Dormir ailleurs Boho

La bohème à Dunham

Découvrez un hébergement testé par un journaliste.

Une dégustation de bières au pub, quelques achats à la boutique, une sieste, un repas du soir à la table fermière, dodo… tout ça peut se dérouler sous le même toit, au BOHO Dunham, le nouvel hébergement situé au-dessus de la réputée brasserie des Cantons-de-l’Est.

On aimerait voir plus d’établissements de ce genre, qui permettent de petites escapades gourmandes en tout confort et, surtout, en toute sécurité – comme la Brouerie Sutton, d’ailleurs. Pas besoin de reprendre le volant après une soirée un peu arrosée. On fait durer le plaisir. À ce temps-ci de l’année, il est même possible de se planifier une journée de ski à Sutton ou à Bromont, une randonnée en raquettes (ou en bottes, c’est selon !), un passage au spa.

La Route des vins et la Route des bières passent par ici, pour ceux et celles qui voudraient jumeler l’œno-biéro-tourisme au plein air. Vous n’avez pas de voiture pour vous rendre à Dunham ? Pas de problème ! Le BOHO offre quelques solutions de transport ou de navettes à partir de Montréal et de Bromont (détails sur le site).

Ce qui distingue cette nouvelle auberge des autres, c’est qu’elle offre à la fois des chambres à partager (trois ou quatre personnes) et des chambres individuelles. Ici, pas de lits superposés dans des petites pièces glauques. Les lieux sont spacieux et lumineux. Le concept est à la fois pratique et amusant pour les groupes d’ami (e)s, les familles, les voyageurs en solo et les couples. Bref, elle fait partie de cette nouvelle vague de « boutiques-hostels » haut de gamme.

Le fondateur de BOHO, également responsable de KABIN Sutton, Martin Delisle, s’est laissé inspirer par Generator Hostels, entreprise présente dans 13 villes européennes et à Miami, de même que par le groupe Freehand, avec ses auberges à Miami, à Chicago, à New York et à Los Angeles.

La décoration est peut-être un peu moins recherchée à Dunham qu’à South Beach – vous reconnaîtrez beaucoup d’articles du catalogue IKEA –, mais elle est de loin plus soignée et invitante que dans bien des hébergements de campagne et de ville.

Ouvert en 1865

L’édifice en brique rouge qui abrite auberge, brasserie, pub, restaurant et ateliers d’artistes a vu passer son lot de voyageurs depuis sa construction. Ouvert en 1865 comme Relais de la Diligence, il est devenu l’hôtel Sealy, fréquenté par la haute société de l’époque. Des soirées mondaines se tenaient dans la salle de bal du troisième étage, peut-on lire sur le site de la Brasserie Dunham.

En 2018, les soirées sont moins mondaines, mais toujours très courues. Ouvert sept jours, le pub de la brasserie est l’une des principales attractions du village. On y mange un excellent burger, sur petits pains goûteux du Capitaine Levain. La Table fermière, ouverte du jeudi au dimanche, sert une cuisine plus saisonnière et réfléchie. Ici, on peut boire les produits de Dunham, comme au pub adjacent, mais aussi une sélection de bières de brasseries amies, ainsi que des bons vins d’artisans. De plus, le service est impeccable, grâce à un personnel expérimenté qu’on croisait jadis dans les restaurants de la métropole !

Le petit-déjeuner se prend dans la maison rouge voisine, où se trouve également la réception du BOHO. Le pain du Capitaine Levain est toujours aussi bon en rôties ! Sur le comptoir, une sélection de produits des Cantons et du café. On reconnaît des visages aperçus dans la salle à manger la veille. On échange ses coups de cœur. C’est l’expérience d’auberge à son mieux : simple, accueillante et conviviale.

Notre verdict

Prix payé pour une nuitée

177,31 $ (taxes et petit-déjeuner pour deux inclus) pour la grande suite King. À partir de 59 $ par lit en chambre partagée.

On en parle parce que… 

On aime la formule très polyvalente et décontractée du BOHO, avec ses chambres individuelles et ses chambres à partager.

Ce qu’on a aimé 

La qualité de tout ce qu’on y mange et boit.

Notre bémol 

On pourrait personnaliser les lieux avec des objets trouvés ailleurs que chez IKEA.

À recommander pour... 

Amateurs de bière et de bonne chère, en solo, entre amis, en famille, en couple.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.