Voitures autonomes, industrie piscicole, Postes Canada et Stornoway

Quelques nouvelles économiques du jour

Voitures autonomes : norme contraignante adoptée à l’ONU

Plus d’une cinquantaine de pays, dont le Canada, le Japon, la Corée du Sud et les membres de l’Union européenne, ont adopté à l’ONU un règlement contraignant sur les voitures autonomes, prévoyant notamment une boîte noire obligatoire. Ce règlement sur « les systèmes automatisés de maintien de trajectoire » (automated lane keeping systems, ou ALKS) entrera en vigueur en 2021. Le Japon – qui a codirigé la rédaction du règlement avec l’Allemagne – est le seul pays qui l’appliquera dès son entrée en vigueur. Le règlement prévoit en outre que ces systèmes soient activés uniquement sur les routes où les piétons et les cyclistes sont interdits et qui sont équipées d’une séparation physique entre les deux sens de circulation. Il fixe par ailleurs la limite de fonctionnement de ces systèmes à un maximum de 60 km/h. Le règlement exige également que les écrans utilisés pour des activités autres que la conduite (internet, vidéo, divertissement, etc.) soient automatiquement déconnectés dès que le conducteur doit reprendre la main.

— Agence France-Presse

L’industrie piscicole en péril

En raison de leur ouverture tardive, les pourvoiries ont réduit de 50 % leurs achats de poissons d’ensemencement. Résultat : les pisciculteurs se retrouvent avec des surplus qui pourraient entraîner la mort d’une grande quantité de poissons, nuire aux productions futures et, du coup, avoir un impact sur les saisons de pêche à venir, ont-ils déclaré au cours d’un point de presse jeudi. Normalement, dans les pourvoiries, la haute saison se déroule pendant les mois de mai et juin, souligne Marc Plourde, président directeur général de la Fédération des pourvoiries du Québec. Or, cette année, les établissements n’ont ouvert qu’à la mi-juin. Après avoir lancé un appel à l’aide la semaine dernière au gouvernement fédéral, les éleveurs de poissons, appuyés par l’UPA, se tournent maintenant vers le gouvernement Legault pour que celui-ci leur donne un coup de pouce financier permettant d’ensemencer les surplus – environ 200 tonnes – dans les cours d’eau publics. Un projet évalué à 2 millions de dollars.

— Nathaëlle Morissette, La Presse

Colis à Postes Canada : les retards diminuent

Les retards dans les livraisons de colis par Postes Canada sont en voie de se résorber. La situation s’est améliorée récemment, affirment la direction et le syndicat qui représente les 50 000 facteurs au pays. En entrevue jeudi, Nancy Beauchamp, directrice nationale du Syndicat des travailleurs et travailleuses des Postes à Montréal, a rapporté que la situation s’était « de beaucoup » améliorée au cours des derniers jours. « D’ici les deux prochaines semaines, ça devrait se résorber », a-t-elle avancé. De son côté, la direction de Postes Canada a aussi affirmé avoir mis les bouchées doubles pour alléger ces retards, qui ont fait taper du pied bien des citoyens. À cause de la pandémie de coronavirus et du confinement, qui ont fait bondir subitement les achats en ligne, Postes Canada s’est retrouvée avec une importante augmentation du nombre de colis à livrer. Au début de juin, le syndicat avait rapporté que des colis empilés dans 320 remorques attendaient d’être traités, uniquement à Montréal. Aujourd’hui, Mme Beauchamp parle de 80 remorques de colis à Montréal.

— La Presse canadienne

Du changement à la tête de Stornoway

La société minière québécoise Stornoway Diamonds a annoncé jeudi que son président et chef de la direction, Patrick Godin, quittait l’entreprise. C’est le vice-président aux opérations, Patrick Sévigny, qui prend la relève à compter de ce vendredi à titre de chef de la direction. Autre changement à souligner, la vice-présidente exécutive, finance et services corporatifs, Annie Torkia Lagacé, quitte également la société dans le cadre de cet « exercice de rationalisation de l’équipe de direction ». Les responsabilités de Mme Torkia Lagacé seront redistribuées au sein de l’organisation. Rappelons que Stornoway Diamonds est propriétaire de la mine Renard, qui est située sur le territoire de la Baie-James. Les activités de la mine ont été interrompues le 24 mars dernier en raison du Grand Confinement lié à la pandémie de COVID-19. Ses activités sont toujours arrêtées puisque la pandémie « a entraîné l’effondrement de toute la chaîne de commercialisation et du prix du diamant », selon l’entreprise.

— La Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.