CHRONIQUE

Où est Charlie ?

Il y a quatre ans, nous étions tous Charlie. Prêts à monter au créneau pour défendre la liberté d’expression, la liberté de critiquer – notamment les religions – et la liberté de la presse. Nous étions sous le choc de l’attentat contre le journal satirique Charlie Hebdo, à Paris. Des journalistes et caricaturistes assassinés en pleine réunion de rédaction. L’un d’entre eux, Tignous, mort sans lâcher le stylo qu’il avait entre les doigts.

Quatre ans plus tard, la question peut sembler simpliste ou clichée, mais : « Où est Charlie ? » Où est passé cet élan de solidarité envers les journalistes ? Qu’est-il advenu de ce front commun en faveur des chiens de garde de la démocratie ? Comment les martyrs d’hier sont-ils devenus pour certains les ennemis de demain ? On se le demande, ici comme ailleurs.

Samedi, des dizaines de gilets jaunes français ont manifesté devant le quartier général de l’Agence France-Presse, à Paris. Une manifestation antimédiatique, à deux jours du sombre anniversaire de l’attentat le plus meurtrier contre des journalistes en France. Et à deux pas des locaux historiques de Charlie Hebdo, où des milliers de personnes s’étaient rassemblées il y a quatre ans pour témoigner de leur soutien à la liberté de la presse.

Le journaliste Philippe Lançon, blessé grièvement lors de l’attentat du 7 janvier 2015, relate avec moult détails, dans Le lambeau (Gallimard), les événements de cette journée fatidique, puis les mois qui ont suivi la tragédie : sa quasi-année d’hospitalisation, les complications des greffes successives à sa mâchoire inférieure (anéantie par une balle), le souvenir lancinant de ses assaillants, la solitude, l’inquiétude et le découragement du patient qui retrouve peu à peu l’habitude du quotidien, en sachant que rien ne sera plus pareil. Alors même que pour ceux qui l’entourent, de près ou de loin, la vie reprend inévitablement son cours. À en oublier presque ce qu’ont subi les victimes et les raisons pour lesquelles elles ont été ciblées.

Il y a quatre ans, nous étions tous Charlie. Quatre ans plus tard, plusieurs ont adopté une rhétorique antimédiatique tout à fait décomplexée. 

Depuis bientôt deux ans, le président des États-Unis ne rate pas une occasion d’attaquer sur les réseaux sociaux les plus grandes institutions médiatiques américaines, discréditant toute information qui lui est dommageable comme une fausse nouvelle, accusant à répétition le New York Times de faillir à sa tâche, décrivant les journalistes comme des « ennemis du peuple ».

Dans les grands rassemblements politiques de Donald Trump, certains de ses admirateurs portent fièrement un t-shirt sur lequel est inscrit un mode d’emploi ironique pour lyncher des journalistes : « Rope. Tree. Journalist. Some assembly required. » (Corde. Arbre. Journaliste. Un certain assemblage requis.) Le t-shirt a même été vendu un temps sur le site web de Wal-Mart.

Le climat actuel est délétère. Le discours antimédiatique s’est endurci. On ne cache plus son mépris pour les journalistes. On s’en enorgueillit. Un peu partout, des journalistes sont attaqués, intimidés, bousculés, menacés de mort. Dans les régimes obscurantistes comme celui de l’Arabie saoudite, des journalistes sont écroués, battus, tués.

Il n’y a plus guère que des journalistes pour prendre la défense de leurs confrères. « Les journalistes sont assiégés », regrettait dimanche la porte-parole de la Hollywood Foreign Press Association, à l’occasion du gala des Golden Globes. Le magazine Time a eu beau nommer des journalistes assassinés, comme Jamal Khashoggi, « Personnalités de l’année 2018 », on a surtout le sentiment que la profession est plus que jamais honnie.

Ici même au Québec, il n’est pas rare de lire le mot-clic #merdias sur les réseaux sociaux. Et pas seulement de la part de trolls anonymes, d’animateurs libertariens ou d’adeptes des discours nauséabonds des radios-poubelles. « Que nous lâchions les médias ! Que nous lâchions nos écrans. Que nous nous servions du bouche-à-oreille, du langue à langue, du corps à corps, que nous y allions par le boutte où les manipulations d’argent, d’opinions et de démocratie n’auront pas de prise. Ils ne sont rien si nous nous désengageons de leur monde de destruction et de merde. […] Que nous nous retrouvions quelque part dans le vrai monde sans en souffler mot aux journalistes, que nous repoussions doucement mais fermement leurs caméras et leurs questions stériles […]. »

Ah ! Le fameux « vrai monde ». De qui émane ce discours populiste, cette théorie du complot industrialomédiatique, cet appel à mots à peine couverts à la mort des « merdias » ? 

Premier indice : oui, il provient de Québec, capitale nationale des radios-poubelles. Deuxième indice : non, il n’est pas radiophonique.

« Un petit péteux de journaliste me dira “Vous avez bien écrit ceci dans votre livre…” ». C’est un livre, en effet. Il s’intitule Les luttes fécondes et a été publié il y a à peine un an et demi. Son auteure ? La députée de Québec solidaire Catherine Dorion qui, si elle était française, serait peut-être au front avec les gilets jaunes, manifestant devant les locaux de l’AFP.

Le populisme de gauche de Catherine Dorion, cet appel au mépris généralisé des journalistes – qu’elle rejette en bloc, comme d’autres LES femmes ou LES musulmans –, n’est pas moins dangereux que le populisme de droite de Donald Trump. Ses assises et ses desseins sont les mêmes. Rejeter ce qui nous pose une difficulté et nous déplaît, ce qui ne nous conforte pas dans nos certitudes, pour mieux discréditer le rempart de la démocratie qu’est le « quatrième pouvoir » – ce contre-pouvoir de la population face à l’exécutif, au législatif et au judiciaire – du haut de sa position d’élu. (Car non, depuis son élection, Catherine Dorion n’a pas remisé son discours.)

Que l’on me comprenne bien. Il ne s’agit pas de mettre en veilleuse son sens critique. Les médias, comme les politiciens, doivent rendre des comptes. Ils doivent être critiqués. C’est non seulement sain, mais essentiel. On doit pouvoir dire, par exemple, que Charlie Hebdo n’a jamais hésité à mettre de l’huile sur le feu lorsqu’il est question de sensibilités religieuses. Ce qui ne veut dire d’aucune manière que ses journalistes méritaient d’être attaqués, tués et mutilés.

On peut, on doit critiquer. On doit pouvoir dénoncer une enquête bâclée, contredire une chronique (à commencer par celle-ci) ou mettre en doute le fait qu’une information soit d’intérêt public. Mais faire des amalgames et des généralisations pour accuser l’ensemble de ceux qui ont pour métier d’informer le public, comme le fait Donald Trump, comme le font dans son sillon de plus en plus de gens, est à mon sens irresponsable.

En ce début de 2019, la liberté de la presse est menacée. Ce n’est ni une fausse nouvelle, ni une fake news (comme on dit à Washington), ni une infox (comme on dit à Paris). Mais c’est une bien mauvaise nouvelle.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.