Ironman de Hawaii

Les 40 ans d'une course mythique

Ce qui n’était qu’une simple conversation autour d’une bière ou deux s’est transformé en une course mythique aux proportions titanesques. Bienvenue dans la grande histoire de l’Ironman, qui célèbre son 40e anniversaire en 2018.

L’histoire

L’idée de l’Ironman a germé le 14 février 1977 lors d’une discussion animée entre John Collins, commandant de la marine américaine, sa femme Judy et plusieurs amis. Le thème ? Qui des nageurs et des coureurs étaient le plus en forme. Collins lance une nouvelle piste en indiquant que le cycliste belge Eddie Merkx, quintuple vainqueur du Tour de France, possède le Vo2 max (débit d’oxygène maximal que l’organisme absorbe lors d’un effort) le plus élevé. Déjà adeptes des triathlons, sa compagne et lui décident plus tard de combiner les trois disciplines lors d’une même épreuve. Quinze hommes se lancent à l’assaut de l’Ironman inaugural en février 1978. Un an plus tard, Lyn Lemaire est la première femme à prendre le départ d’un Ironman – et à le terminer, 12 h 55 min et 38 s plus tard. Propulsé par un article publié dans Sports Illustrated, l’événement attire 108 triathlètes. Le train est lancé…

Pourquoi le terme 140.6 ?

Un Ironman comporte une portion natation de 2,4 milles, suivie d’un parcours à vélo de 112 milles, puis d’un marathon, c’est-à-dire 26,2 milles. Cela fait donc un total de 140,6 milles ou 226 kilomètres.

La première fois

Date : 18 février 1978

Lieu : Waikiki Beach, Oahu

Coût d’inscription : 3 $

Nombre de participants : 15 (12 terminent l’épreuve)

Gagnant : l’Américain Gordon Haller (11 h 46 min 58 s)

Les records à Hawaii

Hommes : 8 h 1 min 40 s en 2017 (Patrick Lange, de l’Allemagne)

Femmes : 8 h 46 min 46 s en 2016 (Daniela Ryf, de la Suisse)

Attention au Ho’o Mumuku

Pierre Lavoie, qui a participé à 10 Championnats du monde à Hawaii, a dominé sa catégorie d’âge à trois reprises, en 1996, 2004 et 2005. C’est en octobre 1993 qu’il a découvert la compétition hawaïenne ainsi que ses spécificités météorologiques, dont le fameux vent, le Ho’o Mumuku. « Ce qui surprend d’abord, c’est la chaleur et surtout l’humidité. Mais si tu tombes sur une journée venteuse, attache ta tuque ! prévient l’entrepreneur et conférencier. Les fois où je me suis fait le plus brasser à vélo, c’est là. Sur le parcours, il y a des buttes inégales de lave et le vent arrive latéralement. Tu pédales et, tout à coup, tu as un vent de 70 km/h qui arrive de côté. C’est pour ça que la roue pleine est interdite à Hawaii. »

« The Crawl »

Les images fortes ont été nombreuses à Hawaii depuis la première présentation de l’épreuve. Il suffit de penser aux derniers mètres de Sian Welch et Wendy Ingraham en 1997. Percluses de crampes, les deux femmes ont dû traverser la ligne d’arrivée à quatre pattes pour décrocher les quatrième et cinquième places. L’épisode est mieux connu sous le nom de « The Crawl ».

Le berceau

Hawaii est le berceau de l’Ironman. Encore aujourd’hui, ce sentiment prédomine lorsqu’on pose son pied et son vélo dans l’île. « Quand tu arrives là, tu as l’impression de retourner dans le temps et de courir dans les pas de Mark Allen et de Dave Scott [six victoires chacun]. J’ai fait 34 Ironman dans ma carrière, mais Hawaii, tu sens vraiment que la barre est encore là », reconnaît Pierre Lavoie, même si l’internationalisation de la discipline a modifié certains aspects. « C’est encore gros en raison du haut niveau des athlètes, mais, maintenant, comme il y a des Ironman partout dans le monde, les entreprises ne sont plus obligées de faire le déplacement. Par rapport à avant, l’expo n’a plus le même côté spectaculaire. »

3

Nombre de victoires du Montréalais Peter Reid, soit en 1998, 2000 et 2003. Il est également monté sur le podium à quatre reprises.

8 h 4 min 7 s

Temps réalisé par l’Ontarien Lionel Sanders, qui a pris le deuxième rang l’an dernier. Il est encore l’un des favoris cette année.

Deux doublés

Les jumelles Sylviane et Patricia Puntous, de Montréal, ont marqué l’histoire de l’Ironman en prenant les deux premières places en 1983 et 1984. Heather Fuhr et Lori Bowden sont les autres triathlètes canadiennes à avoir remporté l’épreuve.

26 °C

Température moyenne de l’eau dans la baie de Kailua-Kona au mois d’octobre.

17 h

Les participants doivent terminer leur Ironman en moins de 17 h.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.