Grumman ’78, Hydro-Québec, 737 MAX et États-Unis

Quelques nouvelles du jour

Le Grumman ’78 ferme ses portes

La pandémie de COVID-19 fait une nouvelle victime dans le milieu de la restauration à Montréal. Dans Saint-Henri, le resto et camion de rue Grumman ’78 a annoncé vendredi qu’il « raccroche ses pneus de façon définitive », dans la foulée de sa fermeture pendant le mois d’octobre. « On tire la plogue. C’est fini. Le respirateur artificiel vient de s’arrêter », lance la propriétaire de l’établissement, Gaëlle Cerf, en entretien avec La Presse. Fondé en 2010, le restaurant avait soufflé ses 10 bougies le 13 septembre dernier. Les deux associés à la tête du Grumman ’78 soulignent avec ironie qu’ils ont « travaillé un peu trop fort » en mars dernier. Résultat : ils n’ont pas eu droit à l’aide fédérale au loyer. « Il fallait perdre plus de 70 % de ses revenus et, de notre côté, on avait perdu seulement 65 % … On s’est démenés, mais à un moment donné, c’était trop. On perdait de l’argent, ce n’était plus rentable du tout », raconte Mme Cerf.

— Henri Ouellette-Vézina, La Presse

Hydro-Québec se prépare pour New York

Hydro-Québec se prépare à répondre à un appel de propositions dans l’espoir d’acheminer un important volume d’hydroélectricité vers New York en vertu d’un changement réglementaire survenu dans cet État américain. Le département des Services publics a décidé d’ajouter une catégorie supplémentaire à sa norme sur l’énergie propre, ce qui, estime la société d’État, rend l’énergie produite dans ses centrales existantes admissibles à des crédits d’énergie renouvelable – une forme d’incitatif financier. D’ici les deux prochains mois, les autorités new-yorkaises vont solliciter les propositions pour 1500 mégawatts (MW) d’énergie et Hydro-Québec sera sur les rangs. Un contrat permettrait la réalisation d’une interconnexion entre le Québec et New York. Selon le document de 134 pages du département des Services publics, à terme, le volume pourrait atteindre 3000 MW.

— La Presse Canadienne

Embellie européenne pour le 737 MAX

L’action du constructeur aéronautique Boeing a connu une belle ascension vendredi à la Bourse de New York, alors que le patron du régulateur européen de l’aviation a estimé que le 737 MAX, cloué au sol depuis plus d’un an et demi, pouvait a priori voler « en toute sécurité ». Le titre a gagné 1,89 % après avoir grimpé de plus de 5 % en début de séance. Dans une interview à l’agence Bloomberg, Patrick Ky a indiqué être satisfait des changements apportés par Boeing à l’appareil, interdit de vol dans le monde entier depuis mars 2019 après deux accidents ayant fait 346 morts. L’Agence européenne de la sécurité aérienne pourrait officiellement donner son feu vert à un retour du 737 MAX dans le ciel européen avant la fin de l’année.

— Agence France-Presse

les consommateurs américains retrouvent le sourire

La confiance des consommateurs aux États-Unis a continué de grimper en octobre, atteignant un nouveau sommet depuis le début de la pandémie, selon l’estimation préliminaire de l’Université du Michigan publiée vendredi. L’indice général s’est établi à 81,2 points, contre 80,4 en septembre, les consommateurs ayant espoir en l’amélioration des perspectives économiques pour l’année à venir. C’est toutefois un peu inférieur aux 82 % attendus par les analystes. « La croissance de l’emploi qui ralentit, la résurgence des cas de COVID-19 et l’absence d’un nouveau plan de relance du gouvernement fédéral poussent les consommateurs à être plus inquiets de l’environnement économique actuel », a commenté Richard Curtin, l’économiste en chef chargé de cette enquête. Mais il souligne que « ces inquiétudes sont largement compensées par l’amélioration continue des perspectives économiques pour l’année à venir ».

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.