Bourse

Dollarama se dégonfle de 3 milliards

En seulement 40 minutes hier matin, la valeur boursière de Dollarama est revenue à son niveau d’il y a un an, soit autour de 14 milliards. La veille, la capitalisation boursière de l’entreprise montréalaise était de 17 milliards.

Le titre a reculé de plus de 18 % après la publication des résultats du 2e trimestre, passant ainsi d’environ 52 $ à 42 $. Après un très court rebond à 45 $ vers 10 h, le titre est redescendu sous la barre des 43 $ pour presque tout le reste de la journée.

Il a finalement terminé la séance à 43,12 $, un recul de 17,19 %.

Les résultats trimestriels étaient conformes aux attentes, mais les ventes comparables ont clairement déçu. Cette donnée clé dans l’industrie tient compte uniquement de la performance des magasins ouverts depuis plus d’un an, ce qui a comme effet d’exclure l’impact des nouvelles adresses.

Qualifiant les « ventes massives » d’actions de « réaction excessive à des ventes plus faibles que prévu », l’analyste Neil Linsdell, de l’Industrielle Alliance Valeurs mobilières, a maintenu sa recommandation d’achat.

Ventes et prévisions décevantes

Dollarama a déclaré une augmentation de ses ventes comparables de « seulement » 2,6 %, alors que les analystes tablaient sur une hausse de 4,5 % à la BMO, 5,3 % à la TD et 5,2 % chez Canaccord Genuity. La hausse s’explique par une augmentation de 3,1 % de la valeur du panier moyen conjuguée à une baisse de 0,5 % du nombre de clients.

Cette hausse jugée décevante s’explique notamment par le fait que les produits saisonniers liés à la fête du Canada se sont moins vendus qu’en 2017, alors qu’on célébrait le 150e anniversaire du pays, a expliqué l’entreprise.

« La hausse des ventes comparables a été ralentie par la décision de la direction de ne pas augmenter les prix puisque les concurrents [Walmart et Canadian Tire] font de même. »

— Irene Nattel, de RBC Marchés des Capitaux

La direction a expliqué avoir agi de la sorte « afin de présenter une proposition de valeur encore plus attrayante pour les clients ».

Deuxième mauvaise nouvelle pour les investisseurs : Dollarama a revu à la baisse ses prévisions de ventes comparables pour l’exercice en cours. La hausse prévue est désormais de 2,5 à 3,5 %, plutôt que de 4 à 5 %.

Cette prévision se base sur les « ventes enregistrées par la Société au cours des six premiers mois de l’exercice » et reflète la décision de limiter les hausses de prix.

Les prévisions de marge brute, par contre, augmentent de 50 points de base pour atteindre une fourchette de 38,5 à 39,5 % des ventes. Il s’agit d’un autre indicateur fort suivi par les investisseurs. Dollarama croit que l’inflation plus basse que prévu sur les importations de Chine et diverses mesures de contrôle des coûts à l’interne l’aideront à atteindre cet objectif.

Résultats à la fois « solides » et « négatifs »

Quant aux autres résultats du trimestre couvrant les mois de mai, juin et juillet, ils ont été qualifiés de « solides et conformes aux attentes » par la RBC, mais de « négatifs en raison du niveau de ventes [comparables] » par la TD.

Les ventes ont bondi de 6,9 % pour atteindre 869 millions.

Le bénéfice net a atteint 141,8 millions, en hausse de 10 millions par rapport au même trimestre de l’année précédente.

Le bénéfice par action après dilution s’établit à 0,43 $, comparativement à 0,38 $ l’an dernier. Ce résultat est conforme aux attentes.

« Plus de six mois après le début de l’exercice 2019, nous maintenons le cap sur une solide croissance du bénéfice pour l’exercice et un rendement à long terme soutenu pour les actionnaires », a conclu le président et chef de la direction, Neil Rossy.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.