Élections provinciales Opinion

Quelques questions pour le débat des chefs

Nous arrivons à la mi-campagne. Pour l’avoir vécu, je sais que le débat des chefs est un événement marquant. Le débat de 2012 a scellé mon élection comme députée de Gouin. Qu’arrivera-t-il en 2018 ?

Je pense ici à chacun des chefs et à la porte-parole de Québec solidaire. Ils jouent jeudi soir l’avenir politique de leur parti et pour certains, le leur. On ne dira jamais assez combien cette soirée est stressante pour chaque protagoniste. Je leur souhaite donc bonne chance. Et leur adresse quelques questions.

Inégalités

D’abord, aborderez-vous la question cruciale des inégalités sociales qui perdurent au Québec ou bien vous contenterez-vous de déplorer qu’au moins 10 % de nos compatriotes vivent sous le seuil de la pauvreté ? Débattrez-vous des sommes ridicules accordés aux personnes assistées sociales ? Du salaire minimum ? Et à l’autre bout du spectre, des revenus indécents des propriétaires de grandes entreprises, des banquiers, des médecins spécialistes ? Oserez-vous parler d’égalité des droits et des chances ?

Et pendant que nous y sommes, nous expliquerez-vous comment faire face au problème persistant du décrochage scolaire chez les jeunes ? Direz-vous franchement que beaucoup des jeunes décrocheurs viennent de familles pauvres dans des quartiers, des villes, des villages, dont les pouvoirs publics s’occupent insuffisamment ? Nous parlerez-vous de l’échec de la formation aux adultes pour des jeunes qui ont besoin d’un accompagnement personnalisé que le système d’éducation ne leur offre pas ? Aurez-vous des propositions pour en finir avec l’analphabétisme fonctionnel qui touche 1 million de personnes, au Québec ?

Environnement

En matière d’environnement, nous indiquerez-vous comment vous comptez faire face à la catastrophe annoncée dont des jeunes me parlent tous les jours, partout : dans la rue, au resto, dans des sentiers de marche, dans ma ruelle verte… ? Comprenez-vous leur inquiétude et saurez-vous y faire face courageusement en adoptant des politiques audacieuses et en invitant la population à embarquer dans le train (sans jeu de mots) de la lutte contre les changements climatiques ?

Culture

Serez-vous de fervents défenseurs de la langue française et de la culture québécoise ? Parlez-nous de moyens concrets pour que toute la population, toutes origines confondues, soit fière de converser en français au travail aussi bien que dans les milieux de vie. Nous savons que les milieux de travail s’anglicisent et que bien des jeunes sont attirés par la culture américaine. Comment renverserez-vous la vapeur ? Et s’il vous plaît, ne faites pas reposer ce devoir historique sur les seules personnes immigrantes ! C’est trop injuste !

Économie

Je sais, vous allez nous parler d’économie. J’aimerais savoir : quelle est votre vision d’un Québec prospère pour tout le monde ? Dans toutes les régions ? Encore des mines ? Des mégaprojets comme la cimenterie McInnis ou Bombardier qui engloutissent des fonds publics avec des résultats mitigés sur le plan économique ou désastreux sur celui de l’environnement ? Ou bien un soutien véritable aux entrepreneurs sociaux et écologistes qui créent une véritable richesse pour le Québec tout en assumant leurs responsabilités citoyennes ?

Serez-vous les champions de l’égalité entre les femmes et les hommes ? Et donc, assurerez-vous aux femmes québécoises l’égalité économique, politique, sociale ? 

Appliquerez-vous pleinement l’équité salariale, ce qui signifie reconnaître à sa juste valeur le travail des femmes dans les services publics et communautaires ? Je ne crois pas avoir beaucoup entendu le mot « femme » depuis le 23 août… sauf, peut-être, pour nous convier à avoir davantage d’enfants !

Que répondrez-vous aux artistes issus de ce que l’on appelle pudiquement : la diversité québécoise ? Trouvez-vous normal que les artistes des groupes minoritaires soient si peu présents sur nos écrans de télé ? Vous assurerez-nous du soutien de l’État québécois aux artistes autochtones, noirs ou de communautés culturelles diverses ? Ce soutien sera-t-il inscrit dans votre politique culturelle ?

Vous engagerez-vous à instaurer un mode de scrutin reflétant mieux tout le spectre des opinions politiques au Québec ? À réfléchir à des institutions démocratiques qui font plus de place à la participation citoyenne dans les prises de décision engageant toute la société ? À inscrire dans les programmes scolaires une formation à la démocratie ?

Il y aurait tant d’autres questions ! La santé, les aînés, l’éducation supérieure, l’agriculture, tant de sujets dont nous avons besoin de parler. Je soupçonne que vous irez sur ces terrains puisque vous avez commencé à nous indiquer vos orientations.

J’ai voulu ici rappeler des sujets peu ou pas abordés, du moins jusqu’à ce jour. Ils me tiennent à cœur.

Chefs et porte-parole des partis politiques, une grosse soirée vous attend. Nous serons nombreux à vous écouter. Nous prendrons des notes, vous le savez. Soyez vrais, dites-nous le fond de votre pensée. Nous voulons savoir. Le 1er octobre, nous assumerons notre responsabilité citoyenne en nous basant sur vos prises de position. Voilà pourquoi la soirée du 13 septembre est si importante !

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.