus » avant de « riposter », a-t-il ajouté. Il a précisé que la patrouille a pu retourner à sa base en toute sécurité après « une désescalade ». Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), le convoi militaire a traversé le village de Kherbat Ammo « par inadvertance », suscitant l’ire des miliciens prorégime et des habitants. L’Observatoire a également fait état de tirs de feu croisés. Selon un correspondant de l’AFP sur place, les véhicules militaires arboraient le drapeau américain. L’affrontement a fait un mort côté régime et a pris fin après un raid américain sur le secteur, selon l’OSDH, et l’envoi de renforts ayant permis l’évacuation des deux véhicules militaires retenus dans le village.— Agence France-Presse

Israël

L’ONU publie une liste de sociétés liées aux colonies

Israël a fustigé mercredi la diffusion par l’ONU d’une liste de 112 sociétés ayant des activités dans ses colonies, considérées comme illégales par le droit international, une initiative saluée par les Palestiniens.

Le bureau de la haute-commissaire aux droits de l’homme de l’ONU, Michelle Bachelet, a publié cette liste de 112 sociétés ayant des activités dans les colonies israéliennes établies dans les Territoires palestiniens occupés, incluant les géants Airbnb, Expedia et TripAdvisor.

Sa diffusion intervient deux semaines après l’annonce du projet du président américain Donald Trump pour mettre un terme au conflit israélo-palestinien, un plan qualifié d’« historique » par les Israéliens et vigoureusement rejeté par les Palestiniens.

Le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a lancé mercredi une menace de rétorsion après la diffusion de la liste.

« Quiconque nous boycotte sera boycotté », a-t-il indiqué dans un communiqué. « Nous rejetons fermement ce geste méprisable », a-t-il ajouté.

La liste de l’ONU est « une reddition honteuse aux pressions de pays et d’organisations qui veulent causer du tort à Israël », a réagi de son côté le ministre israélien des Affaires étrangères Israel Katz.

Il s’est toutefois félicité du fait qu’une « majorité des pays ait refusé de se joindre à cette campagne de pression politique ».

Environ 450 000 colons juifs sont implantés dans des colonies en Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël depuis plus d’un demi-siècle et où vivent quelque 2,7 millions de Palestiniens, selon les dernières données des autorités israéliennes.

En incluant Jérusalem-Est, secteur de la Ville sainte également conquis par Israël en 1967 puis annexé, plus de 600 000 colons sont établis dans les Territoires palestiniens occupés.

Changement américain

Les Palestiniens se sont félicités de la publication de la liste onusienne.

« Publier cette liste […] est une victoire pour […] nos efforts diplomatiques afin d’assécher les puits du système colonial incarné par les colonies illégales », a ainsi déclaré Riyad al-Maliki, chef de la diplomatie palestinienne.

Le mouvement BDS (boycottage, désinvestissement et sanctions), qui appelle au boycottage économique, culturel ou scientifique d’Israël afin d’obtenir la fin de l’occupation et de la colonisation des Territoires palestiniens, s’est aussi réjoui de la déclaration de l’ONU.

« La publication de cette liste est le premier pas très significatif effectué par une entité de l’ONU pour demander des comptes à Israël et à des sociétés internationales qui permettent et tirent profit des colonies israéliennes illégales », a indiqué ce mouvement dans un communiqué.

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.