Les nouvelles de la semaine

Découvrez les nouvelles qui ont marqué l’actualité de la dernière semaine dans le monde de l’automobile.

Cadillac abandonnera l’ATS cette année

Dans le tumulte après le licenciement de son PDG Johan de Nysschen, Cadillac a confirmé qu’il abandonnerait définitivement son modèle ATS. Les versions berline et coupé cesseront d’être offertes sur notre marché à la fin de la période de production de l’année-modèle 2018, nous a précisé General Motors (GM) Canada. L’ATS coupé survivra cependant une année de plus sur le marché américain. Le départ de ce modèle, six ans à peine après sa naissance, servira à préparer le terrain pour la mise en production d’une nouvelle berline, la CT5. Cette dernière prendra la place de l’ATS et de la berline intermédiaire CTS au sein de la gamme. GM Canada nous a également confirmé que le constructeur larguerait ainsi « éventuellement » la CTS. Cadillac a l’intention d’introduire un nouveau modèle tous les six mois jusqu’en 2021.

Rolls-Royce présente son tout premier VUS

Rolls-Royce embarque officiellement dans la frénésie des VUS de grand luxe. La marque anglaise, propriété de BMW, a levé le voile la semaine dernière sur son nouveau-né, le Cullinan. Arborant la traditionnelle calandre rectangulaire coiffée du Spirit of Ecstasy, ce paquebot des routes sera mû par un V12 biturbo de 6,75 L, aussi dans la plus pure tradition de Rolls-Royce (563 ch). Le VUS est basé sur la même architecture en alliage d’aluminium que la nouvelle cuvée de la Phantom, mais ne pèsera pas moins de 2660 kg. Rolls-Royce précise d’ailleurs que le Cullinan aura un confort inégalé, qu’importe la surface (ils utilisent le terme « Magic Carpet Ride »). L’habitacle est évidemment composé de matières nobles, luxe oblige, et les passagers arrière accèdent à leurs spacieuses places en ouvrant des portières à pentures inversées.

BMW lance une version Competition de sa M5

La BMW Série 5 est l’exception qui confirme la règle avec un volume de ventes qui se maintient au Canada dans un segment en perte de vitesse. C’est dans ce contexte que la marque à l’hélice présente une version encore plus démoniaque de la M5, la livrée de haute performance de la berline. Son V8 de 4,4 L gavé par deux turbocompresseurs voit sa puissance passer à 617 ch. Sa transmission intégrale et sa boîte automatique à huit rapports permettent un 0-100 km/h estimé par BMW à 3,3 s, un chiffre comparable à celui d’une Audi R8. La trame sonore de ce V8 est obtenue par un échappement moins restrictif que celui de la M5 de série. Certains éléments du châssis ont également été retravaillés pour assurer un caractère différent à cette livrée Competition.

Aston Martin poursuit le développement… d’un sous-marin

Alors qu’Aston Martin cherche à diversifier ses activités avec l’éventuelle mise en production d’un VUS, la marque anglaise a annoncé qu’elle dévoilerait cette année un sous-marin dont elle a assuré la conception, un projet baptisé Neptune. Dans un communiqué le plus sérieux du monde, le constructeur a présenté les premières esquisses de l’engin conçu avec la firme Triton Submarines. Le partenariat avait été présenté en septembre 2017. D’un design très futuriste, le véhicule submersible pourra transporter deux personnes jusqu’à 500 m de profondeur et pourra accélérer jusqu’à 5 nœuds, ce qui demeure évidemment beaucoup moins vite que les voitures de la marque. Aston Martin a particulièrement mis l’accent sur l’habitacle en le rendant le plus cossu possible. Véritable objet de luxe, ce sous-marin pourra être entièrement personnalisé au goût de l’acheteur.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.