Tom Cruise

Toujours plus haut

La voltige, Tom Cruise s’en charge lui-même. Quitte à se briser la cheville en plein tournage de Mission : impossible. Fallout, sorti le 1er août. La vedette y accomplit même une chute libre. Tous les risques sont bons pour sauver le monde… et la série cinématographique dont il est le producteur, et qui a déjà rapporté 2,7 milliards US. À l’écran, ce travailleur acharné traque les coups d’éclat. Dans la vie, l’ombre s’épaissit. Célibataire, éloigné de ses enfants, héraut de la scientologie lâché par les studios et exilé de Hollywood, M. Cruise multiplie les rôles… Et continue à déjouer le vide.

On ne regarde pas un film de la même manière quand son acteur principal est dans la salle. À Paris, que Tom Cruise a choisi pour l’avant-première mondiale de Mission : impossible. Fallout, il est resté à la projection avec les 900 invités. C’est rare. La foule applaudit longuement après chacune de ses cascades à l’écran, rit plus fort à ses répliques drôles et se retourne pour voir ses réactions. Avant cela, il a passé plus de deux heures sur le tapis rouge à signer des autographes et prendre des égoportraits. Si l’acteur donne beaucoup de sa personne, l’homme ne livre plus rien de sa véritable personnalité. Fini, l’époque où il se montrait si bavard. Aujourd’hui, sauf cahier des charges spécifique, un sourire de façade résume le fond de sa pensée. Même sur Instagram, il se contente de faire la pub de ses films.

Donc… Tom Cruise, 56 ans, est là pour Mission : impossible 6. En d’autres circonstances, c’est le réalisateur Christopher McQuarrie, un Oscar, qui présente l’équipe du film. Pas aujourd’hui. Parce que le patron, incontestablement, c’est Tom Cruise. Coproducteur et personnage principal de la saga depuis plus de 20 ans, il a le droit d’imposer un cadrage tel que Henry Cavill, magnifique colosse de 1,85 mètre qui incarne un nouvel agent de la CIA, ne paraît jamais plus grand que son 1,70 mètre. Malin. Cavill, plastique parfaite, beaux yeux hétérochromes, son costume un peu trop petit pour ses biceps musclés, est la nouvelle coqueluche de Hollywood et le nouveau visage de Superman. 

Mais le super-homme, aujourd’hui, c’est Cruise et personne d’autre. Il est au-dessus de tout le monde, et même de la tour Eiffel (sur l’affiche du film). Et c’est mérité. Il s’est entraîné pendant plus de deux ans pour ce sixième opus de l’épopée, que les critiques considèrent comme le meilleur film d’action de l’été.

Alors que les studios sont devenus des machines à superhéros filmés sur fond vert à grand renfort d’images de synthèse, tout est vrai dans Tom Cruise. C’est « l’action bio ». Respectant l’engagement à faire lui-même 100 % de ses cascades, on atteint le jamais-vu dans ce nouvel épisode. Pour un seul plan où il saute d’un avion, 106 prises ont été nécessaires, avec le même nombre de décollages. Un record. Des anecdotes qui mettent la barre très haut pour ses partenaires qui sont obligés de faire leurs propres cascades. Mais avec humilité. En interview, ils ne parlent jamais d’autre chose que du travail acharné de Tom, de la gentillesse de Tom, du charisme de Tom, de la forme physique de Tom. Et ils ne disent rien des étrangetés de Tom.

La scientologie d'abord

À la différence de ses célèbres compatriotes, Tom Cruise ne vit plus à Los Angeles. Depuis 2013, il s’est séparé de ses biens immobiliers de New York, du Colorado et de Beverly Hills. Un beau pactole de 127 millions US pour, au bout du compte, s’installer dans un duplex à Clearwater, en Floride, ville côtière de 100 000 habitants. Pas vraiment le profil à héberger une des vedettes les plus bancables de Hollywood. À un détail  près  : ce déménagement l’a rapproché de ce qu’il y a de plus stable dans sa vie, la scientologie. L’Église y a en effet son siège central… 

Dans un immeuble appartenant à un riche membre de ce qu’en France on appelle une secte, Tom Cruise vit en célibataire. Drôle d’histoire pour ce beau gosse qui sortait avec les plus belles femmes de la planète. Aujourd’hui, ses relations avec la gent féminine ne s’établissent pas sur le terrain du glamour. Son nom est apparu en avril dernier dans un scandale révélant que Scarlett Johansson aurait été auditionnée par la scientologie pour un rôle dans la vraie vie : être sa petite amie. C’était au début des années 2000. L’actrice et l’Église se sont empressées de démentir. Mais la rumeur était vraie pour d’autres. L’acteur, lui, n’a pas dit un mot sur l’affaire. Il est comme la Petite Sirène. Depuis qu’il a été viré de la Paramount pour avoir prêché ses croyances, il est devenu muet. Ce qui ne change rien au fond du problème : il serait même devenu le numéro 2 de la secte. Son président, David Miscavige, témoin de son mariage avec Katie Holmes, semble être le seul ami qu’il lui reste. Le décès de sa mère, en février 2017, a renforcé son isolement.

Des nouvelles des enfants

Si les « filles et fils de » pullulent à Hollywood, il n’en est rien des enfants qu’il a adoptés avec Nicole Kidman. Isabella, âgée de 25 ans, vit à Londres. Près de l’Église de scientologie, mais très loin de ses deux parents. Mariée, son existence est simple, dans un quartier banal. Seul Connor, 23 ans, voit souvent son père. Membre, lui aussi, de la scientologie, il réside également à Clearwater, en Floride. Il a récemment mis sa carrière de DJ entre parenthèses pour se consacrer à la pêche. Contrairement à sa sœur, il n’utilise même pas le nom de famille de sa célèbre mère, qu’il n’aurait pas vue depuis des années. Dans la secte, elle est considérée comme une personne suppressive (qui cherche à opprimer les gens dans son environnement) que les membres doivent éviter.

À la suite du tumultueux divorce du couple, en 2001, les enfants sont partis vivre avec leur père. Leur mère, ils l’appellent Nicole, a révélé l’actrice australienne. Chaque fois qu’elle emporte un prix, elle oublie de les mentionner lors de ses discours de remerciements, contrairement à ses deux filles issues de son mariage avec Keith Urban.

Qu'en est-il de Suri, 12 ans, le seul enfant biologique de Tom ? Depuis son divorce avec Katie Holmes, en 2012, il n’a plus assisté à aucun de ses anniversaires et ne l’aurait pas vue depuis plusieurs années. Katie, elle, libérée de la secte, coule le parfait amour avec l’acteur Jamie Foxx. Le duo mère-fille semble incassable. On les a encore vues en juin à la Gay Pride de New York, où la fillette tenait un stand de limonade. Comment a réagi papa en trouvant cette information dans la presse, lui dont la propre orientation sexuelle a prêté à tant de rumeurs ? Pour l’Église de scientologie, l’homosexualité est une maladie.

Le salut

Sur la route de Tom Cruise, les femmes passent, les familles se brisent, la scientologie reste. Elle promet à ses adeptes de les faire accéder au bonheur en les purifiant des éléments mentaux négatifs. « Mon désespoir a disparu le jour où j’ai découvert la scientologie », a déclaré l’acteur producteur en 2004. 

À le voir, on pourrait presque y croire. L’homme est une bête de travail dont les jeunes comédiens s’inspirent. Avec ou sans rides, son charisme proche du magnétisme est intact. On l’a en face de soi et on ne peut plus détourner son regard. La forme olympique de Tom Cruise lui fait enchaîner les films et les cachets. Sa fortune s’élèverait à 500 millions US, dont une grosse partie serait bien à l’abri dans les caisses de la scientologie. S’il est une vitrine, celle-ci est solide. Incassable. On y trouve que ce qu’on veut y voir. Rien au fond. Tout dans un reflet. Comme un sourire… de façade.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.