Musique Jazz

Le Festival de jazz rêvé de ses programmateurs

L’exercice était crève-cœur, mais nous avons demandé aux programmateurs Laurent Saulnier et Maurin Auxéméry de nommer des artistes de l’heure qu’ils auraient rêvé de voir se produire au Festival international de jazz de Montréal (FIJM) cet été, s’ils n’avaient eu vraiment aucune contrainte.

Les choix de Maurin Auxéméry

Herbie Hancock

« J’aurais aimé organiser un concert pour les 80 ans d’Herbie Hancock. Cela aurait été un concert-bénéfice pour le saxophoniste Wayne Shorter. Il a eu des problèmes de santé et il en est sorti avec une facture d’hôpital colossale. C’est une des plus grandes légendes du jazz encore en vie et il n’a pas les moyens de s’offrir les soins de santé dont il a besoin. »

Le quatuor de Joshua Redman

« Il y a une réunion des membres du groupe de Joshua Redman sur son premier album Moodswing [sorti en 1994] qui a été pour moi très marquant et que je connais par cœur. C’est un album avec Brian Blade à la batterie, Christian McBride à la basse et Brad Mehldau au piano. Dans la scène jazz actuelle, on peut difficilement avoir mieux comme groupe. »

Resavoir

« C'est un groupe de Chicago qui a sorti un album avec le label International Anthem. C’est du jazz mais ils font des fresques fabuleuses. J’entends du Mulatu Astatke dans les arrangements. J’entends aussi du Cinematic Orchestra. J’adore la chanson Taking Flight. »

Erykah Badu

« Celle après qui je cours depuis des années, c’est Erykah Badu. Elle était venue en 2014 à ma première année au Festival de jazz. J’aimerais tant qu’elle revienne. Je mettrais une grande première partie, comme Tank and the Bangas ou Moses Somney [qui avait annulé sa présence en 2018 pour protester contre le spectacle SLĀV]. La lettre que Moses Somney a écrite est restée ancrée dans ma mémoire. Je voudrais le remercier un jour de vive voix. Il m’a fait évoluer à vitesse grand V sur ma conception des minorités. »

Mayra Andrade

« C’est une chanteuse cap-verdienne. Elle a sorti un album en 2019 [Manga]. Comme des artistes à la Ibeyi et Rosalía, elle mixe de la musique traditionnelle avec de la pop urbaine. Son projet est magnifique et je ne désespère pas de la faire venir. Je vous invite à aller voir sa session COLORS. »

Les choix de Laurent Saulnier

Marvin Gaye

« Je commence par le plus improbable. Si je pouvais ressusciter Marvin Gaye pendant une soirée, je le ferais. C’est l’un des grands auteurs-compositeurs-interprètes et je ne l’ai jamais vu sur scène. Il a fait des albums incroyables ! Je voudrais un programme double. D’abord avec l’album Vulnerable, qui a été maudit longtemps avant de paraître, puis avec l’intégrale de What’s Going On. C’est mon rêve le plus ultime. Ensuite, je pourrais mourir. »

Wynton Marsalis en quintette

« Je voudrais voir Wynton Marsalis avec son quintette. Il est venu souvent au festival avec Le Jazz at Lincoln Center Orchestra, qu’il dirige, mais cela fait longtemps qu’il n’est pas venu avec son quintette. Je voudrais le voir véritablement jouer de la trompette et non diriger. »

Get The Blessing

 « Il y a un band britannique que nous avons présenté il y a quelques années que nous n’avons pas pu réinviter car ses membres sont très occupés. C’est Get The Blessing, dont fait partie Adrian Utley, le guitariste de Portishead. Cela fait quelques années que l’on parle du renouveau du jazz et c’est probablement le meilleur exemple. Je me souviens de leur show à 22 h 30 au Gesù. Tout le monde lévitait. »

Patrick Watson en solo

« J’aimerais beaucoup avoir un concert de Patrick Watson en solo. Il l’a fait de temps en temps, mais pas dans le cadre d’un vrai concert d’une bonne durée. C’est un vieux rêve que j’ai et je lui en ai parlé quelques fois. Je veux réentendre ses chansons les plus toutes nues possible. Retourner à l’origine de Patrick seul au piano avec sa voix. »

John Legend

« Bigger Love est mon album-surprise de la semaine. John Legend a une réputation un peu cheezy. Son succès All of Me est l’arbre qui cache la forêt. Son nouvel album est varié. Legend prend plus de risques vocalement. Il a été audacieux dans le choix de ses featurings. Il y a Koffee et une rappeuse qui s’appelle Rapsody. Sur la chanson I Do, j’entends presque du vieux Earth, Wind and Fire. »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.