ALENA

« Je vais quitter ce sommet avec beaucoup d’espoirs que nous sommes très proches d’un accord renégocié et meilleur pour le peuple américain. »

— Le vice-président des États-Unis Mike Pence, à propos des discussions sur l’ALENA qu’il a eues hier avec le premier ministre Justin Trudeau et le président du Mexique Enrique Peña Nieto, à Lima, en marge du Sommet des Amériques

MALI

Attaque « sans précédent » contre les Casques bleus

Une attaque « sans précédent » au mortier et à l’aide d’un « véhicule suicide » contre le camp de l’ONU à Tombouctou, dans le nord du Mali, a fait au moins un mort parmi les Casques bleus et une dizaine de blessés. « C’est la première fois qu’il y a une attaque de cette envergure contre la MINUSMA à Tombouctou », a expliqué à l’AFP une source sécuritaire étrangère. Déployée au Mali en juillet 2013, la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), qui compte environ 12 500 militaires et policiers, est actuellement la mission de maintien de la paix de l’ONU la plus coûteuse en vies humaines. Elle avait, avant l’attaque d’hier, perdu plus de 160 Casques bleus, dont 102 dans des actes hostiles, ce qui représente plus de la moitié des soldats de l’ONU tués sur cette période dans le monde. Elle doit recevoir des renforts canadiens, Ottawa ayant annoncé le 19 mars sa décision de déployer pendant un an une force d’appui aérienne avec des hélicoptères et des Casques bleus. 

— Agence France-Presse

Hongrie

Manifestation monstre contre la réélection d’Orbán

Des dizaines de milliers de Hongrois ont manifesté hier à Budapest pour protester contre la réélection du premier ministre Viktor Orbán, l’accusant d’avoir faussé le vote il y a une semaine, selon des journalistes de l’AFP. Les manifestants étaient au nombre de 100 000, selon les organisateurs. La foule a défilé dans le centre de la capitale hongroise en direction du parlement, devant lequel devait avoir lieu une manifestation sous le slogan « Nous sommes la majorité ! ». Beaucoup de manifestants, pour la plupart des jeunes, scandaient « Démocratie ! » et brandissaient des drapeaux hongrois et de l’Union européenne. Ils demandent notamment un nouveau comptage des voix et des médias publics pluralistes. L’opposition a notamment relevé des pannes informatiques suspectes au cours du scrutin. « Nous voulons vivre dans un État de droit […] Nous voulons vivre dans une vraie démocratie », a déclaré un des organisateurs de la manifestation, Viktor Gyetvai, un étudiant de 20 ans.

— Agence France-Presse

Afrique du Sud

Dernier hommage à Winnie Mandela

Des dizaines de milliers de personnes ont rendu un dernier hommage hier, dans le township sud-africain de Soweto, à Winnie Madikizela-Mandela, l’égérie populaire mais controversée de la lutte contre l’apartheid. La cérémonie organisée près de Johannesburg, dans le stade d’Orlando plein à craquer, conclut 10 jours de deuil national décrétés en souvenir de celle qui est surnommée le « roc », « la Mère de la nation » et la « libératrice », morte le 2 avril à 81 ans à la suite d’une longue maladie. « C’est ma mère qui a gardé vivante la mémoire de mon père » Nelson Mandela pendant ses 27 années de détention avant qu’il ne devienne président en 1994, a rappelé sa fille aînée, Zenani Mandela-Dlamini, entre les « Viva Winnie, viva » de la foule. Zenani Mandela-Dlamini a profité de son discours pour s’en prendre violemment à ceux qui ont « diabolisé » l’image de sa mère, qui a combattu et « triomphé » de « l’un des régimes les plus puissants et les plus cruels du siècle dernier », a-t-elle affirmé.

— Agence France-Presse

Mexique

Plus de 600 migrants poursuivent leur route vers les États-Unis

Quelque 600 migrants d’Amérique centrale ont quitté la ville de Mexico, vendredi, et progressent vers le nord du pays, toujours dans l’espoir d’atteindre les États-Unis et d’y entrer clandestinement.

Partie le 25 mars de Tapachula, à la frontière du Guatemala et du Mexique, la caravane s’est arrêtée dans la ville de Puebla, près de Mexico, où des experts ont conseillé les migrants sur la meilleure façon de demander l’asile ou le statut de réfugié au Mexique ou aux États-Unis. Le groupe, qui a diminué de moitié depuis son départ, a repris la route, vendredi.

« Notre regard est maintenant vers le nord, où beaucoup d’entre nous iront demander l’asile aux États-Unis, parce que nous ne pouvons pas retourner dans nos pays et nous ne pouvons pas vivre en sécurité au Mexique », a indiqué l’organisation Caravane et pèlerinage « Migrants en lutte » dans un courriel envoyé à La Presse. « Nous ne fuyons pas nos pays parce que nous en avons envie, nous fuyons parce que nous y sommes contraints par les injustices de nos pays. »

Le groupe de migrants, qui comprend des femmes, des enfants et des personnes âgées, est constitué à environ 80 % de gens provenant du Honduras. Les autres ont fui le Guatemala, le Salvador ou le Nicaragua. Au départ, 1500 personnes s’étaient jointes à la caravane organisée par l’ONG Peuple sans frontières, un nombre sans précédent qui a pris de court les organisateurs.

En chemin, un peu plus de 300 personnes ont fait cavalier seul et emprunté le train de marchandises « La Bestia » en direction du nord. Option que les organisateurs avaient dû écarter cette année en raison du nombre élevé de bébés et d’enfants et de la dangerosité de ce train.

Appel à l’aide

Les migrants ont réussi à obtenir des permis de transit de la part du gouvernement mexicain. Ces papiers leur donnent le droit de voyager à l’intérieur du pays, en autocar, par exemple, mais le groupe manque cruellement de liquidités.

« Nous appelons les organisations des États-Unis et du monde entier à la solidarité et [leur demandons de] nous soutenir pour que nous puissions nous déplacer et manger », a indiqué « Migrants en lutte ».

Les migrants qui traversent le Mexique sont exposés à de nombreux dangers, comme les cartels de la drogue, qui les kidnappent ou les tuent, et les autorités, qui les rançonnent, raison pour laquelle des organismes mettent en place des groupes comme celui-là.

— Audrey Ruel-Manseau, La Presse, avec l’Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.