Delastek

Fin de la plus longue grève au Québec

Les membres de la section locale 1209 d’Unifor ont appuyé, hier, l’entente négociée avec Delastek cette semaine. Ainsi prend fin l’un des plus longs conflits de travail au Québec. « Nous sommes vraiment heureux d’avoir enfin pu résoudre ce conflit, indique Renaud Gagné, directeur québécois d’Unifor. Le prochain défi sera de bâtir des relations de travail saines au sein de l’entreprise. » La détermination du moment où le travail passe de la recherche et développement à la production devra néanmoins être soumise à l’arbitrage. Le protocole de retour au travail prévoit le rappel de 25 salariés en trois phases. La grève perdurait depuis le 1er avril 2015, soit depuis 1073 jours. — La Presse

Rectificatif

Les moteurs de Pratt & Whitney

Dans l’article intitulé Des superordinateurs indispensables à la recherche, paru hier, on aurait dû lire que seuls les moteurs PW1500G de Pratt & Whitney équipent les appareils de la C Series de Bombardier. Aussi, le quatrième ordinateur du réseau de Calcul Québec se trouve bien à l’Université McGill, et non à Polytechnique. Nos excuses.

Industrie pharmaceutique

Martin Shkreli condamné à sept ans de prison

Martin Shkreli, qui s’était rendu très impopulaire aux États-Unis en faisant exploser le prix d’un médicament utilisé contre le sida, a été condamné à sept ans de prison. Le New-Yorkais de 34 ans, surnommé un temps « l’homme le plus détesté des États-Unis » et devenu l’incarnation du cynisme supposé de l’industrie pharmaceutique, avait été condamné en août dernier pour fraude sur titres et manipulation d’actions après un procès devant le tribunal fédéral de Brooklyn. Des faits sans lien avec la multiplication par 55 – de 13,50 $US à 750 $US la pilule – du prix du médicament Daraprim, utilisé contre le paludisme et le sida, par sa société Turing Pharmaceuticals en 2015. Son avocat Ben Brafman avait plaidé pour une sentence limitée à 18 mois de prison pour ce personnage qu’il a décrit comme « un génie un peu autiste », un autodidacte capable d’innovations majeures dans le domaine pharmaceutique, selon certains de ses anciens collaborateurs. L’accusation avait, elle, réclamé un minimum de 15 ans de prison, arguant de son manque de remords et de son appétit pour l’autopromotion, notamment sur les réseaux sociaux.

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.