Grand Prix du Japon

« Un week-end pratiquement parfait »

Lewis Hamilton a dominé le Grand Prix de Formule 1 du Japon, hier, s’adjugeant du même coup une quatrième victoire d’affilée et s’approchant encore un peu plus de la conquête d’un cinquième championnat du monde.

Parti de la position de tête, le pilote Mercedes n’a jamais vraiment été inquiété. Il a franchi le fil d’arrivée avec une avance de 12,919 secondes sur son coéquipier Valtteri Bottas. Le pilote Red Bull Max Verstappen a complété le podium, à 14,295 secondes.

« Nous venons de connaître un week-end pratiquement parfait, a dit Hamilton. C’est bien de réussir le doublé, car ça montre la force et la profondeur de notre équipe. »

Hamilton a maintenant remporté six des sept dernières courses, et il s’est assuré un coussin de 67 points devant Vettel avec quatre courses à disputer. Il doit seulement marquer huit points de plus que Vettel lors de la prochaine escale, au Grand Prix des États-Unis, pour obtenir un cinquième championnat des pilotes.

« Nous avons bâti sur nos forces, sans interruption. Et Austin [au Texas] est habituellement une piste favorable aux Mercedes, donc j’ai vraiment hâte de pouvoir lâcher la bête sur ce circuit là-bas. »

— Lewis Hamilton

Vettel est parti huitième et s’est rapidement hissé en quatrième place après avoir surpris les deux voitures Toro Rosso dès le départ.

Mais le pilote Ferrari a tenté de dépasser Verstappen au neuvième tour et les deux voitures sont entrées en contact, expédiant le bolide de la Scuderia dans une zone de dégagement. Cette sortie de piste a contraint Vettel à retourner en piste au 18e échelon.

« Je ne suis pas le responsable des règlements, a d’abord évoqué le Néerlandais. C’était une situation semblable à celle qui s’est produite entre lui et moi en Chine. [Vettel] aurait pu être plus prudent. »

Vettel a remonté le peloton jusqu’en sixième place, mais il n’a pu compléter son ascension jusqu’à Hamilton.

Remontée de Ricciardo 

Le pilote Red Bull Daniel Ricciardo a prouvé une fois de plus l’ampleur de son talent après être parti de la 15e place sur la grille de départ. Il a terminé quatrième, tout juste devant le coéquipier de Vettel, Kimi Räikkönen.

Sergio Pérez, de Force India, a terminé septième, devant le pilote Haas Romain Grosjean. L’autre pilote de Force India, Esteban Ocon, a pris la neuvième position, tandis que Carlos Sainz, chez Renault, a complété le top 10.

Journée à oublier pour Stroll

Williams avait impressionné de nombreuses personnes en qualifications samedi – dont l’équipe elle-même. Mais les pilotes Lance Stroll et Sergey Sirotkin n’ont pu reproduire le même genre de performance pendant la course.

Stroll, de Mont-Tremblant, a terminé en 17e position, un rang derrière son coéquipier russe.

Après la course, le Québécois a tenu à s’excuser auprès du pilote McLaren Fernando Alonso pour une manœuvre agressive au départ. Celle-ci lui a d’ailleurs valu une pénalité des commissaires de course, qui s’est révélée fatale.

« J’ai attaqué l’extérieur du virage no 16 et je me suis retrouvé sur le gazon, avant de retourner dans ma ligne de course. Je suis entré en contact avec [Alonso], puis il a décidé de garder sa ligne, donc nous avons chacun écopé d’une pénalité », a expliqué Stroll.

« C’était un accrochage comme il s’en produit toujours au premier tour, lorsque ça chauffe un peu. Je veux juste qu’il sache que je ne l’ai pas bousculé intentionnellement […] Après ça, la course a été épouvantable. Rien n’a fonctionné ; c’était juste une mauvaise course », a-t-il conclu.

— Avec La Presse canadienne

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.