Transport aérien

Transat augmentera ses prix l’été prochain

Les dirigeants du voyagiste Transat AT se sont engagés à augmenter les prix l’été prochain, la récente flambée des prix du carburant ayant forcé la société à enregistrer sa performance la moins rentable en 10 ans pour un troisième trimestre.

« Les hausses du carburant se sont produites très soudainement dans un court laps de temps. Dans ces circonstances, nous ne sommes souvent pas en mesure de retransmettre ces augmentations aux consommateurs », a indiqué hier la chef de l’exploitation, Annick Guérard, lors d’une conférence téléphonique avec des analystes.

Le directeur financier, Denis Pétrin, a noté que le nombre de voyageurs à bord des vols transatlantiques de Transat avait augmenté de 11,5 % au troisième trimestre – qui comprend la haute saison estivale –, parallèlement à une croissance de 13,9 % de sa capacité. Cela n’a cependant pas suffi pour contrebalancer les pertes attribuables au coût du carburant.

« L’été prochain, nous pouvons tous prévoir que les prix tiendront compte du prix du carburant tel qu’il est aujourd’hui. Nous n’avons aucun doute à ce sujet », a-t-il affirmé.

La hausse des prix du carburant au cours de la dernière année a entraîné une hausse de 28 % sur un an du prix des billets d’avion, et a contribué à pousser l’inflation à son plus haut niveau au Canada depuis 2011.

Ce bond des prix des billets d’avion – qui a généralement suivi la croissance de 25 % des prix du carburant – a contribué à la croissance générale des prix à la consommation à hauteur de 0,3 point de pourcentage, a calculé James Marple, économiste principal au service d’études économiques de la Banque TD.

Mme Guérard a souligné que l’entreprise avait choisi de ne pas imiter Air Canada et WestJet Airlines en augmentant les prix. « Nous sommes différents », a-t-elle fait valoir.

Perspectives à long terme

Le président et chef de la direction de Transat, Jean-Marc Eustache, a exprimé son enthousiasme à l’égard des perspectives à long terme du voyagiste, tout en restant calme vis-à-vis des perspectives à court terme.

« Nous sommes toujours convaincus d’atteindre nos objectifs à long terme, et Air Transat vient d’être nommée meilleure compagnie aérienne de loisirs au monde par Skytrax », a noté M. Eustache, ajoutant que la société avait ouvert le siège social de sa division des hôtels à Miami.

Plus tôt dans la journée, Transat avait affiché une perte de 4,0 millions de dollars, ou 11 cents par action, pour le troisième trimestre. Cela se comparait à un bénéfice de 26,6 millions, ou 72 cents par action, à la même période de l’exercice précédent.

En excluant les éléments hors exploitation, Transat a enregistré une perte ajustée de 3,0 millions, ou 8 cents par action, comparativement à un bénéfice ajusté de 26,9 millions, ou 73 cents par action, il y a un an. Le troisième trimestre de l’an dernier avait surpassé de plus de moitié les attentes des analystes.

Les plus récents résultats sont bien inférieurs aux attentes des analystes, à savoir un bénéfice net de 15,34 millions, ou 31 cents par action, selon les prévisions recueillies par Thomson Reuters Eikon.

Les revenus ont totalisé 696,6 millions, en baisse de 5 % par rapport aux 733,2 millions du même trimestre en 2017. Les chiffres de l’an dernier comprenaient 77,0 millions provenant de sa filiale Jonview, vendue en novembre dernier.

Le nombre de voyageurs a augmenté de 7,9 % sur le marché des destinations soleil, tandis que la capacité a augmenté de 7,0 %, a précisé Transat.

Revue boursière

Dollarama et le cannabis font reculer Toronto

L’important repli de l’action du détaillant Dollarama et celui des titres de grands producteurs de cannabis ont forcé la Bourse de Toronto à clôturer en baisse ; Wall Street termine en hausse. — La Presse canadienne

Commerce de détail

Les finances de DavidsTea s’enfoncent

Les boutiques de thé DavidsTea déclarent une perte de 10 millions pour leurs premiers résultats trimestriels sous la gouverne du nouveau conseil d’administration, maintenant contrôlé par le fondateur Herschel Segal. La perte est de 0,39 $ par action contre une perte de 5,6 millions, ou 0,22 $ par action, un an plus tôt. Les ventes des magasins ouverts depuis au moins un an – une donnée clé en commerce de détail – ont glissé de près de 15 %. — La Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.