Électrification des véhicules de Vidéotron

Québecor demande une aide de 5 millions à Québec

Québecor demande 5 millions de dollars en aide financière au gouvernement du Québec afin de remplacer les véhicules à essence de Vidéotron par des véhicules électriques.

Québecor a convoqué mercredi une conférence de presse « au sujet de l’électrification des transports ». Selon nos informations, Québecor doit annoncer son intention d’électrifier le parc de véhicules des différentes entités de Québecor, dont Vidéotron. Dans le cadre de ce projet, Vidéotron souhaite obtenir une aide financière d’environ 5 millions de la part du gouvernement du Québec.

En novembre dernier, Vidéotron, la filiale de télécoms de Québecor, s’est inscrite au registre des lobbyistes du Québec afin de « présenter le plan d’affaires de Vidéotron en électrification des transports et de demander le soutien [financier] du gouvernement ». Selon son inscription au registre, Vidéotron/Québecor souhaite une aide financière d’environ 5 millions de dollars pour électrifier le parc de véhicules de Vidéotron, en citant notamment le Fonds vert. Vidéotron demande à Québec d’adapter les programmes actuels d’aide financière ou de lui accorder une « aide financière supplémentaire […] adaptée en fonction des besoins de Vidéotron ».

Québec « analyse » la demande de Québecor

Le gouvernement Legault analyse actuellement la possibilité de bonifier les programmes existants pour les entreprises qui, comme Québecor, veulent électrifier leur parc automobile.

« Nous analysons présentement s’il est possible de bonifier ces programmes afin d’aider les propriétaires de parcs de véhicules routiers. »

— Le cabinet du ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles du Québec, Jonatan Julien

En vertu d’un programme existant à la fois pour les particuliers et les entreprises, Québec offre actuellement une subvention allant jusqu’à 8000 $ (par véhicule) pour l’achat d’un véhicule électrique. Détail important : ce programme est limité à une liste précise de marques de véhicules électriques. Il n’est donc pas clair que Vidéotron y serait admissible en vertu des règles actuelles, en raison des besoins spécifiques des véhicules de l’entreprise.

Québecor n’a pas répondu mardi à une question de La Presse pour savoir si Vidéotron/Québecor irait de l’avant avec l’électrification de son parc électrique de véhicules si le gouvernement du Québec ne lui offre pas d’aide financière.

En conférence de presse ce mercredi, le président et chef de la direction de Québecor, Pierre Karl Péladeau, sera accompagné de ses homologues de Vidéotron (Jean-François Pruneau) et du Groupe TVA (France Lauzière). Propulsion Québec, l’organisme qui regroupe la grappe industrielle du transport intelligent et électrique, participera également à l’évènement.

Péladeau veut aussi une aide gouvernementale pour Taxelco

Pierre Karl Péladeau ne veut pas seulement une aide financière du gouvernement du Québec pour l’électrification du parc de Vidéotron : il espère aussi une aide pour Taxelco, la société mère de Téo Taxi dont il a racheté les actifs en faillite en avril dernier.

M. Péladeau, qui est propriétaire de Taxelco par l’entremise de sa société Placements St-Jérôme (Québecor n’est pas actionnaire de Taxelco), a indiqué au 98,5 FM son intention de relancer les taxis électriques de Téo Taxi le printemps prochain. En vue de cette relance, M. Péladeau a signalé l’an dernier son intention de demander une aide financière au Fonds vert du gouvernement du Québec.

« C’est clair que je vais faire une demande au Fonds vert, parce que chaque fois qu’on va mettre une voiture électrique sur le marché, ça va être une voiture taxi de moins en hydrocarbures. […] Si le Fonds vert est là pour améliorer et aussi mettre en valeur l’électrification des transports, vous avez un partenaire à cet égard-là qui est d’une évidence à s’en crever les yeux. […] Et j’ose espérer que le Fonds vert va avoir la décence, et je dirais la rationalité, d’avoir l’ouverture d’esprit nécessaire [pour investir] », a dit M. Péladeau en entrevue à Radio-Canada en avril dernier.

Téo Taxi, fondée par l’homme d’affaires Alexandre Taillefer, a arrêté ses activités il y a un an en raison de difficultés financières.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.